Connect with us

À la Une

Congo/Brazza : Verckys Kiamwangana Mateta reçoit le Prix de l’Immortel 2019

Published

on

La cérémonie de distinction a eu lieu le week-end dernier à Brazzaville au cours de la 3è édition de la soirée des mérites organisée par le comité Miss Mamas kilos que dirige Rosine Asmékang.
Verckys Kiamwangana Mateta a reçu ce Prix pour avoir marqué la musique des deux rives du fleuve Congo. Il s’est réjoui de cette distinction des Mamas Kilos qui, selon lui, ont fait des recherches pour découvrir ses œuvres. Il a remercié ces femmes vaillantes qui honorent les « grosses » dames d’Afrique lors des l’élection de Miss Mamas Kilos.

Aussi, a-t-il fait savoir après l’interprétation de sa chanson “Nzambe nakomitunaka” (Posso moyindo ewuta ko wapi?), qu’il a été excommunié de l’église catholique à cause de cette oeuvre. Il avait reçu une lettre de révocation signée par le Pape. Une décision à cause de laquelle « j’avais souffert pendant des mois », a-t-il rappelé avec nostalgie.

Il n’était pas seul dans à être récompensé dans cette catégorie. Il y a eu aussi Nganga Edo, le patriarche de la musique congolaise, âgé aujourd’hui de 86 ans et président de l’orchestre les Bantous de la capitale. L’orchestre monumental de l’autre rive qui va célébrer ses 60 ans le 15 août 2019 à Brazzaville.

«Je me suis imposé une discipline artistique depuis que j’ai été cofondateur de l’orchestre Ok Jazz. J’ai fait de même avec les Bantous de la capitale. J’ai imposé une méthode à cet orchestre qui célèbre le 15 août prochain les 60 ans de son existence », a indiqué le patriarche de la musique congolaise, Nganga Edo âgé de 86 ans.

Emporté par la joie que suscitait cette marque de reconnaissance, il a sollicité l’aide, le soutien de l’assistance pour l’organisation de cet anniversaire qu’il souhaite réussi.

Charles Mbuta Muntu, député de la commune de Ngaba dans la ville de Kinshasa, capitale de la RD Congo, a pris l’engagement de les soutenir dans cette célébration. Il a promis de les recevoir à Kinshasa dans les jours à venir. Il a reçu lui-même le Prix de l’excellence : « C’est la consécration de beaucoup d’effort et de sacrifice », a-t-il reconnu.

Prenant la parole, Rosine Asmékang a remercié l’assistance qui continue de lui faire confiance. Seulement, elle a regretté que l’organisation des cérémonies de ce gabarit ne soit pas toujours facile. « Il y a trop de contre-temps avec les musiciens. Quand tu les appelles, ils te disent : je suis à Dubaï, en France… Mais je suis contente de savoir que Roga-Roga est parmi nous ce soir », a-t-elle déclaré en substance.

Roga-Roga, président d’Extra-Musica, s’est vu décerner le Prix de meilleur artiste 2018. Il s’est dit très ému.
« Quand on travaille comme un Terminator et on arrive à avoir ce qu’on veut, c’est ça la meilleure des choses. Et le prix que je viens de recevoir prouve que nous avons travaillé. Ça veut aussi dire que le Congo en général, les fanatiques en particulier, ne nous ont pas soutenu pour rien. Cela me pousse à dire simplement quatre à zéro », a déclaré l’artiste.

Celui-ci, rappelons-le, n’est pas à sa dernière récompense. Roga-Roga est rentré récemment de Yaoundé (Cameroun) où il a été sacré meilleur artiste Afrique centrale 2018 lors de la 12è édition de la manifestation culturelle du 9 mars dernier.
Parmi les récompensés, il y a eu également Bébert Etou qui a eu le Prix de manager. Certes satisfait de la récompense, mais il a dit son regret avec le décès de Simaro Massiya en France à l’âge de 81 ans. Il a salué la mémoire de ce dernier à travers les œuvres ayant marqué sa carrière artistique à travers le monde.

Roga-Roga et lui ont dû quitter Brazzaville le lendemain pour Kinshasa pour aller présenter leurs condoléances à la famille du disparu.

L’émission “Tam-Tam” de Médard Milandou, conseiller technique du président de la République, a eu le Prix d’honneur.

Lors de cette récompense, il y a eu six catégories de Prix pour 19 récipiendaires. Il s’est agi, entre autres, des Prix de l’innovation, de l’entreprise, de l’excellence…

La soirée a été clôturée par un bal dansant des miss Mamas Kilos. De noire vêtues, avec des corps charnus, elles ont exhibé des pas de danse sous l’animation de l’orchestre Bana Béa retenu pour agrémenter la soirée.

Achille Schillains, CONGOPROFOND.NET/Correspondant à Brazzaville