mbet

Connect with us

Actualité

BAD : Nafissatou N’diaye Diouf nommée directrice a.i.

Published

on

Le président de la Banque Africaine de Développement ( BAD), Akinwumi Adesina, a nommé
Nafissatou N’diaye Diouf directrice par intérim au Département de la Communication et des Relations extérieures au sein de la BAD.

A en croire le communiqué de presse du 6 avril 2020, cette nommination de Nafissatou N’diaye Diouf à son nouveau poste lui a été notifié depuis ce 1er avril 2020 .

En effet, avant d’occuper ce nouveau poste, elle était responsable de division au sein du même département, après avoir réalisé un excellent parcours universitaire de haut rang et s’être dotée d’une expérience avérée de plus d’une vingtaine d’années dans le domaine de la communication d’entreprise, des relations publiques, du journalisme et du développement numérique que médiatique.

Il sied de révéler que Mme Nafissatou N’diaye a toujours fait preuve d’un grand dévouement dans le cadre des missions qui lui sont confiés avec comme but la recherche des résultats. Et depuis sa nomination à son dernier poste de 2018, en qualité de responsable de division, elle s’est toujours investie pour mettre en œuvre de stratégies de communications adaptées à la vision globale de la Banque.

Hormis cela, elle a en plus dirigé une équipe internationale de rédacteurs, éditeurs et spécialistes du numérique et des médias pour mieux accroitre de manière très large la couverture et la sensibilisation aux objectifs stratégiques et projets de la Banque.

Signalons qu’entre 2016 et 2018, Mme Nafissatou Diouf fut consultante en communication au sein du Complexe du secteur privé et de l’infrastructure de la Banque et ensuite auprès du Nepad, de l’intégration régionale et du commerce en contribuant ainsi à l’optimisation des stratégies de communication et relations publiques sous diverses plateformes.

Et bien avant de rejoindre la Bad, Mme Diouf avait fondé et assuré la direction générale de l’agence 54 communication à Dakar, au Sénégal entre 2011 et 2017. A ce stade, elle a mise en exergue des stratégies transversales de relations publiques, de promotion de marque, de communication et de gestion d’évènements pour plusieurs entités publiques et privées.

De son parcours élogieux en tant que Sénégalaise d’orgine, elle a occupé des nombreux postes à savoir : Directrice Régionale des relations publiques pour la partie Francophone Africa ZK Advertising, à Johannesburg en Afrique du Sud avec un excellent leadership interculturel, gérant des équipes composées de professionnels des relations publiques, des directeurs de comptes et répresentants de pays dans sept pays africains dont : RDC, Gabon, Niger, Tchad, Madagasar, Burkina Faso et la République du Congo.

Dotée d’une approche créative et collaborative dans la gestion de projets dans des marchés soumis à forte concurrence, Mme Nafissatou Diouf continue de faire preuve d’excellence en matière de stratégie narrative de développement des contenus, de renforcéments des capacités et de mentorat.

Auparavant, elle avait œuvré dans la communication d’entreprise en tant que journaliste auprès des grandes agences tel que : l’agence de presse américaine Associated Press(AP), dans la couverture des conflits et les crises internationales en Afrique de l’Ouest et centrale, au Libéria, en Cote d’Ivoire, RDC, Niger, Mauritanie et en RCA.

Ses reportages étaient publiés dans des journaux internationaux tels que le Washingtion Post, USA Today, le Boston Globe et le LA Times.

Poursuivant ainsi son parcours en tant que chargé des logiciel « Open Source », pour le Foreign Broadcast Information Service(FBIS), une division de la Direction de la science et de la technologie au sein de l’Agence centrale de renseignement(CIA), elle est titulaire d’une maitrise en interprétation et traduction de l’Université de Salford au Royaume-Uni, d’une licence en linguistiques appliquées de l’Université de Thames Valley et détentrice d’un diplôme en journalisme et presse ecrite de la London School of Journalism.

Pour le président de la Bad qui a dit toute sa satisfaction à ce sujet, la nouvelle Directrice par intérim du Département de la Communication et des Relations extérieures est une professionnelle bien reconnue dans le secteur.

Melba Muzola/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

Katumbi/Kabila : Réconciliation sincère ou grand coup de bluff médiatique ?

Published

on

Initiative de Mgr Fulgence Muteba Mugalu, évêque de Lubumbashi, le Forum sur la réconciliation des fils et filles katangais a tiré ses rideaux ce dimanche 22 mai 2022 par une messe de réconciliation et de pardon.

C’est sous les ovations du public que Joseph Kabila, président honoraire de la RDC et sénateur à vie, a fait son entrée dans la cathédrale à Lubumbashi, chef-lieu du Haut-Katanga. Tout le monde est débout, Moïse Katumbi compris. Ce dernier va même s’approcher du sénateur à vie afin de le saluer, pour la première fois, après…7 ans d’hostilité ouverte entre ces deux personnalités. Chaudes acclamations du public !

Fait ayant bougé le microcosme politique, cela suscite déjà plusieurs interrogations.

Etait-ce le temps fort attendu de ces assises ayant connu la participation de 90% de politiques ?

Est-ce un pardon sincère entre Joseph Kabila et Moïse Katumbi ?

Est-ce au nom de la katanganïté ou des enjeux politiques à venir ?

Est-ce le début d’une alliance politique entre les deux pour les élections à venir ?

Qui s’affichera derrière l’autre ? Si c’est  Moïse Katumbi, fera-t-il le consensus au sein du PPRD et du FCC qui l’avait vomi et humilié ? Si c’est Kabila, sera-t-il accepté par les invétérés d'”Ensemble pour la République”, à qui, convient-il de souligner, il a fait voir de toutes les couleurs ?

Toutes ces questions et tant d’autres taraudent les esprits des uns et des autres.

D’ores et déjà, la bataille d’influence s’annonce rude. Il faut une réconciliation politique pour que chacun puisse convaincre son équipe à accepter son nouvel allié.

À l’allure où vont les choses, la carte s’annonce difficile, car les Fatshistes aussi ne désarment pas. La loi électorale, en discussion au parlement, joue en leur faveur et risque de frapper durement certains candidats.

Somme toute, les Tshisekedistes doivent bien lire les signaux forts lancés depuis la capitale du cuivre.

Joseph Malaba/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising