Connect with us

Actualité

Attaque d’un poste de contrôle de la RFO en Ituri : un éco-garde tué, un assaillant neutralisé !

Published

on

 

La Réserve de Faune à Okapis( RFO) annonce, ce mercredi 19 juin 2024, la mort d’un eco-garde. Il a été tué lors d’une attaque des hommes armés contre son poste de patrouille permanente située dans la localité de Bebusa à l’Ouest d’Epulu, chefferie des Bandaka, dans le territoire de Mambasa.

D’après les informations fournies par la direction de la Réserve de Faune à Okapi, un assaillant a été aussi neutralisé. L’attaque s’est déroulée autour de 15 heures locales, ce mercredi 18 juin 2024.

La victime se nomme Egide Bilengi Lifindo, né le 10 novembre 1983. Il a été officiellement engagé à l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN) en tant qu’écogarde le 14 août 2019.

“En ce moment douloureux, la Direction de la RFO rend un vibrant hommage à son éco-garde décédé et adresse ses condoléances les plus émues à sa famille, sa femme et ses enfants”, écrit la RFO qui rassure que «les auteurs de cette attaque ignoble et délibérée contre des éco-gardes ne resteront pas impunis».

“La RFO tient à rassurer la population, les autorités et ses partenaires qu’elle continuera à travailler sans relâche pour préserver la faune, la flore, ainsi que les ressources naturelles de ce site classé dans la liste des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO, aujourd’hui menacée par l’exploitation minière illégale, le braconnage armé, le trafic d’espèces sauvages et la déforestation”, conclu ce communiqué de la direction.

Verite Johnson/CONGOPROFOND.NET 


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

PDL-145 T : “Les infrastructures routières délabrées constituent un véritable goulot d’étranglement à la mise en œuvre de la phase 1” (CFEF)

Published

on

La mise en œuvre du Programme de développement à la base de 145 territoires connaît plusieurs contraintes qu’il faille résoudre pour son effectivité et son aboutissement harmonieux.

Bien que plusieurs réalisations soient dénombrées dans différents territoires, ça ne renvoie pas à occulter les contraintes, notamment logistiques et celles liées à l’absence et la vétusté d’infrastructures routières.

Le coordonnateur de la Cellule d’exécution des financements en faveur des États fragiles (CFEF), qui met en oeuvre ce programme dans 7 provinces, a indiqué que la question des infrastructures en amont revêt un caractère central pour impulser les projets de développement à l’intérieur du pays.

Les infrastructures routières délabrées constituent un véritable goulot d’étranglement à la mise en œuvre de la phase 1 du PDL-145T. Afin d’accélérer la mise en œuvre des autres phases du PDL-145T, il est indiqué de lancer rapidement la réhabilitation et la construction des infrastructures routières“, a fait savoir Alain Lungungu.

Il intervenait au cours d’une conférence-débat organisée par la Dynamique Judith Suminwa Tuluka ce mercredi à Kinshasa. Le coordonnateur de la CFEF a indiqué que le taux d’achèvement dans les provinces sous sa direction est à 52 % sur les 635 ouvrages prévus.

À l’en croire, tous les chantiers sont progressivement approvisionnés en matériaux de construction par voie routière et fluviale, en dépit des contraintes logistiques majeures.

Les observateurs notent qu’il était impérieux de commencer la mise en œuvre du PDL-145T par la deuxième phase, au lieu de la première. Cela pouvait réduire sensiblement, affirment-ils, les difficultés liées à l’acheminement des matériaux de construction dans les chantiers.

Il sied de rappeler que la deuxième phase de ce programme consiste à la réhabilitation de 11.703 kilomètres de voies de desserte agricole.

Willy Theway Kambulu/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte