Connect with us

Actualité

Affrontements entre FARDC et M23 : l’ OIM note 90.894 personnes déplacées !

Published

on

 

La situation humanitaire à l’Est de la République Démocratique du Congo est inquiétante et préoccupante. D’après les informations recueillies par l’Organisation Internationale de Migration (OIM) sur le terrain, au total 16.319 ménages, soit 90.894 personnes, ont été contraints de quitter des zones de haute tension pour des zones considérées comme relativement stables, au sein des communautés d’accueil et des centres collectifs.

La majorité des personnes déplacées se trouvent sur l’axe Nord Kiwanja – Kanyabayonga et dans ses environs.

D’après le rapport de l’OIM, ces déplacements massifs sont causés par des affrontements entre les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) et les combattants présumés de l’ex-rébellion du M23 qui ont repris dans le territoire de Rutshuru depuis le 20 octobre dernier.

A en croire l’OIM, ces affrontements ont entraîné une augmentation des besoins dans tous les secteurs, principalement la sécurité alimentaire, les abris et les matériaux de survie, la santé et la nutrition, l’eau, l’assainissement et l’hygiène, la protection et le soutien aux moyens de subsistance.

Certains cas de maladie ont également été signalés par les agents du centre de santé Mabungo, à savoir : 55 cas de pneumonie grave et simple, 61 cas de paludisme traité et 5 cas de malnutrition aiguë sévère ont été signalés chez les enfants de moins de 5 ans.

Pour les femmes enceintes, il y avait 12 cas d’infection génitale, 11 cas de paludisme, 6 cas de pneumonie sévère et simple.

Toujours selon ce rapport, les affrontements se sont poursuivis et étendus simultanément à plusieurs villages du territoire de Rutshuru, atteignant le centre de Rutshuru et l’agglomération de Kiwanja, ainsi que plusieurs localités au sud de Rutshuru sur la Route Nationale N°2.

Rappelons que toutes les personnes déplacées qui avaient déjà été logées depuis la première crise en mars 2022 et celles ajoutées depuis le 20 octobre 2022 suite aux récentes opérations dans les centres collectifs (églises et écoles), sont parties et se sont dirigées vers le nord sur l’axe Kiwanja-Lubero. Les opérations étant en cours, les déplacements se poursuivent.

Les données de ce rapport reflètent la situation des déplacements au 31 octobre 2022 et pourraient être mises à jour en fonction de l’évolution de la situation sur le terrain.

Dans cette optique, l’OIM maintient son équipe d’évaluation dans les zones stratégiques afin de rendre compte du mouvement de manière appropriée en fonction de sa dynamique.

Notons que pour le Gouvernement congolais, le M 23 n’existe pas. Il pointe le Rwanda comme auteur de ces atrocités.

Aux dernières nouvelles, l’ambassadeur rwandais à Kinshasa, Vincent Karega vient de quitter la RDC par demande des autorités congolaises et le chargé d’affaires diplomatiques congolais au Rwanda est rappelé à Kinshasa pour consultation.

Elda ALONG/ CONGOPROFOND.NET.


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

PDL-145 T : Pour la CFEF, le taux d’achèvement des ouvrages de la 1ère phase est de 52% (Alain Lungungu, Coordonnateur)

Published

on

Le coordonnateur de la Cellule d’Exécution des Financements en faveur des États Fragiles (CFEF), Alain Lungungu Kisoso, a démontré l’état d’avancement des travaux du programme de développement à la base de 145 territoires (PDL 145 T) dans les provinces où cette cellule est à l’oeuvre.

Intervenant au cours d’une conférence-débat organisée par la Dynamique Judith Suminwa Tuluka, ce mercredi 17 juillet, au capitole de Rotana hôtel de Kinshasa, Alain Lungungu a fait savoir que jusqu’à fin juin 2024, le taux d’achèvement des ouvrages est de 52℅, sur les 635 ouvrages prévus dans la phase 1 d’exécution du PDL- 145 T.

Ces statistiques concernent les 7 provinces dans lesquelles la CFEF assure la mise en oeuvre de ce programme, à savoir Kongo Central, Kwango, Kwilu, Maï-Ndombe, Equateur, Sud-Ubangi et Nord-Ubangi.

Dans son intervention, Alain Lungungu a indiqué que pour la première phase du programme, il est prévu la construction et l’équipement de 360 écoles, 232 centres de santé et 43 bâtiments administratifs.

En effet, fin juin 2024, un taux d’achèvement de 53℅ d’écoles primaires est réalisé, 46% pour les centres de santé et 79℅ pour les bâtiments administratifs.

Nous sommes déjà à plus des 300 ouvrages réalisés sur plus 635 prévus dans la phase 1, soit 52%, à raison de 53℅ pour les écoles primaires, 46 ℅ pour les centres de santé et 79℅ pour les bâtiments administratifs. Les bâtiments administratifs, écoles, centres de santé ont été en paille dans presque tous les territoires, il a fallu un leadership éclairé de S.E.M le président Felix Tshisekedi pour que la donne soit changée. Aujourd’hui dans certains coins de la république, les choses ont été modernisées”, a-t-il déclaré à l’assistance.

Il est important de noter que les 7 provinces précitées sont composées de 43 territoires. D’après la CFEF, 43 entreprises ont été responsabilisées à raison d’une entreprise par territoire. À fin juin 2024, le taux de démarrage des travaux est de 98%.

Willy Theway Kambulu/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte