K-WA Advertising

Connect with us

À la Une

Affaire “Chebeya” : un arrêté du ministre de la Défense pour juger le général John Numbi

Published

on

Face aux interrogations de l’opinion sur le sort du général John Numbi, inspecteur général de la Police nationale indexé commanditaire du double meurtre de l’activiste Floribert Chebeya et de son chauffeur Fidèle Bazana, les avocats des victimes ont proposé leur piste devant conduire à la comparution de cet officier supérieur de l’armée.

Au cours d’un point de presse organisé vendredi 12 février 2021 au CEPAS à Kinshasa/Gombe, ils ont fait savoir que cette fois-ci il y aura un arrêté de commissionnement pour que le général Numbi soit jugé.

Réagissant à la question de savoir au regard du grade élevé du Général John Numbi, est-ce que cette fois-ci il y aura des juges dans la composition pour le juger contrairement aux précédentes audiences où il intervenait juste comme renseignant, Me Peter Ngomo a rassuré l’assistance que cette fois-ci il n’y aura pas d’excuses.

À l’en croire, en effet, pour le cas où le prévenu est plus gradé que les membres de la juridiction sensés le juger, il est conseillé de recourir au commissionnement. ” Cela veut dire que le ministre de la Défense prendra un arrêté pour élever tous les membres de la composition au même grade que le prévenu. Une fois que le procès prend fin, ils reviendront à leurs anciens grades”, a-t-il appuyé.

Notons par ailleurs que le collectif des avocats des victimes du double assassinat de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana a annoncé le dépôt d’une plainte contre le général Zelwa Katanga dit “Djadjidja”. C’est dans sa concession que le corps tant recherché de Fidèle Bazana serait enterré.

Pour Me Richard Bondo, coordonateur du collectif, avec le dépôt de la plainte contre le général Zelwa Katanga, dit “Djadjidja”, cela permettra de voir toute la chaîne des complices de ce double assassinat notamment le Général John Numbi, à l’époque Inspecteur général de la police nationale.

MUAKAMU/CONGOPROFOND.NET

À la Une

EPST : La Synergie des Syndicats des enseignants met en garde le SECOPE !

Published

on

La Synergie des Syndicats des enseignants de la République Démocratique du Congo, réunie en Assemblée Générale le samedi 14 mai 2022 à Kinshasa, pour évaluer les promesses du Gouvernement aux enseignants, a lancé une mise en garde à l’endroit du Service de la Paie et du Contrôle des enseignants (SECOPE).

Au cours de la déclaration finale de cette réunion, lue devant la presse, le Secrétaire Général du Synecat, Jean-Bosco Puna, s’est exprimé en ces termes : ” La Synergie met en garde le SECOPE et l’invite à assurer ses prérogatives, conformément à ses missions initiales “.

Par contre, rien n’a été précisé comme grief à l’endroit de ce Service, lors de cette déclaration.

Dans la recherche des informations, la rédaction du CONGOPROFOND.NET est entrée en contact avec des écoles et a constaté que la grande majorité des enseignants mécanisés par le SECOPE, au mois de janvier, n’a pas été payée en avril, comme annoncé par le ministre de l’EPST.

Pour les enseignants affiliés à ces Syndicats, le Gouvernement n’a pas réalisé les promesses faites à Mbuela Lodge à Kisantu, au début du mois de novembre 2021, lors des négociations entre banc syndical des enseignants et le banc gouvernemental.

C’est pourquoi, ajoute Jean-Bosco Puna, : ” Les enseignants demandent au Gouvernement, avant d’envisager la rentrée scolaire prochaine, de suspendre la retraite cavalière, de payer le troisième palier à tous les enseignants de l’EPST et de payer les vrais enseignants N.U “.

Néanmoins, précise-t-il : ” Les enseignants décident de poursuivre les enseignements dans toutes les écoles primaires et secondaires, sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo et attendre la clôture de l’année scolaire 2021-2022, pour des actions bien planifiées à leur profit “.

Rappelons que l’année scolaire en cours a démarré le 04 octobre 2021 sur fonds de grève, au niveau des écoles publiques.

Les enseignants revendiquent l’amélioration de leurs conditions sociales. Les points saillants de ces revendications sont la régularisation de la situation des enseignants dits N.U et le paiement des deuxième et troisième paliers de salaires.

Selon les autorités, 70.023 enseignants Nouvelles Unités viennent d’être payées en avril dernier.

Jules KISEMA KINKATU/CONGOPROFOND.NET

Continue Reading

K-WA Advertising