Connect with us

À la Une

Willy Bakonga : l’aveu avant le procès, tous ses complices tremblent !

Published

on

Le ministre sortant de l’Enseignement Primaire et Secondaire, Willy Bakonga, a été arrêté le mardi 20 avril à l’aéroport de Maya-Maya, à Brazzaville, alors qu’il s’apprêtait à prendre un vol d’Air France pour Paris. On laisse entendre qu’il était porteur, au moment de son arrestation, d’une valise contenant deux millions de dollars américains. Naturellement, le gouvernement de Kinshasa devrait saisir son homologue du Congo/Brazzaville pour solliciter son extradition.

Selon plusieurs sources, Willy Bakonga attend toujours son rapatriement à Kinshasa. Les mêmes sources signalent qu’il avait traversé clandestinement le fleuve Congo, sous une fausse identité. La raison de sa fuite est facile à deviner.

Comme d’aucuns le savent, l’homme est impatiemment attendu au Parquet général près la Cour de Cassation, qui lui avait du reste adressé un mandat de comparution pour le vendredi 17 avril 2021.
Mais, à cette date, un de ses avocats s’était présenté à l’office du magistrat instructeur pour solliciter un report pour le mardi 20 avril.

Curieusement, à cette nouvelle date, l’ancien ministre de l’EPST a fait faux bond à la justice. On note, avec le recul du temps, que l’homme ne se trouvait plus à Kinshasa et qu’en réalité, il était dans le schéma de la fuite à l’étranger.

Pourquoi Willy Bakonga, qui ne cessait de clamer son innocence à la ronde, dans les médias et les réseaux sociaux, tout au long du procès des saboteurs de la gratuité de l’éducation de base, au mois de mars dernier à la Cour d’Appel de Kinshasa, a-t-il cherché à se soustraire à la justice ?

L’acte posé par ce membre du gouvernement sortant ne peut être interprété autrement que comme un aveu de culpabilité, avant même l’ouverture de son procès. Cette circonstance aggravante donne raison à ses deux anciens collaborateurs, à savoir l’Inspecteur Général de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST), Michel Djamba, et au Directeur national du Secope (Service de Contrôle et de Paie des Enseignants), Delon Kompay, condamnés à 20 ans de travaux forcés chacun depuis le 25 mars dernier et actuellement en séjour à la Prison Centrale de Makala, qui citaient régulièrement Bakonga comme le principal donneur d’ordre dans les détournements de plus d’un milliard de francs congolais pour le premier et de plus de 65 milliards de dollars américains pour le second.

La tentative malheureuse de sortie de l’intéressé pour l’extérieur, avec dans ses bagages la bagatelle somme de 2 millions de dollars pousse les observateurs à accréditer la thèse de sa totale implication dans la maffia d’alignement des écoles et enseignants fictifs dans le fichier de paie de son ministère, des détournements des frais d’organisation de l’Examen d’Etat et du Test de Fin d’Etudes Primaires ainsi que de fausses factures d’achats d’intrants et d’équipements de bureau.

Les complices de Bakonga tremblent…

Jusque-là, il n’y a que deux hauts fonctionnaires, à savoir l’Inspecteur Général de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel, et le Directeur Général du Secope, qui ont été condamnés dans le dossier des saboteurs de la gratuité de l’éducation de base. D’autres petits fonctionnaires attendent encore, sous divers mandats d’arrêt provisoire, l’ouverture de leurs procès.

S’agissant des complices de Bakonga aussi bien dans son cabinet que dans ceux de ses collègues des Finances et du Budget, ils sont occupés à trembler car l’étau est en train de se resserrer autour d’eux.

La justice devrait mener des investigations poussées pour démanteler les réseaux maffieux qui actionnaient la chaîne de la dépense publique, en amont comme en aval, pour pomper l’argent destiné à la gratuité de l’éducation de base, au préjudice des enfants congolais. Le rouleau compresseur de la justice devrait s’étendre aux gestionnaires des écoles conventionnées catholiques, protestantes, musulmanes et autres kimbanguistes pour savoir s’ils ont réellement les mains propres ou non.

Kimp/Le Phare


There is no ads to display, Please add some

À la Une

SWITZERLAND DIASPO AWARDS: Le Congolais Alfred Ngoyi lauréat du Prix spécial de la Justice au profit de la diaspora africaine 

Published

on

Me Alfred Ngoyi wa Mwanza, avocat suisse d’origine congolaise, a été gratifié, ce samedi 26 novembre 2022 à Genève, du prix spécial de la Justice aux côtés de la diaspora africaine. C’était au cours d’une cérémonie organisée par SWITZERLAND DIASPO AWARDS, une structure ayant comme but de récompenser et de rendre plus visibles les activités de la diaspora africaine excellant et se distinguant dans ses activités en Suisse. 

Outre ce prix spécial de la Justice aux côtés de la diaspora africaine en Suisse,  plusieurs autres récompenses étaient au rendez-vous, notamment les prix de meilleur entreprenariat, meilleur salon de coiffure, meilleure boutique africaine, meilleure styliste, meilleur restaurant, prix spécial de la meilleure recherche scientifique, etc.

 

 

Originaire de la RDC où il est né et a grandi, Me Alfred Ngoyi Wa Mwanza a dédié son prix aux victimes des affres de la guerre injuste imposée dans la partie Est de son pays.

Concernant son activité de défense des migrants en Suisse, elle résulte de sa propre expérience en tant qu’ancien requérant d’asile en Suisse. Donc, une personne issue de la migration en Suisse.

Économiste de formation des anciennes Facultés catholiques de Kinshasa(Actuellement UCC), il s’est battu seul, sans le moindre appui d’un professionnel de droit pour obtenir le titre des réfugiés en 2008 après la décision des autorités suisses refusant d’examiner son dossier d‘asile.

Après l’obtention de son titre de séjour en 2008 il créa son association BUCOFRAS avec but d’aider les Africains francophones dans les problèmes d’intégration en Suisse, notamment dans la partie Suisse alémanique proche du canton Zürich où il vit. Cette association deviendra en 2013 un cabinet juridique proprement dit après l’obtention de son premier diplôme universitaire de droit en Suisse : Master of Arts in Légal Studies à la faculté de droit de l’université de Fribourg avec spécialisation en droit de la migration et droit social. Il a continué à étudier le droit en Suisse en combinaison avec son activité de défense des migrants dans ce pays. Il obtient le Bachelor en droit à la faculté de droit de l’université de Neuchâtel en 2017 et son Master en Droit avec deux mentions : bilingue allemand et français et droit européen à la prestigieuse faculté de droit de l’université de Fribourg en Suisse en 2019 (son troisième diplôme universitaire de droit en Suisse).

Il convient de savoir que Maitre Alfred Ngoyi est aussi titulaire de diplôme de spécialiste en Droits de l‘homme des Collègues universitaires Henry Dunant CUHD à Genève en 2009, de diplôme de Management des Projets de l‘Ecole supérieur de Management ESM à Genève en 2010 et d’un brevet fédéral suisse de Spécialiste de la migration en 2014.

 

Actuellement il défend, assiste et représente les étrangers et les Suisses dans leurs différentes procédures administratives et judiciaires en lien avec le droit de la migration, le droit social, le droit de travail, le droit des assurances sociales, le droit de bail, le droit de protection de l’enfant…au sein de son cabinet juridique basé au centre-ville de Zurich, la capitale économique suisse.

Il compte avec lui plusieurs cas succès même devant la plus haute juridiction suisse, à savoir le Tribunal fédéral.

Praticien de droit et chercheur, Me Alfred Ngoyi est depuis octobre de cette année Doctorant à la faculté de droit de l’université de Neuchâtel en Suisse où il prépare une thèse en droit d’asile suisse et en procédure administrative.

Modèle d’intégration en Suisse, à côté de son activité professionnelle de praticien de droit, il est politicien en Suisse où il milite activement au sein du Parti socialiste suisse. Candidat malheureux aux élections communales de sa ville de domicile et d’origine Winterthour dans le canton de Zurich respectivement en mars 2018 et en février 2022, Alfred Ngoyi est candidat pour le compte de son parti à l’élection au parlement cantonal (provincial) de Zürich prévue le 12 février 2023. Il est donc en pleine campagne électorale.

Le prix spécial reçu par Me Alfred Ngoyi de la part de SWITZERLAND DIASPO AWARDS est le fruit de différents témoignages reçus des étrangers en Suisse et des Suisses eux mêmes suite à son dévouement pour La Défense des migrants. Il a dédié son trophée aux victimes de la guerre à l’est de son pays d’origine la RDC comme il l’a déclaré lui-même devant le jury et les spectateurs à la soirée de remise des prix.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising