Connect with us

À la Une

Violences en milieu scolaire : 6000 plaintes enregistrées, l’heure de briser le silence et de punir les auteurs !

Published

on

Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo vient d’enregistrer, pour la période allant du 26 mai 2021 au 29 mars 2022, et grâce au mécanisme de gestion des plaintes mis en ligne par le Ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et technique(EPST), plus de 6000 cas de violences basées sur la femme. Il s’agit, notamment, nous rapportent ces sources officielles, de 23 cas de viol des filles en milieu scolaire, précisément au primaire, avec comme conséquences, 2 cas de viol et 1 cas de mort. Ces éléments nous poussent à dire que les violences basées sur le genre et le viol existent bel et bien dans le milieu scolaire. Cependant, des langues se délient timidement pour les dénoncer et surtout beaucoup d’obstacles se présentent pour faire condamner ses auteurs 

En effet, c’est grâce au mécanisme de gestion des plaintes, qui est une ligne verte pour l’enregistrement des dénonciations, que cette situation est révélée au grand jour.

Cette structure vient en appui au programme “Gratuité de l’enseignement primaire”, lancé depuis l’année scolaire 2019 par le Président de la République, conformément à l’article 43 de la Constitution de la République Démocratique du Congo.

Face à la hausse considérable des effectifs des élèves dans les écoles (Au moins 3 millions d’enfants supplémentaires se sont inscrits à l’école primaire et secondaire), les violences basées sur le genre bat son plein dans les cours de récréation.

A l’École primaire 1 agréée catholique Motema Mpiko, située dans la Commune de Kasa-Vubu, l’écolière N.K.M.( 12 ans/5ème année), a brisé la loi du silence en rapportant à sa mère que bon nombre de ses collègues jurent de quitter l’école si, en cas de réussite, elles sont envoyées en 6ème année dans la classe de Monsieur B.K. ayant la réputation sulfureuse de faire des attouchements sexuels aux élèves !

J’envisage porter plainte contre l’école EP 3 Lemba Nord car l’enseignant de ma fille se caractérise par la répétition d’insultes et de gestes obscènes. J’ai remarqué, à la maison, que ma fille a fini par adopter des comportements à connotation sexuelle. En menant ma petite enquête, j’ai découvert que c’est à l’école qu’elle a appris ce genre de choses…”, a déclaré Mme P.Y.

Sévir pour servir d’exemple 

La plupart des victimes, mineures de surcroît, ont une peur bleue de dénoncer. Bien qu’elles se confient à leurs amies, la peur des représailles est permanente et cela les empêchent d’aller plus loin dans la dénonciation.

Quant aux autorités scolaires, ils “surprotégent” les éventuels bourreaux pour ne pas salir l’image de leurs institutions. “Beaucoup de parents ignorent que leurs enfants sont de grands mythomanes. Ils vont raconter du n’importe quoi aux parents pour justifier leurs faiblesses à l’école. Si il y a des comportements pas très bien de la part d’un de nos enseignants, nous serons le premier à le savoir et nous n’hésiterons pas à le punir”, a fait noter le directeur de l’E.P. Lemba Nord, refusant toutefois d’enclencher des investigations.

Me Justin Konyi, avocat près la cour d’appel, a expliqué à CONGOPROFOND.NET qu’il y a nécessité de renforcer la loi actuelle contre les violences sexuelles et surtout celle portant protection des enfants. ” Les refus des cours et tribunaux  de punir une catégorie des bourreaux, d’autres mineurs eux-mêmes en l’occurrence, c’est à cause de la faiblesse de la Loi…”, a insisté cet avocat, rappelant que les auteurs d’un viol collectif sur une mineure élève à l’école Révérend Kim, située sur l’avenue de la Libération à Gombe, n’ont jamais été sanctionnés malgré le tollé général.

Du côté du Gouvernement congolais, des efforts entrepris pour lutter contre ce fléau. Mais ils demeurent encore inefficaces.

Il appartient toujours aux décideurs, en synergie avec les organismes de défense et de protection des droits de l’enfant, de renforcer des mesures et de veiller sur leur application, aussi d’étendre la couverture du mécanisme de gestion des plaintes sur toute l’étendue de la République, afin d’éradiquer ce fléau pour que l’école soit un endroit sûr pour nos enfants et non un terrain de théâtre de toutes formes de violences, car jusque-là, seules dix provinces administratives sont couvertes.

En somme, il faut rappeler qu’outre les attouchements sexuels, les intimidations, les viols, les insultes, les menaces, les moqueries, les humiliations, les chantages, les agressions physiques, les rackets, le rejet social, voire la mise à l’écart, sont aussi des gestes, comportements et attitudes négatifs récurrents en milieu scolaire. Beaucoup d’enfants en sont victimes. Très peu échappent à leurs conséquences fâcheuses qui commencent par des traumatismes et peuvent conduire jusqu’à la mort !

Dorcas Ntumba /Congoprofond.net


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

FP2030 : Les pays d’Afrique Centrale en réunion stratégique, du 15 au 17 juillet à Kinshasa, pour la promotion de la planification familiale

Published

on

Le Bureau Régional de l’Afrique du Nord, de l’ouest et centrale en collaboration avec le Ministère de la Santé Publique, de l’Hygiène et de la Prévention, et les partenaires, réunissent les délégués constituant la structure des points focaux nationaux du FP2030 de six États d’Afrique centrale à Kinshasa-RDC du 15 au 17 Juillet 2024 pour encourager la planification familiale volontaire et basée sur les droits dans la sous-région à travers le renforcement de la coordination des points focaux.

Cet atelier de trois jours vise à faciliter l’établissement de partenariats efficaces entre les acteurs de la planification familiale en Afrique centrale et à accroître l’accès et l’utilisation d’une contraception moderne volontaire, de qualité et fondée sur les droits pour toutes les personnes qui en ont besoin ou qui le souhaitent dans la région.

L’atelier comprendra des discours d’ouverture, des discussions de groupe et des séances de travail sur un large éventail de sujets liés à la planification familiale, notamment :
– Créer une obligation de rendre compte en renforçant et en établissant les plans d’action nationaux existants.
– Promouvoir l’utilisation de pratiques à fort impact pour la mise en œuvre et l’extension de la planification familiale ; et
– Financer les programmes de planification familiale, y compris la mobilisation des ressources nationales ;
– Comprendre les stratégies de mise en œuvre de la planification familiale dans les situations d’urgence et promouvoir la résilience.
– Aligner les plans d’action nationaux sur les nouveaux piliers d’action de la stratégie pour les adolescents et les jeunes en Afrique centrale.

Les efforts de collaboration de FP2030 et de ses partenaires soulignent l’importance de la planification familiale pour assurer la stabilité et la pérennité de la sous-région.

À propos de FP2030

FP2030 est le seul partenariat mondial centré uniquement sur la planification familiale. “Nous œuvrons pour que chacun, partout, puisse accéder à des contraceptifs volontaires, fondés sur les droits et de qualité, et les utiliser, quels que soient son lieu de résidence, son mode d’identification, son âge ou son statut de partenaire. Cet objectif unique nous permet de rassembler le plus grand nombre possible de partenaires dans toutes les disciplines et tous les secteurs, tout en plaçant la planification familiale au carrefour des programmes mondiaux de santé, de développement et d’égalité des sexes”, précisent ses animateurs.

Dorcas Ntumba/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte