Connect with us

À la Une

Vérité des urnes: Fayulu en recourt à la cour africaine des droits de l’ homme et des peuples

Published

on

Lors de son dernier meeting au terrain Sainte Thérèse à N’djili, le candidat malheureux, Martin Fayulu, avait promu des saisir toutes les instances pour réclamer la vérité des urnes.
C’est dans cette optique qu’il vient de saisir la cour africaine de droit de l’homme et des peuples.
L’annonce a été faite ce mercredi 06 février par Fidèle Babala, coordonnateur de Lamuka/ Kinshasa.
Selon Fidèle Babala, secrétaire général adjoint du Mouvement de Libération du Congo, “MLC”, Martin Fayulu a saisi la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples en vue de faire triompher la vérité des urnes.
“Après avoir épuisé toutes les voies de recours au niveau national, la coalition LAMUKA est au niveau africain et entreprendra toutes les démarches pour que nos droits soient reconnus et que nous soyons réinvestis dans notre position initiale qui est celle de la présidence de la République”, a-t-il déclaré.
Pour rappel,
Bienvenue à la Cour Africaine
La Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (la Cour) est une cour régionale créée par les pays africains afin d’assurer la protection des droits de l’homme et des peuples, des libertés et des devoirs en Afrique. Elle complète et renforce les fonctions de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples..
La Cour a été créée en vertu de l’article 1 du Protocole relatif à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples portant création d’une Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (le Protocole).
En vertu du Protocole (Article 5) et du Règlement intérieur de la Cour (Article 33), la Cour peut recevoir des plaintes et /ou des requêtes qui lui sont soumises, soit par la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples ou par les Etats parties au Protocole ou des organisations intergouvernementales africaines.
Les organisations non gouvernementales jouissant du statut d’observateur auprès de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples et des individus ressortissant des États qui ont fait une déclaration acceptant la compétence de la Cour peuvent également saisir directement la Cour.
Dans le cadre de la charte de l’UA, la non ingérence dans les affaires internes des États est un droit reconnu.
Et en RDC, seule la cour constitutionnelle a la compétence pour juger du contentieux électoral du scrutin présidentiel. Et ses arrêts ne font objet d’aucun recours.
TMB/CONGOPROFOND.NET

There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Le Salon des Médias et du Business ouvert ce jeudi à Kinshasa 

Published

on

C’est sur le thème: « Les médias, un atout pour la croissance des entreprises en RDC » que le Salon des Médias et du Business s’est ouvert ce jeudi 26 au 27 janvier 2023 à l’hôtel Fleuve Congo.

Événement incontournable de la scène des médias, le Salon des Médias et du Business est l’unique salon en RDC qui rassemble toute la presse et les opérateurs économiques pour discuter des possibilités d’une relation gagnant-gagnant.

Ce salon est organisé par l’Association des médias en ligne (MILRDC) en collaboration avec la Fédération des Entreprises du Congo (FEC), avec l’appui technique d’Internews sur financement de l’Union Européenne dans le cadre du projet Medias Indépendants et Innovants (Medias 2I).

Prennent part à cette rencontre, environ une centaine de journalistes, communicateurs et chefs d’entreprises.

L’objectif visé par les organisateurs est double : « d’abord évaluer les avancées de l’écosystème médiatique et son impact éventuel sur la croissance des entreprises du pays et ensuite initier un espace d’échange sur diverses thématiques en vue d’améliorer la relation entre le secteur privé et les médias », a déclaré Noémie Kilembe, directrice adjointe d’Internews.

Durant les deux jours du Salon, les participants prendront part aux echanges à travers quatre panels. Les deux premiers prévus ce jeudi ont tablé sur « la réglementation de la publicité en RDC et son impact sur les revenus des médias »; et aussi « les médias face aux régies publicitaires et GAFAS ».

Pour ce vendredi, le premier panel traitera de la diversification des services et des offres des médias, alors que le deuxième planchera sur la gouvernance et la gestion des médias en tant qu’entreprise.

Ce Salon, convient-il de rappeler, rentre dans le cadre du projet M2I débuté en janvier 2020 et qui s’achève à la fin du mois de janvier 2023.

Déborah Kabuya/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising