Connect with us

À la Une

VClub-Renaissance : des étincelles en l’air ce dimanche au stade des Martyrs !

Published

on

 

Pour la 7e fois de leur histoire commune, l’Association Sportive VClub et le Football Club Renaissance s’affrontent en cette 14 journée de Ligue 1 (Ligue nationale de football), ce dimanche 27 octobre au stade des Martyrs de la Pentecôte.

Match prévu à 15 h30, VClub part favori, au vu des statistiques : 3 victoires sur l’aire de jeu, trois matchs nuls et deux par forfait. Renaissance, quant à lui, se présente en outsider pour ce match et n’a jamais battu les “Moscovites” depuis sa création en 2014.

Outre la bataille attendue entre les 22 acteurs, des analystes relèvent aussi l’affrontement de deux coaches, et surtout la rivalité chez les supporters dans les tribunes. Bref, la rencontre s’annonce comme une grande fête sportive et populaire où le fair-play doit être le seul maître mot.

Ibenge confiant, Makengele prudent

Comme à chaque derby, un match de la plus grande exigence et intensité est attendu entre les deux équipes qui se connaissent à la perfection. “On se doit être dans le haut du tableau et ça demande des points. Il faudra renverser cette équipe de Renaissance qui se comporte très bien depuis le début de la saison. Donc nous sommes forts mentalement, on doit garder notre invincibilité et être prolifique en attaque”, a dit Florent Ibenge à la traditionnelle conférence de presse d’avant match

“Beaucoup pense que Vclub est faible, et moi je dirai non. VClub est un grand club, il est même qualifié à la phase des groupes de la Ligue des champions de la CAF et puis jusque-là il n’a perdu aucun match depuis le début de la saison. Donc, il peut passer à-côté d’un match ce qui est normal. Mon équipe est concentrée, car c’est un derby et on le prépare pour gagner”, a répliqué Kiki Makengele, le coach qui assure l’intérim du staff technique du Football Club Renaissance après le départ de Papy Kimoto.

Après un non-match, le mercredi dernier au stade des Martyrs face à Bazano (1-1), Ibenge estime que son équipe ne court pas des doutes, l’objectif reste d’engranger le trois points. “On n’est pas dans les doutes. C’est un match qu’on prend au sérieux comme on a pris tous les autres. Le championnat est encore long. Dans un match de football, il y a trois résultats, mais nous aurons besoin que d’un résultat qui va satisfaire nos supporters, car l’objectif, cette saison, est de se classer parmi les deux premiers et pourquoi pas remporter le titre », a-t-il dit.

De sa part, Kiki Makengele qui jouera ce match avec la prudence veut quand même gagner pour arracher la confiance des Renais.
“Même si ça sera très difficile avec l’absence de mon numéro 9, Sidibé, mais nous, on compte sur le groupe. On va jouer comme d’habitude, à la prudence et puis attaquer comme on le fait souvent pour chercher à marquer un ou deux buts. Mon souhait est de gagner ce match pour devenir le chouchou de Bana Fibo. Même si ça sera très difficile avec l’absence de mon numéro 9 Sidibé, mais nous, on compte sur le groupe”, a-t-il martelé.

Match qui exige du fair-play total, les officiels, les supporters aux gradins ainsi que les acteurs sur l’aire de jeu sont tous appelés au respect strict de la sportivité. Le rendez-vous est donc pris pour ce dimanche 27 octobre à 15 h 30 au stade des Martyrs de la Pentecôte.

Makambo Meushiye de la Ligue de football de Kinshasa (LIFKIN) a été choisi comme arbitre du match. Il sera assisté par Ngila Guylain de la ligue de football de l’Equateur ( LIFEQUA) et Mulangi Mulangi de ligue de football de Bandundu (LIFBAND). Comme Arbitre protocolaire, c’est Kabanga Yannick de LIFKIN. Geneviève Lukusa a été désignée commissaire au match, Innocent Kibundulu délégué de la Linafoot et Sylvie Meya officier média.

Jolga Luvundisakio/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Coup d’État manqué ou tentative d’assassinat : Didier Kamerhe attend fermement le rapport officiel de la haute hiérarchie du pays

Published

on

Menée par Christian Malanga, un ancien membre des FARDC, la milice “New Zaïre” a orchestré, les petites heures du dimanche 19 mai 2024, une attaque meurtrière à la résidence de Vital Kamerhe, candidat au perchoir de l’Assemblée Nationale et une descente au Palais de la Nation, siège et bureau du président de la République.

La question sur la vraie cible de cette attaque se pose tant dans la population congolaise que dans la sphère politique et divise deux membres du Gouvernement Sama Lukonde II.

Selon le signataire d’un communiqué officiel publié quelques heures après cet acte, Patrick Muyaya, ministre de la Communication et des Médias, porte parole de l’exécutif national, confie que seuls le Palais de la nation, siège du bureau du Président de la République, et la résidence de Vital Kamerhe, en premier, ont été attaqués.

Cette version va se marier à celle du porte-parole des FARDC affirmant avoir déjoué un coup d’État et de l’épouse de Vital Kamerhe, Hamida Chatur, qui sur son compte X a témoigné “une attaque meurtrière qui a principalement ciblé son mari“.

Se confiant aux propos des assaillants, des nouveaux éléments d’apparence non relayés par le communiqué du Gouvernement et la presse congolaise, seront dévoilés le même jour par Jean-Pierre Bemba via le compte X de la Vice-primature, ministère de la Défense Nationale et des Anciens Combattants.

Les résidences de la première ministre Suminwa Judith , du VPM de la défense, Jean-Pierre Bemba et de l’honorable Vital Kamerhe, avant l’étape du palais de la nation, étaient les principales cibles, selon les témoignages des assaillants“, lit-on.

14 heures après cet incident, Didier Kamerhe, frère de Vital Kamerhe, appelle la communauté congolaise à rester factuelle en attendant les résultats des enquêtes officielles en cours et soulèvent les quatre points suivants :

1. Le point de départ de ce qu’on présente officiellement comme tentative de renversement de pouvoir à Kinshasa est la résidence d’un simple député mais, il faudrait le préciser, candidat au poste du président de l’assemblée;

2. L’une des gardes du député sort de la parcelle en pleine nuit, soi-disant parce qu’il aurait vu des drones circuler dans le ciel et, comme par hasard, les assaillants profitent de son ouverture du portail pour le braquer, entrer dans la parcelle et le ligoter, pendant que d’autres engagent un échange des feux avec les autres gardes dont 2 seront tués avec un des assaillants;

3. Vue la résistance des gardes restés à l’intérieur de la parcelle du député en question, les assaillants vont se retirer pour prendre d’assaut le palais de la nation sans une résistance sérieuse sur les différentes barrières de sécurité de ce site hautement sécurisé du pays;

4. C’est après la tentative (d’assassinat) manquée à la résidence du député et prise d’assaut très facile du Palais de la nation que, seul, le commandant des assaillants sera abattu.

Optimiste, il soutient cette célèbre phrase “les faits sont sacrés mais les commentaires libres”, pour n’attendre que le rapport Officiel de la haute hiérarchie qui pourra démontrer les commanditaires de cette tentative de déstabilisation des institutions, des officiels et de Kinshasa.

Exaucé Kaya/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte