mbet

Connect with us

Actualité

Tribune : la Chine, « poule aux œufs d’or », a 70 ans (Par Cyprien Kapuku, journaliste et chercheur en Relations internationales)

Published

on

Anciennement appelée République de Chine, l’actuelle République populaire de Chine, qui célèbre, cette année, ses 70 ans d’existence, est chargée d’histoire. Aujourd’hui sur le toit du monde, la Chine des années qui ont suivi la proclamation de la nouvelle république ressemblait à peine à un vaste chantier où tout était à reconstruire. Il a fallu un parfait mélange d’abnégation teinté du patriotisme pour qu’on en arrive à cette Chine comparable à ce jour à la poule aux œufs d’or. Retour sur les faits marquants
« Le peuple chinois s’est dressé…Les Chinois ne seront jamais un peuple d’esclaves », annonçait, en grande pompe, Mao Zedong du haut de la tribune de la célébrissime Place Tian’anmen. Nous sommes, le 1 octobre 1949. C’était à l’occasion de la proclamation de la naissante République populaire de Chine. Mais Il n’en reste pas moins vrai que ce message d’espoir cachait encore trois enjeux principaux paraissaient comme de véritables défis de la nouvelle république, aux premiers rangs desquels se trouve l’édification d’un Etat central en Chine. L’atteinte de cet objectif s’accompagne avec l’établissement du parti communiste chinois implanté à tous les niveaux de l’Etat et de la société.
Evidemment, la construction du nouvel ordre politique était, entre autres, fondé sur l’élimination des zones d’influence que l’Occident avait établies au cours de 100 années précédentes, surtout dans le domaine économique, mais aussi en matière de culture et d’éducation, précise un livre collectif intitulé « La Chine au XXème siècle de 1949 à Aujourd’hui. Cette démarche que d’aucuns qualifient de « purge intérieure » a, dans une certaine mesure toute proportion gardée, conduit à la fermeture du nouvel Etat vis-à-vis du monde occidental. Après la création de la nouvelle Chine, le nouveau régime était confronté également au problème de désarmement et intégration des troupes de l’ancien régime qui continuaient encore à opposer une vive résistance.
IT/ Enjeux économiques
Autre défi auquel devrait faire face la nouvelle Chine, était de l’ordre économique. Le nouvel Etat devrait procéder à la réparation des dégâts causés par la guerre afin de relancer la production et l’approvisionnement de millions d’hommes affamés et exposés aux épidémies. Cette tendance va véritablement se confirmer vers la fin des années 70 ans, avec en toile de fond, la mise en œuvre, par l’ancien dirigeant chinois Deng Xiaoping, de la politique de réforme et d’ouverture. Cette période charnière, pourrait-on dire, entre la Chine de 1949 et celle de nos jours est considérée par beaucoup d’auteurs comme étant la « seconde » naissance de la République populaire de Chine. C’est durant cette période, affirment-ils, que la Chine a véritablement amorcé son processus de développement jusqu’à se hisser au deuxième rang de l’économie mondiale à quelques centimètres près derrière les Etats-Unis.
Un troisième défi, non de moindre, auquel devrait également faire face la nouvelle Chine, était celui des alliances avec les autres Etats du monde. Le nouveau régime de Pékin n’étant aussitôt reconnu par les Etats-Unis, va vite conclure une alliance temporaire avec l’ex-URSS afin de se prémunir des éventuelles interventions militaires étrangères, notamment celle des Etats-Unis. Son rapprochement avec l’Union soviétique entraine l’adoption du modèle soviétique. On parle de « voies classiques ».
IT/ Trois nouveautés de Xi Jinping
Si Deng Xiaoping a été le précurseur du développement de la Chine, beaucoup sont d’avis que l’actuel président chinois, Xi Jinping, est celui qui est venu accentuer et approfondir l’élan de la réforme de la Chine, en ouvrant davantage son marché vers l’extérieur. Au-delà de l’approfondissement de la réforme et de son élargissement dans tous les secteurs, Xi Jinping s’est amené avec trois nouveaux concepts : l’Initiative la Ceinture et la Route, la communauté de destin partagé et le socialisme aux caractéristiques chinoises de la nouvelle ère. En réalité, ces trois concepts sont inextricablement dépendants l’un de l’autre. Si bien que chacun d’eux dégage une saveur particulière.
L’initiative la ceinture et la route est ce projet intégrateur de développement économique mondial qui vise les bénéfices mutuels entre les Etats. Sur le plan politique, ce projet milite aussi en faveur du nouvel ordre des relations internationales, c’est l’idée de la communauté de destin partagé, une vision qui promeut la vie paisible en communauté où tout le monde partagerait les mêmes intérêts. Difficile de voir un Etat se lever contre un autre, parce qu’ils sont supposés lien par le même destin.
Le troisième concept, à la signification beaucoup plus interne, vise le renouveau de la Chine à travers la réalisation d’une société de moyenne aisance, avec en prime, l’éradication complète de la pauvreté d’ici 2020. Ce concept, très original, a été depuis lors, inscrits dans la charte du parti communiste chinois.
IT/ La Chine en bref, 700 millions de personnes sorties de la pauvreté
De 1949 à ce jour, la Chine a connu un de développement sans précédent. Actuellement tous les indicateurs de ce géant asiatique affichent au vert, même si le contexte économique international ne s’y prête pas. Les économies du monde se livrent actuellement une guerre économique sur fond d’augmentation des tarifs douaniers.
Mais dans cette guerre aux conséquences pas bonnes sur l’économie mondiale, la Chine part avec un léger avantage du fait de son statut du centre du commerce mondial et de la promulgation, dernièrement lors du 19ème Congrès national du Parti communiste chinois, de loi portant sur les investissements étrangers en Chine, une litanie des mesures avantageuses aux investisseurs d’ailleurs. Avec autant de chaines de production industrielle, la Chine est devenue le centre économique du monde. Sa contribution à la croissance mondiale est estimée Elle à 16,3%, les chiffres du FMI. Avec des projets d’investissement presque partout dans le monde, la Chine est le premier partenaire économique de l’Union européenne, de l’Afrique, de la Russie et de plusieurs autres pays
Sans vouloir attiser le feu, il est d’autant plus vrai que personne ne sort gagnant dans ce genre de confrontation commerciale. D’où, les appels répétés au dialogue de la communauté internationale. Chose que les deux parties peinent encore à réaliser.
Sur le plan social, dans l’intervalle de la période qui a suivi l’ouverture de la Chine jusqu’à ce jour, la République populaire de Chine a réussi à sortir près 700 millions de Chinois de la pauvreté. Ce qui représente environ dix fois la population actuelle de la République démocratique du Congo, autre grand d’Afrique qui peine encore à se relever de ses cendres.
Dans un autre registre, l’espérance de vie moyenne des Chinois a augmenté de 42 ans, passant de 35 ans en 1949 à 77 ans en 2018, selon un communiqué publié par la Commission nationale de la santé. Par extension, la Chine mise actuellement sur l’initiative dite « Chine saine », programme qui vise à améliorer la politique de santé nationale et à offrir des services de santé complets à vie pour tous les Chinois, sans exception.
L’une des dernières réalisations marquant le 70ème anniversaire de la République populaire de Chine, se trouve être le nouvel aéroport international Daxing Beijing, officiellement lancé, mercredi 25 septembre, par le président chinois Xi Jinping, un véritable joyau aéroportuaire du temps moderne, construit en moins de cinq ans.
It/ Respect et admiration
Il convient de noter également des avancées majeures réalisées dans le domaine des technologies et de l’innovation, notamment la technologie « 5 G ». La Chine est aussi l’un des pays pionniers en Intelligence artificielle et dans la fabrication de voiture à énergie nouvelle.
Autre succès de la République populaire de Chine, c’est le renforcement de son système de défense militaire.
Pour tout dire, dans les panneaux, la Chine actuelle vit dans situation meilleure que celle dans laquelle elle était durant les premières années de sa naissance.
D’un Etat économiquement faible et politiquement et sécuritairement instable, la Chine, comme à l’aide d’un coup de baquette magique, est présentement dans sa zone de confort, déjouant tous les pronostics de tous ceux qui ne juraient que par sa mort prématurée. Rien d’être un fait du hasard, la remontée spectaculaire de la Chine est le fruit du travail de longue haleine, lui conférant l’étiquette de la « poule aux œufs d’or », suscitant respect et admiration. C’est tout le monde qui vient vers elle. Certains pour se ressourcer, d’autres pour s’inspirer. Bref, la Chine de l’ère Xi Jinping mérite bien un hat trick.
Cyprien Kapuku, journaliste et chercheur en Relations internationales


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

Actualité

BAD : Les Assemblées Annuelles ouvertes mardi à Accra

Published

on

En sa qualité de hôte principal de la 57ème Assemblées Annuelles de la Banque Africaine de Développement (Bad), et de la 48ième célébration du Fonds Africain de Développement (FAD), le président de la République du Ghana, Nana ADDO DANKWA AKUFO ADDO, a officiellement ouvert le mardi 24 mai 2022, les Assemblées Annuelles de la Banque Africaine de Développement à Accra. Ces assises qui se déroulent du 23 au 27 mai2022, se planche autour du principal thème : « Atteindre la résilience climatique et une transition énergétique juste pour l’Afrique ». Plusieurs chefs d’États ont également pris part à cette séance d’ouverture. Parmi eux : Mme Samia SUHULU HASSAN, présidente de la Tanzanie; le président Filipe Nyusi du Mozambique; le Vice-président de Côte d’Ivoire, Tiemoko Meyliet KONE; Edouard Ngirente, Premier ministre du Rwanda, Mme Monique Nzanzabaganwa, Vice-présidente de la Commission de l’Union Africaine, ministre des finances du Ghana et président du Conseil des gouverneurs de la banque; Kenneth OFORI YATTA ainsi que le président de la Banque africaine de développement, Dr Akinwumi Adesina. Des représentants des corps diplomatiques, les représentants des communautés économiques regionales, les vice-présidents et les staffs de la Bad, des ministres des Finances, des partenaires au développement, des médias sont aussi conviés à ses assises qui coïncide au double évènement : la célébration du cinquantième anniversaire du fonds africain de développement (FAD), et le cinquantième anniversaire de la mort de Kwame Nkrumah, premier président de la République du premier pays africain à accéder à l’indépendance.

Notons que la République démocratique du Congo est représentée à ces assises par le ministre des Finances Nicolas Kazadi et quelques experts de ce secteur.

Très heureux d’accueillir cette grande réunion de la BAD, qui se déroule en même temps que la visite officielle de son frère et ami Filipe Nyusi du Mozambique, le président ghanéen avoué sa joie de recevoir la première femme présidente de la République de la Tanzanie et d’autres leaders présents à ces assises pour leur soutien à l’égard de la Bad.

A l’en croire, le choix du Ghana est tout à fait justifié du fait que son pays a toujours connu une gouvernance stable en dépit de cette période critique que vit l’Afrique et le reste du monde due aux effets de la pandémie et l’invasion de la Russie en Ukraine. Il a félicité le FAD d’avoir concédé d’organiser avec la BAD ce jubilé. Outre cela, le président Nana ADDO a félicité le président de la Bad, Dr Akinwumi Adesina, pour sa vision extraordinaire, sa passion et surtout son leadership qui a permis à la Banque d’acquérir une réputation global au niveau des grandes institutions financières du monde. Puis de rappeler qu’elle a été primée meilleure institution financière dans le monde en 2021 par Global Finance Magazine.

Réitérant ainsi son appel à la banque, le président Nana ADDO a estimé qu’elle doit continuer à jouer son rôle de leader afin de soutenir les économies faibles face aux effets qui nous guettent.

Au sujet de la mise en œuvre de la Zlecaf, il a estimé qu’il était donc temps de se défaire des relations qui ne nous font pas du tout avancer et de mettre fin aux obstacles structurels.

A son tour, Dr Akinwumi Adesina, nmea dit sa reconnaissance au président du Ghana pour avoir accepté d’accueillir ses assises qui marque un retour des peuples africains à leurs origines. Il a tenu à préciser que ces assises sont en réalité pour des milliers d’africains qui ne sont pas parmi nous et qui sont malheureusement affectés par le changement climatique.

A l’en croire, ce thème revêt toute son importance dans le cadre de présentes assises car le changement climatique affecte non seulement les vies africaines et surtout les économies. D’où, il a indiqué qu’il n’y a pas d’autre alternative que de s’adapter à cette menace. Et en tant que leader dans l’adaptation face au changement climatique, la banque en collaboration avec le Centre Global pour l’adaptation a décidé de doubler sa contribution face au changement climatique à la hauteur de 25 milliards de dollars jusqu’en 2025.

Par ailleurs, le président de la Bad a indiqué que dans le cadre de leur programme d’action, la banque supporte aussi 9 pays pour mieux les aider à mieux faire face aux risques de changement climatique à travers la facilité africaine de risques et des catastrophes. Et de renchérir que grâce à leurs efforts, plusieurs initiatives à succès ont été mises sur place à l’échelle du continent tel que : le financement du programme “TAAT” qui a connu ses prouesses en Afrique de l’Est pour l’amélioration des variétés de maïs, la production de tonnes de semences de blé en Ethiopie depuis 2018, la mise en place d’une transition énergétique équitable y compris la mise en place d’un plan de production alimentaire d’urgence d’1,5 milliards de dollars pour l’Afrique en collaboration avec la Commission de l’Union Africaine. Enfin, il a remercié tous les donateurs et s’est dit fière d’être un président en mission auprès de cette institution financière.

Enfin, la Vice -présidente de la Commission de l’Union Africaine a, au nom de Moussa Faki, estimé que le FAD est une initiative louable pour le continent, néanmoins, elle a précisé qu’elle devrait plutôt avoir accès aux marchés financiers pour réaliser encore des choses meilleures et de manière rapide.

Melba Muzola Mpolo/Envoyée spéciale à Accra


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising

K-WA Advertising