Connect with us

Actualité

Tentative de détournement de près d’1 million USD : par peur de l’IGF, la FECOFA se tire une balle dans le pied !

Published

on

L’affaire de tentative de détournement des deniers publics dans le secteur des Sports fait le choux gras de la presse depuis 24 heures. Des sommes de 350 000 USD et de 480 000 Euros, soit un total de 913 738 USD, décaissées par le Trésor Public et logées dans le compte de la FECOFA, sont citées. Cependant, la porteuse dudit compte, la FECOFA, affirme être ignorante de provenance de cet argent !

Les faits

En effet, en marge du tournoi TIFOCO organisé par la FECOFA et financé par le gouvernement de la RDC, des invitations ont été adressées à des fédérations sœurs du Niger, Ghana, Côte-d’Ivoire et Congo Brazzaville. Dans ces lettres, la FECOFA confirme l’organisation et la prise en charge de ces équipes par le pays hôte (la RDC).

Aussi drôle que ça puisse paraître, l’opinion publique s’est demandée, à la lumière de la polémique qui bat son plein, comment, sans document, le ministère des Sports et loisirs peut faire parvenir à la FECOFA de telles sommes sans que cette dernière ne fasse au préalable des prévisions?

Surpris de voir l’IGF débarquer d’emblée à sa porte pour exiger des justifications des fonds, le président a.i de la FECOFA, Donatien Tshimanga, l’intérimaire de Constant Omari, s’est empressé de tout rejetté en bloc.

En clair, ce responsable de la FECOFA est allé même jusqu’à nier son propre courrier avec état de besoin. Comment un tel document peut-il échapper à son contrôle ? Si tel est le cas, cela est donc synonyme de l’ignorance dont il a fait preuve malgré ses 20 ans à ce poste de Premier vice-président de cette instance.

En ignorant le contenu de cette missive demandant les fonds pour ce tournoi international, Donatien Tshimanga met à nue le disfonctionnement cruel de l’organe censé gérer le football congolais.

Fort de la crainte de l’explosion du château des cartes du système Omari, la peur des représailles a obligé l’intérimaire à nier une pratique systémique de l’instance faîtière du football congolais.

L’opinion sait que, du ministre des Sports, en passant par les fédérations, jusqu’aux clubs, aucune somme du gouvernement ne peut être décaissée sans aucun soubassement venant de la fédération demanderesse.

La réussite étant un motif de combat en RDC, les voies méchantes se sont carrément levées pour nuire à celui qui a, dans un laps de temps, réussi à arracher l’organisation des Jeux congolais au conseil des ministres, quelque peu de temps après avoir réussi à convaincre ses pairs du gouvernement sur la réhabilitation et la rénovation des 7 stades à travers la République.

Sans parler du stade des Martyrs qui est devenu aujourd’hui un bijou, car réellement réhabilité, après des opérations  » cosmétiques » de plusieurs anciens ministres des Sports qui se sont succédé.

Jolga Luvundisakio/CONGOPROFOND.NET