Connect with us

non classé

Tennis de Table/Circuit international du Ghana : la RDC a déjà enregistré 3 médailles

Published

on

Les athlètes cadets et juniors de la République démocratique du Congo de Tennis de table participent au “Circuit international de tennis de table” qui se déroule au Ghana, depuis le 1er avril dernier. Pour la première partie, les Congolais ne sont pas sorti mains bredouilles. Ils ont déjà raflé trois médailles dont une en argent et deux en bronzes.

Les juniors messieurs s’en sortent avec l’argent

Christian Mbongia et Exaucé Ngefwasa, ce sont les deux Léopards juniors messieurs qui malheureusement ont perdu la finale face aux Nigérians, mais s’en sortent avec une médaille d’argent de la deuxième place en épreuve de double (par équipe).

Alors qu’ils ont bien entamé leur premier set, les Congolais ont été vite rejoints par les Nigérians en deuxième set. Enfin, ces derniers ont pris le dessus à la fin du match en gagnant par 3 sets à 1 soit ( 14-12, 6-11, 12-14, 9-11).

Un peu déçu, Christian Mbongia promet de faire mieux pour la suite de la compétition :

“En terme de réussite, on a au moins fait 80% on devrait normalement faire le maximum pour rafler le médaille d’or, mais ça n’a pas tenu. Nos adversaires étaient aussi forts et la compétition était vraiment de haut niveau. Les prochaines épreuves, nous allons faire le nécessaire pour rafler les médailles en or…”, a-t-il déclaré.

Il sied de rappeler que les Congolais ont écarté, en demi-finale, le mixte constitué d’un Costaricien et d’un Anglais.

Quant aux filles juniors, elles se sont contentées de la médaille de bronze au terme d’un classement général et même cas de figure pour Dinanga Lily et Kayembe Julie qui s’offre le bronze chez les cadettes.

La compétition va se poursuivre dans les épreuves de simple et double.

Jolga Luvundisakio/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Santé

Santé : La Société Civile appelle à une lutte contre le paludisme plus équitable et respectueuse des droits humains

Published

on

Lors du Forum Annuel de la Plateforme de la société civile pour l’élimination du paludisme (CS4ME), qui s’est tenu le 23 avril 2024, une déclaration a été adoptée appelant à une prise en compte accrue des droits humains, de l’équité et du genre dans la lutte contre le paludisme. Alors que la Journée mondiale contre le paludisme approche le 25 avril, la société civile mondiale s’est engagée à renforcer ses efforts pour accélérer l’élimination de cette maladie dévastatrice.

La déclaration souligne l’importance de mettre en place des initiatives qui favorisent le respect des droits de l’homme et garantissent l’accès équitable à des services de lutte contre le paludisme de qualité. Elle reconnaît également le rôle crucial des femmes dans la riposte au paludisme et plaide en faveur de leur participation à la prise de décision sur les stratégies et les interventions. De plus, elle souligne la nécessité d’accorder une attention particulière aux populations vulnérables, telles que les personnes déplacées, les réfugiés et les personnes handicapées, afin de garantir leur accès aux services de prévention et de traitement.

Les signataires de la déclaration appellent les décideurs de la lutte contre le paludisme à lever les obstacles à l’accès des populations vulnérables, à atteindre les 20% de la population qui ne bénéficient pas encore de services de lutte contre le paludisme, et à respecter les droits de l’homme de toutes les personnes ayant besoin de ces services. Ils insistent également sur la gratuité des services antipaludiques pour les populations ciblées et sur la nécessité de garantir une qualité de soins respectant les droits humains de tous, indépendamment de leur statut social.

En tant que société civile, les signataires de la déclaration s’engagent à poursuivre leur plaidoyer à tous les niveaux pour atteindre ces objectifs. Ils soulignent que l’engagement significatif de la communauté est essentiel pour garantir le respect des droits de l’homme, de l’équité et du genre dans les politiques de lutte contre le paludisme. En travaillant en collaboration avec les gouvernements, les partenaires internationaux, les dirigeants locaux et les autres parties prenantes, ils s’efforceront de rendre les programmes de lutte contre le paludisme plus équitables, respectueux des droits et transformateurs en termes de genre. L’élimination du paludisme dans le monde est ainsi envisagée comme une réalité imminente.

Désiré Rex Owamba/CONGO PROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte