Connect with us

À la Une

Suspension du bourgmestre de Kisenso : Le politologue Jean-Marc Dienda demande à Peter Kazadi et Gentiny Ngobila d’annuler cette décision impopulaire !

Published

on

Le banditisme urbain à Kinshasa, accentué par le phénomène “Kuluna”, continue à faire des dégâts énormes, matériels et humains, à travers la ville de Kinshasa, notamment dans la commune de Kisenso.

En effet, il ne se passe pas un jour, sans que l’on enregistre des cas de bagarre et affrontements, entre les différents gangs.

La commune de Kisenso, l’une des zones rouges de la capitale kinoise, connait actuellement une recrudescence sans précédent de la criminalité, avec plusieurs cas de décès déjà rapportés.

Cependant, la population se sent abandonnée à son triste sort, car du côté des autorités sensées de la protéger, pas d’actions draconienes pour décourager ces malfrats.

Néanmoins, pour avoir responsabilisé sa population dans la lutte contre ce fléau, en vertue d’un principe de droit, celui de “légitime défense” et ce, en vue d’une éventuelle éradication de ce phénomène, le bourgmestre de la commune de Kisenso, Godé Atswel, vient d’écoper d’une suspension par la hiérarchie.

Pour sa part, le politologue Jean-Marc Dienda fustige cette décision et estime que les autorités sont allées vite en besogne. Elles auraient mieux fait, estime-t-il, d’exploiter le bon côté de la position du bourgmestre.

” Nous nous interdisons de croire à la célérité du Vice-premier Ministre et Ministre de l’Intérieur, dans le traitement de ce dossier qui ne respecte pas la procédure administrative “, a déclaré à la rédaction de CONGOPROFOND. NET, ce doctorand.

Et d’ajouter : ” Cette décision nous incite à croire à un règlement politique, sinon à un faux sentiment d’affirmation. La position prise par le bourgmestre, quoi qu’elle blesse certaines sensibilités, mérite compréhension et encadrement de la part de l’autorité, au lieu de verser dans l’exhibitionnisme “.

“Comment doit-on ouvrir une action disciplinaire sans pour autant adresser une demande d’explications à l’intéressé ?”, s’est-il encore interrogé.

A travers sa lettre au bourgmestre, le Gouverneur Gentiny Ngobila souligne que c’est sur instruction du VPM de l’Intérieur que cette décision a été prise. Ce qui nous pousse à conclure qu’il y a vice de procédure. Le bourgmestre a comme chefs directs, le ministre provincial de l’Intérieur et le Gouverneur de la ville.

Partout à Kinshasa, la population déplore l’absence et la léthargie de l’Etat dans la lutte contre les kulunas qui opèrent au vu et au su de tout le monde.

Cette absence et cette léthargie, pense Jean-Marc Dienda, jouent beaucoup plus à l’avantage de ces bandits dont les actes criminels à l’égard de paisibles citoyens ne font que s’accroître.

A titre d’exemple, souligne ce chercheur, lors de l’opération “Likofi” lancée à Kinshasa, à l’époque du Général Kaniama, l’on a vu une discipline s’instaurer et ce phénomène semblait être éradiqué.

Par contre, après plusieurs critiques des organisations non gouvernementales des Droits de l’homme, qui ont abouti à la surseance de ladite opération, tous nous avons assisté et continuons à assister au retour en force de ce fléau.

C’est pourquoi, pense l’analyste politique, Jean-Marc Dienda, que cette décision des autorités risque de mettre de l’eau dans le moulin des kulunas qui, en ce moment, sont en train de jubiler.

Il n’est jamais trop tard pour mieux faire, Peter Kazadi et Gentiny Ngobila, doivent revenir à la raison, car ils doivent comprendre que leur décision est impopulaire. Au moment où nous parlons, indique cet ancien du Grand Séminaire de Mayidi, les réactions fusent de partout, lesquelles réactions sont relayées par de grands médias, notamment Top Congo FM, Télé 50, B One, etc.

En guise de conclusion, Jean-Marc Dienda conseille au Gouverneur de la ville de Kinshasa d’écouter la population de Kisenso car, estime-t-il, en tant professeur d’université, Godé Atswel a encore beaucoup à donner à sa population. Il a mis au point un répertoire des kulunas de Kisenso et aujourd’hui, peut on le remarquer, grâce à ses efforts, le taux de Kulunas était sensiblement réduit dans sa municipalité.

Jules KISEMA KINKATU/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

CSAC : Appelle à l’utilisation de la profession responsable et respectueuse des journalistes sur les réseaux sociaux

Published

on

Le mercredi  dernier 12 juin 2024 ,a marqué le début du lancement de la Campagne de lutte contre la délinquance sur les réseaux sociaux et de promotion de la citoyenneté numérique , lancé par le Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CSAC) , à l’hôtel du fleuve , dans la commune de la Gombe .

Au cours de cette activité , quelques grandes personnalités du pays sont intervenus , notamment le procureur général près de la cour de cassation , monsieur Firmin Mvonde , le premier vice président de l’Assemblée nationale , Isaac Tshilumbayi et Anne Marie Ndongi , directrice adjointe de la commission des droits de l’homme en RDC .

Dans son discours , le procureur général près de la cour de cassation , Firmin Mvonde a évoqué le point des déontologies journaliques , qui pour lui , celles-ci a des principes directeurs .

« La déontologies des journalistes , comportent égalements un canal à suivre , si vous sortez de ce canal , vous rencontrez ce qu’on appelle la loi . Et cette loi , vous met dans le canal pour que vous soyez de nouveau entrain de marcher sur le vrai cours . » a expliqué Firmin Mvonde , procureur général près de la cour de cassation .

Il a également parlé de la de la loi sur la liberté de la presse dans ses articles 124 à 38 , qui a été promulguée le 13 mars 2023 , d’où y’a panoplie d’autres textes , qui ne sont pas des textes spéciaux de la presse , mais qui sont contenus dans les codes pénaux , supplémentaires et complémentaires qui organisent la profession des journalistes .

Le tout premier magistrat de la RDC , Firmin Monde a insisté sur le bon usage d’un professionnel de médias sur les réseaux sociaux .

« Le journaliste n’est ni juge ni avocat . La protection des données personnelles, la prévention du cyberharcèlement, la vérification des informations en ligne, et les bonnes pratiques pour une utilisation éthique des réseaux sociaux.» a-t-il insisté

En effet , le président du CSAC , Christian Bosembe a également expliqué le but de cette campagne.

«Le CSAC vise à informer et éduquer les hommes des médias sur les enjeux liés à l’utilisation responsable des technologies numériques, en mettant l’accent sur les réseaux sociaux et la sécurité en ligne.» a expliqué Christian Bosembe .

Par ailleurs , le premier vice président de l’Assemblée nationale , Isaac Tshilumbayi , encourage le CSAC sur le travail qui fait dans le sens de révolutionner la manière de communiquer, surtout d’engager la responsabilité des journalistes lorsqu’ils sont surpris dans le travers .

Notons que , cette sensibilisation fera un mois ici à Kinshasa et le CSAC encourage la participation active de tous les journalistes en particulier pour promouvoir une culture de responsabilité en ligne et pour contribuer à un environnement numérique plus sûr et respectueux pour tous.

Glody Bukasa Mawila / CongoProfond. net


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte