mbet

Connect with us

Actualité

Samy Badibanga saisit la Cour Constitutionnelle pour obtenir l’annulation d’une pétition contre lui

Published

on

Le premier vice-président du Sénat, Samy Badibanga Ntita, a saisi la Cour Constitutionnelle pour obtenir l’annulation d’une nouvelle pétition de déchéance lui adressée par près de 15 sénateurs.

C’est ce que l’on peut lire dans une lettre adressée par son avocat, Me Mazu Makumbu, au Président de la Cour Constitutionnelle.

Son avocat dénonce la violation des articles 19 alinéa 3, 27 et l’article 60 de la Constitution, ainsi que les droits fondamentaux garantis aux particuliers par la la même Constitution.

Dans sa lettre au Président de la Cour Constitutionnelle, l’avocat de Badibanga fait remarquer que les pétitionnaires se sont organisés d’empêcher à l’accusé de ne pas organisé sa défense, sachant bien qu’il a un bureau au sein du Sénat en sa qualité du premier vice-président du Sénat, vont, contre toute attente, faire signifier leur pétition, « soi-disant » dans une des résidences de l’accusé qui est autre que son Bureau.

“Ne l’ayant pas trouvé, ces derniers vont instrumenter leur exploit d’huissier par le canal de la commune de la Gombe qui n’a jamais transmis ladite pétition à qui de droit alors qu’elle circule sur les réseaux.,” écrit l’avocat dans sa correspondance à la cour constitutionnelle.

En outre, d’après l’avocat de M. Samy Badibanga, «l’article 27 de la Constitution de la République à base duquel les pétitionnaires fondent leur pétition qui dispose que : « tout Congolais a le droit d’adresser individuellement ou collectivement une pétition à l’autorité publique qui répond dans les 3 mois », a été mal interprété », car, estime-t-il, « ici il ne s’agit pas des actes d’assemblée mais plutôt des pétitions des administrés sur les questions d’intérêt public auxquelles leur droit se voit être mis à mal par les autorités publiques ».

Il relève aussi que l’initiatrice de la pétition, la sénatrice Victorine Lwese, qui était, au moment de la signature de cette pétition, déjà membre du Bureau d’âge qui devra être examiné cette dernière, ne peut pas être elle-même juge et partie. Ainsi pour lui, l’action des pétitionnaires n’est rien d’autre que « l’acharnement stérile et surtout qu’il est interdit par le règlement intérieur du sénat d’initié une seconde pétition au cours de la même session contre la même personne et pour les mêmes faits ».

Pour rappel, 15 sénateurs ont déposé au Bureau d’âge une nouvelle pétition de déchéance du Premier Vice-président du Bureau définitif Samy Badibanga, seul rescapé du bureau Alexis Thambwe Mwamba, à l’initiative de la sénatrice Victorine Lwese Bakwamoyo le 6 février dernier.

Thierry Mfundu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

Actualité

BAD : Les Assemblées Annuelles ouvertes mardi à Accra

Published

on

En sa qualité de hôte principal de la 57ème Assemblées Annuelles de la Banque Africaine de Développement (Bad), et de la 48ième célébration du Fonds Africain de Développement (FAD), le président de la République du Ghana, Nana ADDO DANKWA AKUFO ADDO, a officiellement ouvert le mardi 24 mai 2022, les Assemblées Annuelles de la Banque Africaine de Développement à Accra. Ces assises qui se déroulent du 23 au 27 mai2022, se planche autour du principal thème : « Atteindre la résilience climatique et une transition énergétique juste pour l’Afrique ». Plusieurs chefs d’États ont également pris part à cette séance d’ouverture. Parmi eux : Mme Samia SUHULU HASSAN, présidente de la Tanzanie; le président Filipe Nyusi du Mozambique; le Vice-président de Côte d’Ivoire, Tiemoko Meyliet KONE; Edouard Ngirente, Premier ministre du Rwanda, Mme Monique Nzanzabaganwa, Vice-présidente de la Commission de l’Union Africaine, ministre des finances du Ghana et président du Conseil des gouverneurs de la banque; Kenneth OFORI YATTA ainsi que le président de la Banque africaine de développement, Dr Akinwumi Adesina. Des représentants des corps diplomatiques, les représentants des communautés économiques regionales, les vice-présidents et les staffs de la Bad, des ministres des Finances, des partenaires au développement, des médias sont aussi conviés à ses assises qui coïncide au double évènement : la célébration du cinquantième anniversaire du fonds africain de développement (FAD), et le cinquantième anniversaire de la mort de Kwame Nkrumah, premier président de la République du premier pays africain à accéder à l’indépendance.

Notons que la République démocratique du Congo est représentée à ces assises par le ministre des Finances Nicolas Kazadi et quelques experts de ce secteur.

Très heureux d’accueillir cette grande réunion de la BAD, qui se déroule en même temps que la visite officielle de son frère et ami Filipe Nyusi du Mozambique, le président ghanéen avoué sa joie de recevoir la première femme présidente de la République de la Tanzanie et d’autres leaders présents à ces assises pour leur soutien à l’égard de la Bad.

A l’en croire, le choix du Ghana est tout à fait justifié du fait que son pays a toujours connu une gouvernance stable en dépit de cette période critique que vit l’Afrique et le reste du monde due aux effets de la pandémie et l’invasion de la Russie en Ukraine. Il a félicité le FAD d’avoir concédé d’organiser avec la BAD ce jubilé. Outre cela, le président Nana ADDO a félicité le président de la Bad, Dr Akinwumi Adesina, pour sa vision extraordinaire, sa passion et surtout son leadership qui a permis à la Banque d’acquérir une réputation global au niveau des grandes institutions financières du monde. Puis de rappeler qu’elle a été primée meilleure institution financière dans le monde en 2021 par Global Finance Magazine.

Réitérant ainsi son appel à la banque, le président Nana ADDO a estimé qu’elle doit continuer à jouer son rôle de leader afin de soutenir les économies faibles face aux effets qui nous guettent.

Au sujet de la mise en œuvre de la Zlecaf, il a estimé qu’il était donc temps de se défaire des relations qui ne nous font pas du tout avancer et de mettre fin aux obstacles structurels.

A son tour, Dr Akinwumi Adesina, nmea dit sa reconnaissance au président du Ghana pour avoir accepté d’accueillir ses assises qui marque un retour des peuples africains à leurs origines. Il a tenu à préciser que ces assises sont en réalité pour des milliers d’africains qui ne sont pas parmi nous et qui sont malheureusement affectés par le changement climatique.

A l’en croire, ce thème revêt toute son importance dans le cadre de présentes assises car le changement climatique affecte non seulement les vies africaines et surtout les économies. D’où, il a indiqué qu’il n’y a pas d’autre alternative que de s’adapter à cette menace. Et en tant que leader dans l’adaptation face au changement climatique, la banque en collaboration avec le Centre Global pour l’adaptation a décidé de doubler sa contribution face au changement climatique à la hauteur de 25 milliards de dollars jusqu’en 2025.

Par ailleurs, le président de la Bad a indiqué que dans le cadre de leur programme d’action, la banque supporte aussi 9 pays pour mieux les aider à mieux faire face aux risques de changement climatique à travers la facilité africaine de risques et des catastrophes. Et de renchérir que grâce à leurs efforts, plusieurs initiatives à succès ont été mises sur place à l’échelle du continent tel que : le financement du programme “TAAT” qui a connu ses prouesses en Afrique de l’Est pour l’amélioration des variétés de maïs, la production de tonnes de semences de blé en Ethiopie depuis 2018, la mise en place d’une transition énergétique équitable y compris la mise en place d’un plan de production alimentaire d’urgence d’1,5 milliards de dollars pour l’Afrique en collaboration avec la Commission de l’Union Africaine. Enfin, il a remercié tous les donateurs et s’est dit fière d’être un président en mission auprès de cette institution financière.

Enfin, la Vice -présidente de la Commission de l’Union Africaine a, au nom de Moussa Faki, estimé que le FAD est une initiative louable pour le continent, néanmoins, elle a précisé qu’elle devrait plutôt avoir accès aux marchés financiers pour réaliser encore des choses meilleures et de manière rapide.

Melba Muzola Mpolo/Envoyée spéciale à Accra


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising

K-WA Advertising