Connect with us

Politique

Samuel-Roger Kamba, Ministre de la Santé en RDC : Échec flagrant dans la lutte contre la pneumonie infantile

Published

on

Au cœur des enjeux de santé publique en RD Congo, la pneumonie se profile comme l’une des principales causes de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans. Malgré des chiffres alarmants – près de 5 enfants décédant chaque heure de cette maladie dévastatrice – le Ministre de la Santé, de l’Hygiène et de la Prévention Samuel-Roger Kamba semble impuissant face à ce fléau qui a coûté la vie à près de 40 000 jeunes en 2018.

L’inaction du ministre Kamba face à la pneumonie infantile frappe comme une tragédie silencieuse. Alors que des milliers d’enfants succombent chaque année à cette maladie évitable, le manque de mesures concrètes et efficaces de la part du ministre responsable révèle un échec cuisant dans la protection de la santé des plus vulnérables de la société.

L’absence criante d’une politique sanitaire robuste et adaptée pour lutter contre la pneumonie en RDC expose les lacunes profondes du système de santé du pays. Les ressources limitées, le manque d’infrastructures adéquates et l’insuffisance de personnel qualifié contribuent à perpétuer une crise sanitaire qui aurait dû être endiguée depuis longtemps.

Face à cette réalité alarmante, il est impératif que son excellence Kamba, Ministre de la Santé, de l’Hygiène et de la Prévention, prenne des mesures immédiates et décisives pour endiguer la pneumonie infantile en RDC. Des campagnes de sensibilisation massives, des programmes de vaccination étendus et des investissements significatifs dans les soins de santé primaires sont essentiels pour sauver des milliers de vies innocentes chaque année.

La pneumonie infantile en RD Congo demeure une tragédie évitable qui révèle les manquements criants du système de santé national. Le temps est venu pour le ministre de la Santé Samuel-Roger Kamba d’agir de manière décisive, de mettre en place des politiques efficaces et de mobiliser les ressources nécessaires pour protéger la santé et le bien-être des enfants du pays. L’avenir de milliers de vies en dépend.

TEDDY MFITU

Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Politique

Lucain Kasongo : « Aucun membre du bureau de l’Assemblée nationale n’a moins de 50 000 USD le mois »

Published

on

« Aucun membre du bureau de l’Assemblée nationale n’a moins de 50 000 USD le mois. A cela s’ajoutent les avantages comme logement, transport, communication, carburant, … », a indiqué lundi 20 mai le président honoraire de la commission politique, administrative et judiciaire (PAJ) de l’Assemblée nationale, Lucain Kasongo.

Il l’a dit dans un entretien accordé à Radio Okapi.

Ce sont ces avantages qui poussent la plupart des députés à s’accrocher aux postes au sein du bureau au point de bloquer le bon fonctionnement de tout un pays, estime-t-il.

Pour le coordinateur du Centre de recherche en finances publiques et développement local (CREFDL), Valérie Madianga, l’engagement des élus nationaux d’appartenir à ce bureau est motivé par leur propre intérêt plutôt que par le bien de la nation.

« C’est l’argent qui attise des convoitises des acteurs politiques. Si vous calculez les 20 millions USD qu’on donne aux cabinets et les 100 millions autres qu’on donne au bureau, ça vous fait une marmite de 120 millions USD au moins par an, manipulés par le bureau de l’Assemblée nationale. C’est une véritable affaire », a-t-il expliqué.

Les députés nationaux attendent encore le nouveau calendrier pour élire les membres du bureau définitif. C’est devant les membres de ce bureau que le Gouvernement sera investi.

A l’Assemblée nationale, près de cinq mois après l’ouverture de la session inaugurale de cette nouvelle législature, l’élection et l’installation du bureau définitif se fait attendre.

Après plusieurs tractations pour dégager la liste consensuelle de l’Union sacrée de la nation, le présidium a renseigné que la nouvelle liste attend validation du Président de la République.

L’ancienne liste étant contestée par des députés qui dénonçaient le clientélisme et le népotisme dans le choix du présidium. Quelques proches et membres de famille de certains membres du présidium de l’Union sacrée de la nation étant proposés à ces postes.

Radiookapi.net


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte