Connect with us

Politique

Risque d’affrontement en RDC : Entre Tshisekedi et Kabila, un bras de fer explosifu

Published

on

Dans les méandres politiques de la République Démocratique du Congo, les tensions entre les partisans de Félix Tshisekedi et ceux de Joseph Kabila atteignent des sommets inquiétants. Les frustrations et provocations s’intensifient, laissant planer le spectre d’un affrontement imminent.

L’interpellation de Jaynet Kabila pour interrogatoire, ajoutée au mystère entourant le refus de lui délivrer un nouveau passeport, alimente les rumeurs et les spéculations. Les liens étroits entre le chef rebelle Corneille Nangaa Yobeluo, proche de l’ex-président Kabila, et les actes de violence dans l’Est de la RDC soulèvent des questions sur d’éventuels soutiens sensibles dans cette direction.

Des sources sécuritaires évoquent des connexions suspectes, justifiant ainsi les mesures renforcées autour de la famille Kabila. Cependant, l’opinion publique s’interroge sur le silence assourdissant entourant le frère du chef rebelle Corneille Nangaa, qui exerce des fonctions officielles en tant que gouverneur sortant et candidat à sa propre succession dans la province du Haut-Uélé.

Cette apparente dualité de traitement, entre répression d’un côté et indulgence de l’autre, suscite l’incompréhension et soulève des inquiétudes quant à l’équité des actions entreprises. Dans ce climat tendu où les intérêts politiques se heurtent violemment, la population congolaise retient son souffle, redoutant l’escalade des tensions et la possible déflagration d’un conflit aux conséquences dévastatrices pour le pays tout entier.

TEDDY MFITU

Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Politique

Lucain Kasongo : « Aucun membre du bureau de l’Assemblée nationale n’a moins de 50 000 USD le mois »

Published

on

« Aucun membre du bureau de l’Assemblée nationale n’a moins de 50 000 USD le mois. A cela s’ajoutent les avantages comme logement, transport, communication, carburant, … », a indiqué lundi 20 mai le président honoraire de la commission politique, administrative et judiciaire (PAJ) de l’Assemblée nationale, Lucain Kasongo.

Il l’a dit dans un entretien accordé à Radio Okapi.

Ce sont ces avantages qui poussent la plupart des députés à s’accrocher aux postes au sein du bureau au point de bloquer le bon fonctionnement de tout un pays, estime-t-il.

Pour le coordinateur du Centre de recherche en finances publiques et développement local (CREFDL), Valérie Madianga, l’engagement des élus nationaux d’appartenir à ce bureau est motivé par leur propre intérêt plutôt que par le bien de la nation.

« C’est l’argent qui attise des convoitises des acteurs politiques. Si vous calculez les 20 millions USD qu’on donne aux cabinets et les 100 millions autres qu’on donne au bureau, ça vous fait une marmite de 120 millions USD au moins par an, manipulés par le bureau de l’Assemblée nationale. C’est une véritable affaire », a-t-il expliqué.

Les députés nationaux attendent encore le nouveau calendrier pour élire les membres du bureau définitif. C’est devant les membres de ce bureau que le Gouvernement sera investi.

A l’Assemblée nationale, près de cinq mois après l’ouverture de la session inaugurale de cette nouvelle législature, l’élection et l’installation du bureau définitif se fait attendre.

Après plusieurs tractations pour dégager la liste consensuelle de l’Union sacrée de la nation, le présidium a renseigné que la nouvelle liste attend validation du Président de la République.

L’ancienne liste étant contestée par des députés qui dénonçaient le clientélisme et le népotisme dans le choix du présidium. Quelques proches et membres de famille de certains membres du présidium de l’Union sacrée de la nation étant proposés à ces postes.

Radiookapi.net


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte