Connect with us

À la Une

Résidences meublée à Kinshasa: Véritable piège pour les jeunes filles !

Published

on

On les appellent flat Hôtel, lodge ou même simples résidences. Ils richement construits et loués dans les quartiers huppés ou tendances. Actuellement, ils pullulent à Kinshasa.

Il s’agit des maisons meublées louées par jour, par semaine, par mois et même par année à des prix parfois exorbitants. La plupart des résidents sont des expatriés, des Congolais de l’étranger et locaux qui sont dans des business louches.

Beaucoup de ces résidences se trouvent au quartier GB dans la commune de Kintambo, au quartier Socimat à Gombe, à Bon marché (Barumbu) et à Bandalungwa.

Bien que ses résidences soient la preuve visible de la croissance touristique dans la ville province de Kinshasa. Elles sont aussi la preuve d’un visage bien sombre de cette même ville: la délinquance juvenile, la prostitution des mineures, le proxénétisme, etc.

L’opinion se rappelle encore du viol collectif d’une fille de 13 ans par ses collègues de classe du Collège Révérend Kim de Lingwala lors d’une soirée festive dans un appartement meublé loué par ces derniers, mineurs de surcroit.

Tout était parti d’une activité festive organisée le 17 mai 2019 par un groupe d’élèves de 1ère et 3ième année secondaire. L’un d’eux avait loué un appartement où s’est déroulée ladite fête.

Seulement, les organisateurs de cette fête, avaient déjà tout prévu, boissons, drogue, chambre pour qu’après avoir neutralisé les filles pouvoir abuser d’elles à volonté.

C’est ce qui s’est finalement passé et puis ils s’en sont pris à une de leurs collègues qui était un peu boudeuse pour la violer et la sodomiser.

Une situation qui avait émue l’opinion nationale au regard de l’âge des enfants (entre 12-15 ans) et la facilité déconcertante qu’ils ont à se procurer un tel appartement.

Depuis lors, beaucoup d’eau a coulé au lavabo.

Plusieurs établissements du genre pullulent un peu partout dans la ville sans que les autorités ne prennent en compte les risques et dangers qu’ils représentent d’autant plus qu’officiellement la plupart ne sont pas enregistrés comme des établissements commerciaux mais comme des résidences privées.

Tenez, un témoignage recueilli, par CONGOPROFOND.NET, fait état d’une jeune femme qui a été sodomisée par un groupe des jeunes garçons. Son nom est Niclette. Elle a 17 ans…, voici ce qu’elle nous a raconté:

« Je suis allé voir une amie à Bandal et il m’a demandé de l’accompagner auprès de son petit copain. Arrivées sur place, dans une très belle résidence meublée, nous étions accueillies par des jeunes garçons dans une ambiance festive. Nous avons mangé, bu puis ils ont mis la musique puis nous avons dansé.

Après quelques temps, j’ai eu des vertiges et puis je me suis assise sur le sofa et je me suis endormie.

Mais ce n’est que le lendemain que je me suis reveillée à moitié habillée.

Lorsque je suis entrée dans la douche, j’ai remarqué des spermes sur mon sexe. Je me suis alors plainte auprès de nos amis mais tous ont nié m’avoir violé et m’ont dit que personne ne me croirait de toutes les façons. J’ai eu honte et je n’ai rien dit à mes parents… »

Récemment encore, une jeune dame a été retrouvée comme ayant perdu la tête à Masina.

Elle a raconté avoir été enlevée et puis conduite dans une maison meublée avec piscine située à l’extérieur de la ville de Kinshasa.

Droguée, elle raconte avoir été abusée sexuellement avec d’autres filles par un groupe des personnes y compris des expatriés, des politiciens qui y venaient passer le week end dans cette résidence.

Ce calvaire a duré des mois avant que les kidnappeurs viennent la déposer les yeux fermés en pleine commune de Masina où elle a été retrouvée érrante.

Aucune enquête n’a été ouverte pour connaître les dessous de cette affaire sordide.

En côte d’Ivoire, on compte déjà plusieurs morts des jeunes femmes dans ces résidences meublées.

Après le décès de 4 jeunes filles, en janvier 2022, dans une résidence meublée au quartier Divo, à Koumassi, un autre drame similaire s’est produit, ce dimanche 3 avril 2022, au Remblais, dans la même commune.

Une jeune fille prénommée Kadi, âgée de 17 ans, est décédée après avoir passé la nuit du samedi avec deux jeunes garçons, Pitchou (23 ans) et Mobio (20 ans), dans une résidence.

D’où cette sonnette d’alarme avant que la situation devienne pire et que l’on compte des morts si ce n’est pas déjà fait à Kinshasa.

Par Bishop Mfundu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Transition écologique et du développement durable : Marie-Pascale Malanda et l’ACTEDD ouvrent le débat public national ce vendredi 30 septembre

Published

on

L’Agence congolaise de la transition écologique et du développement durable (ACTEDD) annonce la tenue, le 30 septembre 2022 à Kinshasa/Gombe, de sa première conférence de presse.

Cette rencontre avec les chevaliers de la plume et du micro sera consacrée à la transition énergétique et au positionnement de la République démocratique du Congo dans cet enjeu planétaire.

A en croire sa coordinatrice Marie-Pascale Malanda, pour ce premier rendez-vous avec la presse, l’objectif poursuivi par ACTEDD est la mise à niveau des médias sur les enjeux énergétiques et climatiques, lesquels ont une dynamique internationale forte pour un « Pays-Solution» comme le nôtre.  » Voilà pourquoi, ACTEDD veut lancer et conduire le débat public national sur des questions aussi fondamentales en commençant par la mobilisation des médias, compte tenu de leur rôle crucial dans la diffusion de l’information et du renforcement des connaissances », a-t-elle martelé.

Pour rappel, l’Agence Congolaise de la Transition Ecologique et du Developpement Durable ( A.C.T.E.D.D) est un service spécialisé de la Présidence de la République mise en place par l’ordonnance n° 20/013 du 28 février 2020.

Elle a pour mission de concevoir, de coordonner et d’implémenter les politiques publiques nationales relatives à la transition écologique en République Démocratique du Congo. Elle est chargée d’étudier, d’analyser et évaluer toutes les questions qui lui sont soumises par le Président de la République en rapport avec la transition écologique et le développement durable. L’Agence comprend le Comité de pilotage et la Coordination.

Ses membres sont nommés par odronnances n° 20/021 du 06 avril 2020.

Il s’agit de :

1. Madame Marie-Pascal MALANDA DIATUKA, Coordonnateur
2. Monsieur Jean de Dieu MINENGU MAYULU, Cordonnateur Adjoint

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising