Connect with us

À la Une

Réhabilitation de Peti-Peti : les deputés provinciaux du Kwango s’opposent à Gilbert Kankonde

Published

on

 

Le retour aux affaires du gouverneur demissionnaire du Kwango, Jean-Marie Peti-Peti Tamata, se fait dans la douleur et risque de n’avoir pas lieu.

Après la declaration du Caucus des élus nationaux du Kwango, les deputés provinciaux sont aussi montés au crénau, le même mercredi 04 novembre.

Lors de la plénière de ce mercredi, les deputés provinciaux ont désapprouvé la décision du vice-premier ministre, ministre de l’intérieur concernant la réhabilitation de Jean-Marie Peti-Peti, au motif que le Chef de l’Etat n’a pas pris acte de sa demission.

Willy Fayulu (Palu), le suppléant de JM Peti-Peti à l’assemblée provinciale, a imploré ses collegues deputés à accepter le retour de Peti-Peti. Pour lui, “nous vivons de grands moments des turbulences, il y a dejà une crise au sommet de l’Etat”. Il a tiré l’attention du president de l’assemblée provinciale sur les consequences de cette crise qui pourrait être catastrophique pour la province du Kwango.
Il leur a demandé daccorder une seconde chance à Peti-Peti, quitte à le juger sur son travaille où le sanctionner en cas de récidive.

Pour le deputé Ndala Mukambu Delta, suppléant de Edouard Mayikwangu (Renovac), l’heure est grave, les ennemis du Kwango cherchent à créer une crise. pour lui, la decision du Vice-premier ministre Gilbert Kankonde n’est pas de nature à favoriser le climat de paix qui a toujours caractérisé cette province.

Pour l’élu du Palu, l’honnorable Kafinga Mbumba, au moment où le président de la République consulte en vu de créer une union sacrée pour “sauver le pays “, la décision du vice-premier ministre Gilbert Kankonde vient semer la zizanie dans le Kwango. “personne n’a demandé à Peti-Peti de démissionner”, poursuit-il en rappelant que la démission est un acte volontaire, mûrement réfléchi.

Pour rappel, le gouverneur du Kwango JM Peti-Peti a démissionné en juin 2020 alors qu’il était visé par une motion de défiance pour megestion, détournement, et incitation à la haine tribale.

Emile YIMBU/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Gestion de la Direction générale des recettes du Kasaï Central «DGRKAC» : La Commission Kayombo dédouane le gouverneur sortant John Kabeya de l’enquête

Published

on

La gestion du gouverneur sortant du Kasaï Central, John Kabeya Shikayi, n’a pas fait l’objet d’une enquête de l’Assemblée provinciale. C’est ce qu’a révélé le député provincial Bob Kayombo, président de la Commission spéciale mise en place par l’organe délibérant du Kasaï Central pour enquêter sur la gestion de la Direction générale des recettes du Kasaï Central, «DGRKAC». Il l’a dit dans une interview accordée à la presse au lendemain de l’adoption des recommandations issues de cette enquête, le vendredi 14 Juin.

D’après cet élu de Kazumba, le travail effectué par sa Commission a été sapé. Bob Kayombo s’indigne de constater que les responsables directs cités dans son rapport ne soient pas mis en justice et parle d’un acharnement de certains élus provinciaux sur la personne de John Kabeya Shikayi.

” L’enquête que nous avons menée ne concerne nullement la gestion du Gouverneur Kabeya. J’ai été sidéré, séance tenante, de voir certains députés provinciaux citer le Gouverneur sortant et estimer qu’il soit déféré devant la justice pour des raisons que j’ignore jusqu’à présent. Mes regrets c’est de voir les dirigeants de la DGRKAC que nous devrions blâmer être blanchis pour des raisons inavouées. Mais les gens qui n’ont même pas fait objet d’une enquête soient assimilés aux gestionnaires directs de la DGRKAC. Nous n’avons pas enquêté sur la gestion du gouverneur Kabeya…”, explique-t-il sous un ton fort.

Concernant la gestion de la DGRKAC qui a fait l’objet de l’enquête de sa Commission instituée par la Première institution du Kasaï Central, le député Bob Kayombo s’est indigné des révélations recueillies lors de cette enquête et met plutôt en cause l’équipe dirigeante de cette régie financière provinciale.

On ne peut pas accepter que notre seule source de revenus soit dirigée avec légèreté et amateurisme. Nous avons constaté un dysfonctionnement dans l’appareil de gestion de cette régie, commençant par la Direction générale jusqu’aux agents commis aux postes de péages. Nous sommes allés sur terrain, où les agents se servent à souhait les fonds de l’État. Il y a eu exactement des détournement sûrement, les fonds perçus dans les centres Kazumba et Luiza n’ont pas été tracés.”, martèle-t-il.

Pour rappel, c’est après son départ de Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï Central le 30 avril passé, qu’un cafouillage a été constaté dans la gestion de la régie financière entretenue, d’une part, par le ministère provincial des Finances, les responsables de la DGRKAC et le gouverneur ad intérim.

J.M.(C.P.)/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte