Connect with us

À la Une

RDC: Samy Badibanga demande à F. Tshisekedi de convoquer une table de réconciliation

Published

on

 

Réunis aux fins d’examiner la situation politique de l’heure en République démocratique du Congo, le bureau politique des  » Progressistes » demande au président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, de convoquer autour d’une table de réconciliation, une rencontre des acteurs politiques et des forces vives de la société civile représentatives du peuple détenteur de la souveraineté nationale afin de remédier à la situation périlleuse des institutions et permettre que le Congolais se réconcilie avec ses dirigeants et ses institutions.

Dans sa déclaration faite mercredi 19 juin 2019 dans la soirée, le regroupement politique du sénateur et Premier ministre honoraire, Samy Badibanga, justifie sa position aux constats suivants : le système politique en RDC repose sur la Constitution, la loi fondamentale adoptée par le peuple, seul détenteur de la souveraineté nationale, qui sert d’arbitre en toute matière institutionnelle, y compris concernant les contentieux électoraux. Force est de constater que les arrêts rendus par la Cour Constitutionnelle, au sommet de la pyramide juridictionnelle, laissent planer un doute sur le choix du peuple, ce qui remet en cause l’Etat de droit et plongent aujourd’hui la Nation dans la confusion et la défiance envers les institutions. C’est la légitimité des autorités publiques, et, en particulier, de l’Assemblée nationale et du gouvernement à venir qui est mise en question.

Soulignant qu’il est un fait que pour une grande partie de la population congolaise, certaines institutions sont le produit de la “corruption” avec toutes les conséquences que cela entraîne sur le développement du pays, la démocratie, la paix, la sécurité, et la cohésion nationale.

Qu’à cet égard, poursuit la déclaration, il convient de se souvenir de l’exposé des motifs de notre Constitution qui commence par ces mots : “Depuis son indépendance, le 30 juin 1960, la République Démocratique du Congo est confrontée à des crises politiques récurrentes dont l’une des causes fondamentales est la contestation de la légitimité des Institutions et de leurs animateurs. Cette contestation a pris un relief particulier avec les guerres qui ont déchiré le pays. »

Samy Badibanga Ntita demande aux forces politiques et sociales de la République de faire preuve de l’amour de la patrie en soutenant cette démarche d’intérêt national.

À la communauté internationale de se montrer disponible, en apportant un appui nécessaire à ces assises de paix et réconciliation, afin de donner la chance au peuple congolais de vivre le changement pour lequel il avait voté.

En définitive, Il dit renouveler sa confiance dans l’avenir de la Nation et du peuple congolais et dans l’espérance d’un Congo pour tous, et pour que vive la paix et la réconciliation en République Démocratique du Congo.

CLÉMENT MOUAMBA/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

Goma: Sur recommandation du Premier ministre, le couvre-feu est levé !

Published

on

Le couvre-feu a été levé ce lundi 26 septembre sur toute l’étendue de la ville de Goma. En revanche, il reste en vigueur dans le reste de la province du Nord-Kivu « en attendant l’amélioration des conditions sécuritaires ». Cette mesure avait été décrétée dans cette province dans le but de protéger la population pendant la période des fêtes de fin d’année en 2021, caractérisée par un pic inhabituel d’insécurité.

La levée de cette mesure dans le chef-lieu du Nord-Kivu intervient peu après la mission de suivi-évaluation de l’état de siège « en vue de réorienter les actions pouvant contribuer à rétablir la paix et la sécurité durables dans cette partie de notre territoire national », effectuée par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde en Ituri et au Nord-Kivu

A cet effet, il avait été demandé au gouverneur militaire d’évaluer son efficacité, après les nombreuses plaintes des populations exaspérées par les tracasseries.

« Nous devons nous assurer avec les autorités militaires que nous puissions mettre fin à toutes ces questions, surtout des questions des tracasseries qui ont été mentionnées. Nous estimons que nous, en tant qu’autorités, devons suivre ce que la population nous dit et travailler dans le sens de lui garantir son bien-être. C’est une population qui n’a que trop souffert et donc nous sommes très sensibles aux messages qui nous sont donnés. Nous avons eu aussi cette demande qui nous a été faite, particulièrement pour la ville de Goma, en ce qui concerne les restrictions en termes de déplacements. Nous avons discuté avec le Gouverneur militaire et donné une indication pour qu’il puisse très vite, réunir le conseil de sécurité et voir les modalités, tout en garantissant la sécurité ici dans la ville de Goma », avait ajouté le Premier ministre Sama Lukonde.

Signalons qu’une première journée ville morte a été observée ce lundi 26 septembre à Goma à l’appel des forces vives et de la société civile en protestation de l’occupation depuis plus de 3 mois de la cité de Bunagana par le M23 et de l’état de siège, jugé inefficace.

Franck Kaky/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising