Connect with us

Analyses et points de vue

RDC : Quand l’accessoire prime sur l’essentiel (Tribune de Paul Tshutshu Kitutu Nya Bonama, Activiste/Mouvement citoyen “Réveil citoyen Congolais”)

Published

on

La parole de l’homme politique congolais est passager, même au sommet de l’Etat.

A ce 1er mandat présidentiel finissant de Felix TSHILOMBO, force est de constater un bilan macabre, sombre, chaotique, pourtant nous avons attendu un Congo nouveau. ” Je ferai du Congo l’Allemagne de l’Afrique…”, extrait du discours de Monsieur Félix Beton.

Plus de 200 voyages du président de la Republique, en Jet privé, sans compassion de la situation à l’Est, de la misère du pays, du taux de chômage, l’argent du contribuable congolais volatilisé, près de 500 millions de dollars américains à ce jour pour les deplacements du chef, etc. Oui, le Président aime le confort, on parlerai même d’un enrichissement dû à sa position. Il ne délégue pas, les voyages destinés aux ministres sont faits par “Beton” !

La vie privée du chef de l’Etat exposée par les services de securité, quel scandale !

Le peuple en a marre de voir un club d’amis, sans experience professionnelle, à la tête du pays. Des bandits aux commandes sans vergogne qui font preuve d’incompétence notoire, d’amateurisme, de jouissance et de corruption.

Subjectivité au sommet, incapacité de donner au peuple ce qu’il demande. “Nous avons tendance à dire que Kabila n’etait pas si mauvais”. Le Rwanda toujours au chevet de la RDC, “Beton” incapable de s’imposer.

La proliferation du tribalisme à outrance. Il suffit de voir la composition de la présidence de la République, tous kasaïens intouchables. Pour preuve, les taxis motards devenus incontrolables.

Une corruption soutenue

Projet “100 jours”, projet “Tshilejelu”, la gratuité de l’enseignement, l’appui à l’épidémie de Covid-19, etc.

Les condamnés d’hier, acquittés aujourd’hui. Aucun retour de fonds au trésor public, une justice instrumentalisée. Or, il est difficle de décoller avec une justice corrompue.

La liberté d’expression, la vérité d’expression deviennent dangereuses, les manifestations pacifiques reprimées par les forces de l’ordre (Cas du 22 avril 2022, marche de la coalition Lamuka-Fcc repoussée violemment par la police pour vouloir exiger un consensus autour des reformes électorales).

A la veille des élections de 2023, qui nous paraissent inopportunes, le peuple congolais devrait faire face ( une fois de plus) à une crise politique, à la manipulation de ses dirigeants plus soucieux de leur positionnement que l’avenir du pays.

Avec plusieurs sorties médiatiques ratées du président de la République ( Mboka ekufa kala, eloko ya ko bongisa eza te !; critiques sur la médiocrité des enseignants et sur la faiblesse de nos forces armées, etc…), il ne nous reste plus qu’à lui rappeler que le poisson pourrissant par la tête, la responsabilité de l’échec du pays incombe uniquement au chef, à lui seul.

Dossier à suivre.


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Analyses et points de vue

Dépasser les limites de la perception : Pourquoi s’éloigner d’un système est essentiel pour le comprendre pleinement

Published

on

Dans un monde où l’immersion totale dans des systèmes complexes est monnaie courante, il est impératif de remettre en question une idée largement acceptée : pour comprendre un système, il faut parfois s’en extraire. Cette notion controversée suggère que notre perception du monde est limitée par nos propres filtres cognitifs.

Nos compréhensions et interprétations sont intrinsèquement liées à nos connaissances préalables, nos biais et nos croyances. Se libérer de ces entraves mentales est une entreprise audacieuse mais nécessaire. En prenant du recul par rapport à un système donné, en le contemplant dans son ensemble et en explorant des perspectives extérieures, nous élargissons nos horizons intellectuels.

C’est en se confrontant à l’inconnu, en défiant nos certitudes et en remettant en question nos préjugés que nous pouvons réellement appréhender la complexité des mécanismes qui régissent le monde qui nous entoure. Ce sont nos pensées qui créent notre réalité. C’est aussi le temps qui détermine foncièrement notre existence.

Cette approche holistique nous pousse à sortir de notre zone de confort intellectuelle, à embrasser l’ambiguïté et à reconnaître l’importance de la diversité des points de vue. En acceptant que notre vision du monde est imparfaite et incomplète, nous nous ouvrons à de nouvelles possibilités de compréhension et de découverte. Nous modifions alors notre perception du réel.

Pour véritablement saisir la nature profonde d’un système, il est impératif de transcender nos propres limites, de remettre en question nos convictions et de nous aventurer au-delà de ce que nous pensons savoir. C’est en embrassant l’inconnu que nous trouvons la clé pour déverrouiller les mystères qui nous entourent et pour élargir notre vision du monde dans toute sa richesse et sa complexité.

TEDDY MFITU
Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte