Connect with us

À la Une

RDC: plus de 1.000 décès causés par la maladie à virus Ebola

Published

on

À la date du 2 mai 2019, le ministère de la Santé publique a enregistré plus de 1.000 décès causés par la maladie à virus Ebola, dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri. Le taux de létalité global de l’épidémie est de 65,9 %, indique-t-il dans un communiqué de presse publié le vendredi 3 mai 2019.

Les données épidémiologiques montrent que la majorité des cas et décès sont concentrés géographiquement dans la ville de Butembo et ses alentours. Sur un total de 1 529 cas, 674 (soit 44 %) ont été notifiés dans les deux zones de santé formant la ville de Butembo, à savoir Katwa et Butembo.

Par ailleurs, c’est également la ville de Butembo qui enregistre le plus lourd bilan en termes de perte en vies humaines, car plus de la moitié de décès sont survenus dans la ville de Butembo. Sur 1.008 décès, 523 (soit 51,9%) ont été notifiés dans les zones de santé de Butembo et Katwa.

Le foyer principal de l’épidémie dans la ville de Butembo est également à l’origine de la résurgence de l’épidémie dans les zones voisines de Kayna, Biena, Masereka, Vuhovi et Kalunguta. Alors que chacune de ces zones avait réussi à passer plus de 21 jours sans nouveaux cas confirmés entre février et mars 2019, l’épidémie d’Ebola avait repris dans ces zones après que des personnes contaminées originaires de Butembo ou de Katwa ont fui les équipes de la riposte pour se réfugier chez des proches vivant dans ces zones voisines.

Delphin Mupanda/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Or: Remplacements des réserves et nouvelles opportunités pour sécuriser le programme de KIBALI étalé sur plus de 10 ans

Published

on

La plus grande mine d’or d’Afrique, Kibali, est sur la bonne voie pour le remplacement de ses réserves réduites par l’exploitation en 2022, tandis que de nouvelles opportunités de croissance soutiendront également son plan d’affaires étalé sur plus de 10 ans et son statut de l’un des actifs de niveau 11 de Barrick Gold Corporation.

Le président et président directeur général de Barrick, Mark Bristow, a déclaré à la presse aujourd’hui que le gisement prolifique KCD de Kibali continuait d’offrir de la valeur supplémentaire vu que le forage actuel est axé sur la conversion des ressources en réserves et sur l’exploration des filons qui sont encore ouverts en profondeur. En outre, les cibles de Mengu Hill, Ikanva et Gorumbwa présentent le potentiel nécessaire pour renforcer le portefeuille souterrain de Kibali.

« Kibali est une opération très rentable avec ses trois centrales hydroélectriques de classe mondiale qui couvrent la majeure partie de ses besoins énergétiques. Elles seront suppléées par une nouvelle centrale solaire de 17MW qui, une fois achevée en 2025, fera passer la part des énergies renouvelables dans les sources énergétiques de la mine de 81% à 93%, » a déclaré Bristow.

Les références écologiques de Kibali comprennent également la réduction continue des eaux douces provenant de la rivière Kibali et un programme de reboisement qui, à ce jour, a permis de planter plus de 10,000 arbres. La mine poursuit son programme d’appui à la conservation de la biodiversité au Parc National de la Garamba en RDC, avec la réintroduction des rhinocéros provenant d’Afrique du Sud. Les 16 premiers rhinocéros sont attendus à Garamba d’ici la fin du deuxième trimestre de cette année et seront suivis de 60 autres au cours des trois prochaines années.

Conformément à la politique globale de Barrick consistant à employer et à promouvoir les ressortissants du pays hôte, Arthur Kabila a été nommé premier directeur général congolais de Kibali. Depuis l’année dernière, huit autres postes clés de direction et techniques sont désormais occupés par des Congolais.

 

Tshieke Bukasa/Congoprofond


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising