Connect with us

À la Une

RDC/Nord-Kivu : les 11 derniers survivants d’Ebola ont « recouvré » la liberté à Beni

Published

on

Les 11 derniers survivants de la maladie d’Ebola ont été sortis, ce mardi 10 février 2020, du site de cantonnement de Kanzulinzuli à Beni dans la province du Nord-Kivu. Cette activité a été menée conjointement par le Coordonnateur de la riposte à l’épidémie à la maladie à virus Ebola à Beni, le Dr John Kombe, le maire de la ville de Beni et son adjoint, ainsi que le bourgmestre de la commune de Bungulu.

 

A cet effet, le Coordonnateur de la sous-coordination de Beni et le maire de la ville ont appelé la population à plus de vigilance, car ont-ils déclaré, la fin de l’épidémie n’est pas encore déclarée malgré le fait que le Centre de traitement EbolaM de Beni et les sites d’isolement des contacts de Kanzulinzuli sont désormais vides.

 

Pour le maire de la ville de Beni, cette partie de la victoire est attribuée à la population pour sa collaboration et son engagement aux côtés des équipes de la riposte.

 

Le dernier cas confirmé de la Maladie à virus Ebola, une femme de 57 ans, guérie et sortie du Centre de traitement d’Ebola de Beni le 03 mars 2020, a également remercié toutes les équipes de la riposte pour sa prise en charge appelant ainsi ses voisins et toute la communauté au respect des mesures recommandées par les personnels sanitaires et les équipes de la riposte jusqu’à la déclaration de la fin de cette maladie virale en République démocratique du Congo, particulièrement à Beni.

 

« Le déchargement des derniers contacts ne signifie pas la fin d’Ebola. La population doit rester vigilante jusqu’à la déclaration officielle de la fin de l’épidémie », a été le message clé destiné à la communauté lors de la conférence de presse, animée conjointement par le Coordonnateur de la réponse à la MVE à Beni, le maire et le maire adjoint de Beni, ainsi que le bourgmestre de la commune de Bungulu.

 

 

Delphin Mupanda/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Or: Remplacements des réserves et nouvelles opportunités pour sécuriser le programme de KIBALI étalé sur plus de 10 ans

Published

on

La plus grande mine d’or d’Afrique, Kibali, est sur la bonne voie pour le remplacement de ses réserves réduites par l’exploitation en 2022, tandis que de nouvelles opportunités de croissance soutiendront également son plan d’affaires étalé sur plus de 10 ans et son statut de l’un des actifs de niveau 11 de Barrick Gold Corporation.

Le président et président directeur général de Barrick, Mark Bristow, a déclaré à la presse aujourd’hui que le gisement prolifique KCD de Kibali continuait d’offrir de la valeur supplémentaire vu que le forage actuel est axé sur la conversion des ressources en réserves et sur l’exploration des filons qui sont encore ouverts en profondeur. En outre, les cibles de Mengu Hill, Ikanva et Gorumbwa présentent le potentiel nécessaire pour renforcer le portefeuille souterrain de Kibali.

« Kibali est une opération très rentable avec ses trois centrales hydroélectriques de classe mondiale qui couvrent la majeure partie de ses besoins énergétiques. Elles seront suppléées par une nouvelle centrale solaire de 17MW qui, une fois achevée en 2025, fera passer la part des énergies renouvelables dans les sources énergétiques de la mine de 81% à 93%, » a déclaré Bristow.

Les références écologiques de Kibali comprennent également la réduction continue des eaux douces provenant de la rivière Kibali et un programme de reboisement qui, à ce jour, a permis de planter plus de 10,000 arbres. La mine poursuit son programme d’appui à la conservation de la biodiversité au Parc National de la Garamba en RDC, avec la réintroduction des rhinocéros provenant d’Afrique du Sud. Les 16 premiers rhinocéros sont attendus à Garamba d’ici la fin du deuxième trimestre de cette année et seront suivis de 60 autres au cours des trois prochaines années.

Conformément à la politique globale de Barrick consistant à employer et à promouvoir les ressortissants du pays hôte, Arthur Kabila a été nommé premier directeur général congolais de Kibali. Depuis l’année dernière, huit autres postes clés de direction et techniques sont désormais occupés par des Congolais.

 

Tshieke Bukasa/Congoprofond


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising