Connect with us

À la Une

RDC/ Nord Kivu : 2 civils tués à Mamove ce dimanche

Published

on

 

Deux civils ont été tués et des milliers des personnes déplacés ce dimanche 24 février à la localité de Mamove situé à +/-15 km au Nord-Ouest de la commune rurale d’ Oïcha, chef-lieu du territoire de Beni. Elle a été sous les coups de feu depuis quatre heures du matin de ce dimanche.

Les armes lourdes et légères ont été entendues dans cette localité située dans le groupement Batangi Mbau, secteur de Beni- Mbau en province du Nord-Kivu pendant plus au-moins 4 heures de temps.
Pendant les affrontements, les populations ont été obligées de s’en fermer dans leurs maisons craignant pour leur sécurité.

D’après le CRDH, le bilan provisoire de l’incursion des présumés ADF à Mamove fait étant de : 2 civils tués dont monsieur Mumbere Kanduvula et un autre homme déplacé de Mavivi. Des chèvres, poules et plusieurs biens de la population ont aussi été emportés.

Ajoutez à cela plus d’une vingtaine des maisons dont des boutiques et maisons d’habitations ont systématiquement été pillées et rendues en cendres.

On signale aussi un pavillon du centre de santé de référence brûlé. “Quelques civils dont les membres de la CRDH sur place continuent à identifier portés disparus,” rapporte Jean Paul Paluku.

La même source signale que les populations ont suffisamment alerté l’armée congolaise à tous les niveaux bien avant les drames. Mais rien n’a été fait pour empêcher cette aventure criminelle œuvre des soi-disant ADF.

C’est un sentiment de déception cher coordonnateur. On nous a toujours demandé de collaborer avec notre armée. Nous remplissons la part de notre responsabilité mais du côté de cette armée on constate une sorte de négligence.
Avec ce qui vient de se passer à Mamové aujourd’hui, il y a lieu de conclure sans doute que l’armée les a tout simplement laissé le temps de se ravitailler en médicaments, vivres et autres. C’est du pure théâtre auquel nous assistons ici” déclare Julien Paluku.

La Convention pour le Respect des Droits Humains (CRDH), regrette de constater que, depuis l’attaque de cette même entité par les mêmes présumés Adf en date du 11 février 2019, aucune mesure efficace n’a été prise par l’armée pour protéger les civils et leurs biens.

La preuve est que, l’ennemi a encore foulé ses pieds en toute quiétude au centre où, il a opéré comme dans une zone conquise au point de brûler des maisons d`habitations, des maisons de commerces et un pavillon du centre de santé après avoir innocemment tué deux civils.

Apparemment, la non-assistance aux personnes en danger n’a jamais été une infraction dans le monde militaire congolais sauf chez les civils. Sinon, avec tout ce qui se passe dans la région de Beni depuis 2014 jusqu’à présent, nombreux parmi les officiers FARDC seraient déjà en prison pour avoir laissé les massacres se commettre devant leurs yeux impuissants pendant que l’Etat congolais les a donnés tous les moyens nécessaires pour y faire face et garantir la sécurité de la population et ses biens sur terrain.

«Le drame qui se déroule à l’ Est du pays précisément dans la région de Beni en province du Nord-Kivu n’est plus une insécurité, ou un simple conflit, mais un génocide silencieux. Il doit être requalifié tenant compte de son ampleur et de son intensité.»

Le nouveau chef de l’Etat Congolais, Felix Tshisekedi Tshilombo a convoqué récemment les notables de la communauté Nande vivant à Kinshasa pour statuer sur la problématique de la situation sécuritaire de Beni qui a déjà couté la vie à plus de 3000 personnes civiles, victimes des massacres depuis le 2 octobre 2014.

Le problème avec les notables Nande, c’est qu’ils sont majoritairement kabilistes (par intérêt) alors que l’ écrasante majorité de la population Nande est profondément hostile à Kabila le président sortant.

Comment espérer régler un problème en traitant avec des “représentants”qui sont en totale contradiction avec “leurs populations”?

“Si les notables kabilistes étaient la solution, il y a longtemps que les massacres auraient déjà cessé. D’ailleurs, il n’y aurait même pas de massacre,” affirme le CRDH.

TMB/ CONGOPROFOND.NET