Connect with us

À la Une

RDC-Namibie: à Windhoek, F. Tshisekedi toujours apôtre du changement et de l’Etat de droit

Published

on

A l’issue de sa rencontre avec son homologue Hage Geingob, président de la Namibie, à windhoek, ce mardi 26 février 2019, le président de la République Démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, s’est livré devant la presse.

Tout d’abord, il a évoqué le motif de sa visite en Namibie.  » Nous venons solliciter le soutien de nos frères de la SADC pour éradiquer définitivement les différentes rébellions », a précisé Félix Tshisekedi. Cette situation d’insécurité à l’est de son pays étant parmi ses préoccupations, il a réaffirmé sa volonté à y mettre fin.

Parlant de la corruption qui gangrène la classe politique à propos des élections des gouverneurs et sénateurs, le numéro 1 de la RDC a martelé: « l’une des premières choses que j’inviterai la classe politique à faire, c’est de réfléchir sur ce mode d’élection des gouverneurs des provinces et des sénateurs. C’est ce mode d’élection qui est à la base de la corruption et donc il faut réfléchir sur la manière de changer et de donner au peuple, de la même manière que pour les élections législatives nationales, provinciales et présidentielle, le droit de voter directement, de choisir directement ses élus ».

Cette corruption décriée par plusieurs candidats, convient-il de souligner, a reveillé le conseiller spécial en matière de bonne gouvernance, le professeur Luzolo Bambi, lequel a invité le parquet général à ouvrir une information judiciaire contre des élus provinciaux, des candidats aux élections sénatoriales et des gouverneurs de provinces soupçonnés de corruption, selon une lettre circulant sur les réseaux sociaux.

A la question concernant les droits de l’homme, le président de la République Démocratique du Congo s’est vu indigné de la comparaison recurrente de son impérium en tant que chef de l’état.
« Je ne comprend pas du tout cette invitation à me démarquer du pouvoir de Kabila. J’ai amené ma méthode parce que le pouvoir de Kabila a fait son temps. Maintenant, le mien commence donc il n’y a pas de démarcation à provoquer là… Dans les prochains jours, il y aura libération des prisonniers politiques « , a-t-il révelé.

Il a rappelé qu’une méthode est déjà mise en place depuis sa prise du pouvoir: celle de lutter contre l’impunité. Cela s’est démontré par les arrestations des officiers responsables de la mort des étudiants à Lubumbashi, la libre circulation du député national Martin Fayulu qui organise des meetings où il veut pour reclamer sa vérité des urnes, etc.  » Je veux qu’à la fin de mon mandat, on ne parle plus des arrestations arbitraires », a-t-il conclu.

En somme, le Chef de l’Etat est revenu sur ses messages forts liés au changement, à la lutte contre la corruption et pour l’instauration d’un Etat de droit.

BM/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Le Salon des Médias et du Business ouvert ce jeudi à Kinshasa 

Published

on

C’est sur le thème: « Les médias, un atout pour la croissance des entreprises en RDC » que le Salon des Médias et du Business s’est ouvert ce jeudi 26 au 27 janvier 2023 à l’hôtel Fleuve Congo.

Événement incontournable de la scène des médias, le Salon des Médias et du Business est l’unique salon en RDC qui rassemble toute la presse et les opérateurs économiques pour discuter des possibilités d’une relation gagnant-gagnant.

Ce salon est organisé par l’Association des médias en ligne (MILRDC) en collaboration avec la Fédération des Entreprises du Congo (FEC), avec l’appui technique d’Internews sur financement de l’Union Européenne dans le cadre du projet Medias Indépendants et Innovants (Medias 2I).

Prennent part à cette rencontre, environ une centaine de journalistes, communicateurs et chefs d’entreprises.

L’objectif visé par les organisateurs est double : « d’abord évaluer les avancées de l’écosystème médiatique et son impact éventuel sur la croissance des entreprises du pays et ensuite initier un espace d’échange sur diverses thématiques en vue d’améliorer la relation entre le secteur privé et les médias », a déclaré Noémie Kilembe, directrice adjointe d’Internews.

Durant les deux jours du Salon, les participants prendront part aux echanges à travers quatre panels. Les deux premiers prévus ce jeudi ont tablé sur « la réglementation de la publicité en RDC et son impact sur les revenus des médias »; et aussi « les médias face aux régies publicitaires et GAFAS ».

Pour ce vendredi, le premier panel traitera de la diversification des services et des offres des médias, alors que le deuxième planchera sur la gouvernance et la gestion des médias en tant qu’entreprise.

Ce Salon, convient-il de rappeler, rentre dans le cadre du projet M2I débuté en janvier 2020 et qui s’achève à la fin du mois de janvier 2023.

Déborah Kabuya/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising