Connect with us

À la Une

RDC/Mise en place Territoriale : le FCC insiste sur la transparence de manière à rassurer toutes les parties prenantes au processus électoral

Published

on

La situation sociopolitique du pays marquée par différentes questions préoccupantes étaient à l’ordre du jour de la conférence des présidents tenue sous la direction du professeur et député national Néhémie Mwilanya Wilondja, coordonnateur national du Front commun pour le Congo(FCC).

D’après la déclaration finale rendue publique, jeudi 10 septembre 2020 dans la soirée, la conférence des présidents a noté l’intérêt porté par la classe politique aux défis à relever en rapport avec le processus électoral devant déboucher sur les élections de 2023.

Abordant la question liée aux nominations imminentes des cadres territoriaux par le ministre de l’Intérieur Gilbert Kankonde Malamba, la plateforme chère au sénateur à vie Joseph Kabila Kabange rappelle que la territoriale participe au cadre institutionnel de l’organisation des élections.

De ce fait, la nomination des cadres territoriaux au niveau tant des entités territoriales décentralisées que celle déconcentrées, doit se dérouler en toute transparence de manière à rassurer toutes les parties prenantes au processus électoral. De ce point de vue, ces nominations devraient bénéficier de larges consultations au sein de la coalition.

D’après la conférence des présidents du FCC, ces nominations devraient par ailleurs, s’agissant des entités déconcentrées, tenir compte de l’impératif de la stabilité des cadres territoriaux en fonction, depuis seulement 2018, en prenant en compte les coûts comparatifs pouvant entraîner des mutations prématurées et non préparées mais dictées uniquement par des mobiles partisans.

“Elles devraient enfin respecter la procédure prescrite, impliquant les ministères et commissions gouvernementales concernées y compris les délibérations en Conseil des Ministres”, conclut le communiqué final.

Notons que d’après des sources proches du ministère de l’Intérieur, sauf changement de dernière minute, ces nominations provisoires faute de la non tenue des élections municipales pourraient intervenir d’ici la fin du mois de Septembre et elles vont concerner une vingtaine de provinces de la République démocratique du Congo.

MUAMBA MULEMBUE CLÉMENT/CONGOPROFOND.NET