Connect with us

À la Une

RDC : les structures sanitaires et logistiques médicales présentées au réseau parlementaire de l’APF

Published

on

Le réseau parlementaire de lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie a effectué une descente, ce lundi 18 novembre 2019, dans les structures ciblées de la ville de Kinshasa qui prennent en charge les malades de ces fléaux ainsi que le centre de logistique.

La visite a commencé par l’entrepôt Bolloré Logistics qui joue le rôle de site primaire pour l’entreposage des médicaments et intrants des subventions du Fonds mondial en RDC, dans le cadre du nouveau modèle de financement. Bolloré a contractualisé avec les récipiendaires tel que CORDAID et Sanru pour assurer les entreprosages et la distribution des intrants.

Après cette visite d’ensemble à Bolloré Logistics, le groupe des parlementaires s’est scindé en trois petits groupes dont le premier a rendu visite au centre Hospitalier Boyambi dans la commune de Barumbu. Ce centre hospitalier est engagé dans la lutte contre les VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme. Il a comme activités : la prise en charge des personnes vivant avec les VIH et autres intrants, charge virale disponible pour toutes les PVVIH;

Le deuxième sous-groupe s’est rendu au Centre Médical Bwanya tandis que le dernier a visité le Centre de santé Kabinda dans la commune de Lingwala. Ce centre ouvert 24 heures sur 24, et offre des services préventifs et curatifs aux PVVIH et aux patients tuberculeux. Il est appuyé par l’ONG “Médecins sans frontières” et bénéficie également du soutien de CORDAID dans la prise en charge et les suivis des patients.

Il est à noter que c’était après ces visites, que les travaux proprement dit, ont débuté à Kempinski Fleuve Hôtel à Gombe.

Petit Ben Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

La corruption à son paroxysme : Quand le pouvoir corrompt même les plus hauts organes de décision

Published

on

Dans un récent scandale révélé au grand jour, le camp du candidat déclaré provisoirement Gouverneur de la province du Haut-Uélé Jean Bakomito Gambu malgré les irrégularités et la fraude industrielle orchestrée lors des élections du 29 Avril 2024 a été pris en flagrant délit de tentative de corruption au sein du Conseil d’État, dépassant ainsi tout ce que l’on aurait pu imaginer. Après une audience décisive, les membres de ce camp se sont retrouvés dans l’impasse financière, manquant des fonds nécessaires pour soudoyer les membres du Conseil d’état.

Face à cette situation critique, ils se sont tournés vers un allié de poids, l’ancien Gouverneur Christophe Baseane Nangaa, mais ce dernier a refusé de prêter la somme colossale exigée. Sans alternative, ils ont décidé de s’endetter auprès de la principale entreprise minière de la province, Kibali Gold Mine compromettant ainsi leur intégrité et leur légitimité.

Cette affaire d’une gravité extrême a attiré l’attention de toutes les autorités de la république, mettant en lumière l’étendue des ravages causés par la corruption dans les rouages du pouvoir. Elle soulève des questions essentielles sur l’éthique et la transparence des processus politiques, et appelle à une réaction ferme et sans équivoque de la part des institutions chargées de veiller à l’intégrité de notre démocratie.

Cette affaire révèle une triste réalité : la corruption a atteint des sommets insoupçonnés, menaçant les bases mêmes de notre système démocratique. Il est temps de prendre des mesures radicales pour lutter contre ce fléau qui gangrène notre société et compromet notre avenir collectif.

TEDDY MFITU
Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte