Connect with us

non classé

RDC : les sénateurs ont rejeté la demande des poursuites contre Thambwe Mwamba, le triomphe des lois de la République (Tribune de Papy Tamba)

Published

on

En matière des immunités des sénateurs, l’article 107 alinéa 1 de notre constitution et l’article 217 du règlement intérieur du sénat sont assez clairs: Aucun parlementaire ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé en raison des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions. Qui a tenté de briser ce principe pour créer une jurisprudence dangereuse pour notre pays?

En France, pays qui inspire l’essentiel du prescrit de notre constitution, MELENCHON (pour ne citer que son exemple), n’a-t-il pas déclaré en pleine plénière que son pays était dirigé par un con? Avait-il été poursuivi pour cela? Étonnant d’observer que le dossier GOYA qui avait déjà trouvé un règlement au sénat, fasse l’objet d’une poursuite dont nous ignorons les raisons. C’est une honte.

Pour revenir au fond d’un dossier qui n’en est plus un, la fameuse salle de plénière renovée est de grande qualité .elle est réellement évaluée à 3 400 000 usd et à ce jour , le trésor public n’ a pas encore décaissé un seul dollar pour payer l’entrepreneur. Le sénat , au terme de l’ article 100 de la constitution (autonomie de gestion administrative et financière), payera progressivement cette créance avec sa dotation. Un management réservé aux SEULS patriotes.

En d’autre terme, la dotation du sénat n’a pas besoin des justificatifs des travaux effectués par son bureau pour être débloquée par le trésor, elle se débloque de droit. Voir alors le bureau du sénat utiliser cette dotation pour les travaux de réfection de son environnement de travail est un gage de bonne gouvernance à attribuer à son président. Malgré-moi me revient encore à l’esprit cette pensée de Karl MARX: L’IGNORANCE APPORTERA ENCORE BEAUCOUP DE MAUX À L’HUMANITÉ

FINI LA DISTRACTION. PUISQUE C’EST MAINTENANT CONNU DE TOUS QUE C’EST UNE NON-AFFAIRE, L’HEURE EST AU TRAVAIL AU SÉNAT

Le petit garçon du coin,
Papy TAMBA


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

non classé

Contrôle technique des véhicules à Boma: Dr Guy Bandu apporte une bouée de sauvetage à la population 

Published

on

Alors que le gouverneur du Kongo Central travaille pour la cohésion provinciale et la promotion de l’équilibre géo-économique, beaucoup le voient d’un mauvais oeil. Guy Bandu Ndungidi a signé dernièrement un arrêté rendant obligatoire le contrôle technique de tout véhicule et matériels roulants d’occasion à l’importation, en conventionnel ou en container. La délivrance du bon de sortie des véhicules ne se fera désormais qu’après le résultat dudit contrôle. Pour l’heure, seul le port international de Boma dispose des infrastructures adéquates quant à ce.

Des faits

Plusieurs cas d’accidents signalés sur la route nationale n°1. Une situation dûe, à en croire certains témoignages, au mauvais état des véhicules. Il n’est un secret pour personne que depuis un temps circuler dans la ville de Matadi est devenu un casse-tête. Des embouteillages monstres sont observés sur les grandes artères, principalement vers l’entrée du pont OEBK, à cause des véhicules remorques se dirigeant au port MGT.

Selon les témoignages de certains déclarants, actuellement plusieurs navires sont en mouillage, des containers bloqués aux ports de transit faute d’espace à MGT.

Enfin, le Bas-fleuve avec son unique ville Boma est économiquement malade à cause de l’effondrement des activités portuaires.

Evaluant de près la situation et tenant compte des paramètres socio-économiques, le gouvernement provincial a pris l’option de s’appuyer sur l’arrêté Tsasa-di-Ntumba dans le souci de réglementer et réguler les activités économiques.

Pour rappel, cette décision fait suite à un atelier de deux jours organisé au gouvernorat avec la participation de tous les intervenants portuaires y compris les armateurs et la Fec. L’arrêté Bandu n’est que la mise en application de l’une des 26 recommandations assorties de ces assises.

De l’avis d’un juriste

Pour Me Willy Mbadi, c’est du bon droit que le gouverneur a signé cet arrêté soutenu par une forte légitimité au nom de l’équilibre économique provincial entre les deux principaux pools constituant le Kongo Central à savoir l’Est et l’Ouest. Dans tous les cas, la partie droite du fleuve Congo se réjouit et remercie le président de la République, son Excellence Félix-Antoine Tshisekedi qui a enfin accompli, au travers le gouverneur du Kongo Central le Docteur Guy Bandu Ndungidi, sa promesse faite aux Bomatraciens de relancer l’exploitation du port pour l’amélioration des conditions socio-économiques de cette partie de la province. La population attend impatiemment la fin du moratoire de 45 jours pour l’application effective de l’arrêté Bandu.

Sandrine Lisingi/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising