K-WA Advertising

Connect with us

non classé

RDC : les chefs coutumiers mis à contribution pour barrer la route à la propagation du coronavirus

Published

on

 

Le ministre des Affaires coutumières, Eyrolles Michel Mvunzi Meya, invite les chefs traditionnels et autres chefs coutumiers à jouer leur rôle de responsables de l’encadrement psychologique et administratif de la population, en répercutant les mesures de prévention contre le coronavirus à la base.

Dans son message enregistré ce mercredi, Eyrolles Michel Mvunzi Meya, fait savoir que son appel aux chefs coutumiers se situe dans le souci de renforcer les mesures annoncées le 18 mars dernier par le Chef de l’Etat Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, et l’état d’urgence sanitaire qui s’en est suivi.

Lire aussi: 

Coronavirus : ” Mungwa ya Basenzi ” et ” Bodisa”, la recette des chefs coutumiers pour vaincre la pandémie

Pour le ministre, « chacun de nos concitoyens est ainsi appelé à jouer sa partition dans la protection individuelle et collective de notre société contre ce virus et éviter ainsi des situations d’une gravité difficilement maitrisable ».

Mvunzi Meya rappelle que « les chefs coutumiers de la République démocratique du Congo ont toujours été responsables de l’encadrement psychologique et administratif de plus de 70% de la population des Entités de base de notre pays ». A ce titre, dit-il, la charge de répercuter à la base toutes les mesures susmentionnées, revient en majeure partie aux chefs de chefferies, de groupements et de villages.

Il invite alors les chefs coutumiers à sensibiliser la population, « à conscientiser et à veiller à l’application stricte de toutes ces mesures dans le but d’éviter la contamination de nos concitoyens, particulièrement ceux de l’arrière-pays ».

Mvunzi Meya rappelle les chefs traditionnels qu’ils sont détenteurs du pouvoir coutumier, du savoir et du savoir-faire traditionnels. D’où, leur dit-il, « votre contribution à l’éradication de cette pandémie dans notre pays est plus qu’attendue ».

Qu’à cela ne tienne, Mvunzi Meya met en garde certaines personnes qui, dans un excès de zèle, propagent des superstitions pour se faire valoir au dos de cette pandémie.

Le ministre met en garde toute personne qui profiterait de cette crise sanitaire mondiale pour envenimer davantage la situation, qui du reste est une « maladie virale étrangère à nos us et coutumes ». Ainsi, il invite toute personne parmi les chefs coutumiers qui détiendrait un secret salutaire à le verser au Conseil scientifique mis en place par le Président de la république, avant de le porter à la connaissance de ses concitoyens.

Dans son message aux chefs coutumiers, le ministre Mvunzi Meya exhorte également la population à appliquer les mesures barrières énoncées par les instances supérieures contre le Covid-19 et à faire montre de discipline et de civisme.

Emile YIMBU/CONGOPROFOND.NET

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

non classé

Santé sexuelle et reproductive des Ados et Jeunes : Le bulletin du PNSA édition du 2ème semestre 2021 déjà disponible

Published

on

L’Edition du deuxième semestre 2021 du Bulletin “Ados & Jeune” est disponible en téléchargement gratuit sur le site du RJSSR. Ce numéro présente les activités réalisées par le Programme national de santé de l’adolescent (PNSA) au cours du deuxième semestre 2021, ainsi que celles auxquelles le Programme a participé. Vous y trouverez : les réalisations du PNSA dans les quatre provinces appuyées par la Banque Mondiale, la politique nationale de nutrition pour les adolescents et jeunes en RDC, une rubrique Echos de partenaires et bien plus.

Ados & Jeunes S2 2021 | Bulletin d’informations sur la SSR

Les adolescents représentent près du tiers de la population congolaise soit plus ou moins 20 millions de personnes (32,8%). Amener les adolescents et les jeunes à avoir accès à des services de santé de qualité et à disposer des informations complètes en matière de sexualité et de reproduction en vue d’une vie saine pour un développement durable du pays constitue la vision du Programme National de Santé de l’Adolescent en RDC (PNSA). L’objectif du PNSA est, selon son directeur Fidèle MBADU et suivant le plan stratégique 2021-2025, de réaliser une riposte nationale susceptible de donner une réponse satisfaisante aux problèmes en rapport avec la santé sexuelle les adolescents et jeunes, et ainsi aider ces derniers à adopter un comportement responsable et favorable à leur bien-être.

Ce numéro présente les activités réalisées par le PNSA au cours du deuxième semestre 2021, ainsi que celles auxquelles le Programme a participé. Vous y trouverez : les réalisations du PNSA dans les quatre provinces appuyées par la Banque Mondiale, la politique nationale de nutrition pour les adolescents et jeunes en RDC, une rubrique Echos de partenaires et bien plus.

Ce numéro enrichissant que nous vous proposons de lire reprend : les réalisations du PNSA, en tant que institution qui a pour vision d’amener les adolescents et les jeunes à avoir accès à des services de santé de qualité; la politique nationale de nutrition pour les adolescents et jeunes ; les échos des partenaires ; la task force et bien être des adolescents et jeunes ; et enfin l’analyse des données de santé des Ados et Jeunes. Parmi ses réalisations, le PNSA que coordonne le directeur Mbadu Muanda Fidèle, appuyé depuis 2017 par la banque mondiale à travers le projet de développement des soins de santé, a offert des soins de santé dans quatre divisions provinciales de la santé du pays dans les provinces du Kwango, du Kwilu, du Maindombe, et de la Tshuapa avec pour objectifs d’accroitre la couverture des services de santé adaptés aux besoins de l’adolescent, mais aussi, rapprocher les services de santé des adolescents auprès des bénéficiaires.

A travers la politique nationale de nutrition pour les adolescents et jeunes, cette revue révèle des pistes nécessaires pour une bonne alimentation. D’après elle, les problèmes nutritionnels chez les adolescents et jeunes se posent en termes de sous-nutrition et de surnutrition. Ainsi, l’amélioration de la nutrition pendant l’adolescence procure des effets bénéfiques à l’âge adulte et permet une transmission des avantages à la génération suivante. Echos de partenaires, intitulé de la quatrième rubrique, étale clairement les différentes exécutions des projets des partenaires du PNSA. « Hello Ado » et « Hello Ado Games », deux applications mobiles de l’Unesco au service des jeunes face aux risques d’exposition aux problèmes de santé sexuelle et reproductive et des violences basées sur le genre. Initiative All in, une stratégie de l’Unicef pour placer la problématique du VIH chez les adolescents et jeunes à l’agenda des décideurs politique. Dans la cinquième rubrique, ce numéro du bulletin d’informations sur la santé sexuelle et reproductive des Ados et Jeunes du deuxième semestre 2021 présente la Task force santé et bien-être des adolescents et jeunes comme un cadre constitué pour assurer la coordination des intervenants, le suivi et l’évaluation des interventions des organisations et structures impliquées dans la promotion de la santé des adolescents et jeunes. La dernière rubrique, quant à elle, nous édifie sur les chiffres des jeunes qui ont pris les gouts d’utiliser les méthodes contraceptives. « Si tous les partenaires rendent disponibles les ressources prévues dans le plan stratégique nationale santé et bien-être des adolescents et jeunes 2021 – 2025, le PNSA sera en mesure de réaliser une riposte nationale susceptible de donner une réponse satisfaisante aux problèmes en rapport avec la santé sexuelle les adolescents et jeunes, et ainsi aider ces derniers à adopter un comportement responsable et favorable à leur bien-être », martèle le directeur national du PNSA, Fidèle Mbadu Muanda.

Un clic suffit pour lire et télécharger le bulletin : https://rjssr.org/download/ados-jeunes-s2-2021-bulletin-informations-ssr/

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET

Continue Reading

K-WA Advertising