Connect with us

Actualité

RDC : Le pays où l’urbanisme n’existe pas !( Tribune d’Achil Mathe, Architecte)

Published

on

Les dernières pluies tombées dans la ville de Kinshasa à la fin du mois de Novembre ont une fois de plus occasionné des inondations et des dégâts matériels importants à travers plusieurs communes de la capitale. Le dégât le plus impressionnant est celui de l’avenue de l’Université dans la Commune de Lemba, où une érosion a emporté la route et des habitations, causant ainsi plusieurs morts. Dans la Commune de Limete par contre, précisément au quartier Kingabwa, depuis le début du mois de Décembre 2019, ce sont des inondations dues au débordement du Fleuve Congo qui obligent plusieurs familles à abandonner leurs domiciles et dormir à la belle étoile.

A l’Est du pays, la Ville de Bukavu connait régulièrement des épisodes dramatiques à cause des
éboulements et glissements des terrains suite aux pluies diluviennes. La dernière en date s’est produite dans la nuit du 11 au 12 décembre 2019, où selon le bilan donné par la société civile locale, 9 personnes ont perdu la vie dans des glissements des terrains qui ont englouti plusieurs maisons.
Comme déjà évoqué dans l’une de nos précédentes tribunes (Aménagement, Voirie et Drainage à
Kinshasa, un fiasco ! A qui la faute?
https://congoprofond.net/tribune-amenagement-voirie-et-drainage-a-
kinshasa-un-fiasco-a-qui-la-faute-par-achil-mathe-architecte/), les phénomènes d’inondations sont devenus récurrents à Kinshasa et en Provinces. Et avec le dérèglement climatique que connait actuellement la planète, le rythme de ces pluies diluviennes va s’accentuer et celles-ci causeront des dégâts encore plus
spectaculaires si des mesures sérieuses et courageuses ne sont pas prises par les autorités.

Du courage, il en faut, car l’une des mesures à prendre est tout simplement d’évacuer ou démolir toutes les constructions anarchiques qui ont été érigées sur des sites inappropriés.

La construction des maisons sur
ces sites « non ædificandi », c’est à dire ne pouvant recevoir un édifice, est la conséquence de l’absence d’une politique adéquate de logement et d’un manque de culture urbanistique de nos autorités gouvernementales. L’absence d’une politique de planification urbaine est la cause principale de toutes ces
catastrophes qui pouvaient être évitées. La dernière Cité planifiée d’envergure construite à Kinshasa est la Cité Maman Mobutu, construite en 1988, composée de 674 villas. 30 ans plus tard, alors que la population Kinoise a quasiment quadruplé, tous les gouvernements successifs n’ont jamais réussi à mettre en place une réelle politique de logement afin de garantir aux populations des logements décents dans un
environnement assaini.

Le Ministère de l’Urbanisme et Habitat qui a la mission d’assurer la planification des Villes, se contente du business des loyers des immeubles de l’Etat et de la taxe de bâtisse générée par l’octroi complaisant des
Autorisations de Bâtir. Ce Ministère, créé en 1988, n’a jamais joué véritablement son rôle. Cette situation se justifie par le peu d’intérêt et d’importance que les autorités politiques accordent à ce dernier. Pourtant, la problématique de logement décent est parmi les préoccupations majeures des Congolais après la Sécurité et la Santé.

Selon le « rapport National Habitat III » publié en 2015 par l’ONU HABITAT (http://habitat3.org/wp-
content/uploads/RD-Congo-Habitat-III_FINAL_OCT-015-Final_19.11.15.pdf), les Villes congolaises sont confrontées à un déficit criant en logement dont les besoins s’estimaient à 3 millions de logements par an pour l’ensemble du pays entre 2001 et 2015. Ce chiffre incroyable qui donne le tournis ne semble guère
préoccuper les dirigeants politiques de notre pays. Les prévisions budgétaires des dépenses du Ministère de
l’Urbanisme et Habitat en 2020 s’élèvent à 76.432.191.842 FC (environ 44 millions USD) et ne représente que 0,49% du budget global, une goutte d’eau dans l’océan ! Nous estimons que l’épineux problème de
logement devrait figurer parmi les priorités du gouvernement. Des actions courageuses et planifiées doivent être orientées dans la recherche des solutions pour y remédier.

Par ailleurs, les animateurs de ce Ministère constituent également un sujet de préoccupation sur le quelle il est nécessaire de s’appesantir. La plupart des responsables qui se sont succédé à la tête de ce Ministère
n’ont que des notions très limitées sur l’Urbanisme et n’ont jamais pris la mesure de son importance. Depuis
sa création, aucun professionnel du domaine de l’Urbanisme n’a été nommé à la tête de ce Ministère. S’il est logique de placer un médecin au Ministère de la Santé Publique, ou encore des Economistes aux Budget et Finances, il est tout aussi souhaitable que le Ministère de l’Urbanisme et Habitat, un secteur aussi important au vu des enjeux et des problèmes structurels de nos Villes, soit confié à des spécialistes qui maitrisent les enjeux de la planification urbaine dont ils ont la compétence et les connaissances techniques.

Ayons donc le courage de le dire : « Le Ministère de l’Urbanisme et Habitat doit être confié aux
professionnels de la planification urbaine, notamment les Urbanistes et/ou les Architectes ». Il en est de même en ce qui concerne le Ministère des Infrastructures etTravaux-Publics qui doit logiquement être
confié aux professionnels du secteur des BTP. Il est temps que cette situation change. D’éminents
Urbanistes, Architectes et Ingénieurs civils existent et disposent d’aptitudes et compétences indéniables.
L’Urbanisme est une discipline complexe, que l’on définit comme un ensemble des sciences, des techniques et des arts relatifs à l’organisation et à l’aménagement des espaces urbains, en vue d’assurer le bien-être des populations et d’améliorer les rapports sociaux en préservant l’environnement. C’est donc une discipline primordiale dans la création des Villes. La planification urbaine est une composante importante de
l’Urbanisme, car elle a pour but de coordonner le développement et la création des Villes, dans le respect du cadre de vie des habitants actuels et futurs. Le but est de trouver l’équilibre nécessaire entre population et équipements (espaces publics, espaces verts, réseaux d’eau potable et d’assainissement, éclairage public, électricité, réseaux de communication,…). En bref, l’Urbanisme permet de manière prospective de garantir
un cadre de vie meilleure aux populations en Ville.

L’extension permanente et incontrôlée des Villes par des constructions anarchiques sommaires, précaires et
qui progressent au rythme de la croissance démographique n’est que la conséquence d’un manque de planification urbaine en RDC. Ces extensions spontanées sont favorisées par les services du Cadastre et par des Chefs Coutumiers qui se sont substitués en service d’Urbanisme en procédant aux morcellements
et en élaborant des plans de lotissement qui ne respectent aucune norme urbanistique. Depuis plusieurs années, ce laisser-aller toléré par nos Autorités gouvernementales a fini par produire des bidonvilles où règnent une précarité et une promiscuité urbaine indescriptible et dangereuse.

Comble de l’ironie, le mardi 17 décembre 2019, les Chefs Coutumiers ont été reçus en audience officielle par le Ministre de l’Urbanisme et Habitat, Pius Muabilu. Au cours de cette audience, ils ont promis, pince-sans-rire, de mettre fin aux catastrophes naturelles, notamment les érosions, provoquées par les dernières pluies diluviennes sur la ville de Kinshasa et à l’intérieur du pays. D’après le représentant de ces Chefs traditionnelles, Emmanuel Lembalemba, ils vont communiquer avec la nature pour la conjurer : « La nature c’est nous, a-t-il dit, elle nous écoute, nous allons mettre fin à ces catastrophes » ! Et le Ministre les a remerciés pour cette initiative. Voilà où nous en sommes encore en plein 21ème siècle !

Bien que plusieurs documents de planification urbaine aient été produits, notamment le dernier pour la Ville de Kinshasa dénommé SOSAK (Schéma d’Orientation Stratégique de l’Agglomération de Kinshasa), financé par l’Agence Française de Développement en 2014 pour le compte de l’Hôtel de Ville de Kinshasa, il faut reconnaître qu’ils ont toujours été en retard par rapport aux réalités sur le terrain. Ce dernier document est
allé probablement accroitre le nombre des études et travaux de planifications urbaines antérieures, classés
sans suite dans les archives poussiéreuses del’Administration Publique.
Dans le récent Rapport National Habitat III, tous les enjeux, contraintes et défis liés à la planification urbaine
en République Démocratique du Congo ont été mis en exergue et analysés avec objectivité, appuyés par des données recueillies sur terrain. Ces éléments ont été mis à la disposition des Autorités
Gouvernementales. La suite est connue, classé une fois de plus sans suite dans les archives !
Sans volonté politique, toutes les initiatives, tous les plans d’actions, tous les schémas directeurs sont voués
à l’échec. Les hommes politiques doivent comprendre que toutes les actions urgentes entreprises sans y associer les professionnels et sans tenir compte de leurs avis seront voués à l’échec. Les fonds publics éjectés dans ces projets seront perdus inutilement.
La principale ville de la RDC, Kinshasa, est devenue invivable, reléguée au classement MERCER à la 42ème place sur 45 villes africaines et à la 228 ème sur 230 au niveau mondial selon la qualité de vie en 2019
(https://www.mercer.fr/newsroom/classement-2019-mercer-qualite-de-vie.html). Ce classement est établi sur
base de plusieurs critères notamment, les infrastructures publiques, les logements, l’environnement, le transport, etc. Si rien n’est fait, Kinshasa est voué à disparaitre, tout comme Kananga, Mbuji-Mayi et
Bukavu. Ces villes sont cernées par des érosions, avec une urbanisation chaotique et ne disposant que detrès peu ou quasiment pas d’infrastructures routières et d’assainissements. La démographie croissante suite
à l’exode rural pousse les nouveaux arrivants à occuper anarchiquement les terres disponibles sous le
regard impuissant des autorités urbaines.

Le Gouvernement devrait dès lors encourager les initiatives privées afin de booster les investissements dans le secteur de l’immobilier. La mise en place d’une banque de l’habitat est une nécessité impérieuse pour faciliter le financement des projets immobiliers d’envergures. En Septembre 2016, l’idée de la création d’une institution financière dédiée aux financements de l’habitat avait été évoquée lors de la première édition
du salon de construction dénommée « Expo-Béton 2016 ». Des membres du gouvernement, le gouverneur de la Banque centrale, le Directeur des opérations de la Banque mondiale ainsi que les responsables des banques commerciales locales et des certaines entreprises publiques avaient pris part à une mâtinée de réflexion organisée à ce sujet le 4 Mars 2017. Tous les participants à cette rencontre avaient reconnu l’importance et l’urgence de la mise en place de cette institution financière. Le Gouverneur de la Banque centrale avait recommandé la production d’une feuille de route ad hoc assorti d’un chronogramme
subséquent. Mais depuis lors, aucune action concrète n’a vu le jour.Nous invitons le Gouvernement à prendre ses responsabilités et à tirer les conséquences des drames et situations désastreuses que connaissent les grandes villes de la RDC suite à l’absence d’une planification urbaine sérieuse. Il convient de doter aux Ministères de l’Urbanisme et Habitat, des Infrastructures et Travaux-Publics, ainsi que celui de l’Aménagement du Territoire, des budgets conséquents, nécessaires à la résolution des problèmes liés aux logements et aux infrastructures d’assainissement.

Enfin, nous recommandons que le choix des animateurs de ces Ministères soit orienté vers les
professionnels des métiers concernés car il s’agit des domaines techniques spéciaux, qui exigent une certaine connaissance des notions fondamentales ainsi qu’une maitrise des normes de base qui régissent ces secteurs.


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Politique

Judith Suminwa aux membres de son gouvernement : “Chacun sera jugé à l’aune de sa compétence…sa bonne moralité”

Published

on

La Première ministre Judith Suminwa Tuluka a appelé les membres de son gouvernement, chacun à veiller sur ses actes qu’il pose dans l’exercice de ses fonctions.

Dans sa prise de parole au séminaire gouvernemental ce lundi 22 juillet, Judith Suminwa a rappelé à son groupe qu’il doit être exemplaire dans la gestion de la chose publique tout comme en ce qui concerne le respect des textes légaux et règlementaires.

“Chacun sera jugé à l’aune de sa compétence, de ses qualités professionnelles, mais aussi de sa bonne moralité. C’est cela la ligne directrice du Gouvernement de la différence. Il est donc temps de tourner le dos aux antivaleurs, au clientélisme, au tribalisme, à la corruption, au détournement des deniers publics. Il faut changer la donne. Chaque fois que la population entendra parler des milliards de Francs congolais, ce sera parce que ces ressources auront été utilisées au profit des programmes et projets de développement en vue d’améliorer leur vécu quotidien”, a-t-elle exhorté.

Au sujet de la circulation des cortèges des membres du gouvernement, la cheffe de l’exécutif national a soutenu que le code de la route doit être respecté par tous sans complaisance.

On se rappellera de l’incident qui a eu la semaine dernière sur l’avenue Mondjiba. Le cortège du président du bureau provisoire du sénat roulant à sens contraire a été intercepté par la police. Son chef de sécurité arrêté pour avoir tenté de résister.

Cependant, elle a instruit au Vice-premier ministre, ministre de l’intérieur à faire appliquer les textes relatifs aux cortèges.

Soyons les premiers à respecter nos textes légaux et réglementaires, notamment le Code de la route. Un ministre n’est pas au-dessus de la loi, mais plutôt un exemple pour la société. Pour cela, je demande au VPM de l’intérieur d’instruire, sans délai et de mettre strictement en application les textes qui réglementent l’usage des cortèges d’une part et d’autre part, d’instruire la police par rapport à l’obligation pour tous du strict respect du Code de la route y compris pour les officiels. Et Ceci n’est qu’un exemple“, a-t-elle martelé.

Il sied de rappeler que le Séminaire gouvernemental a été ouvert dimanche 21 juillet par le Président de la république. Au cours de ces assises, les membres du gouvernement réfléchissent sur comment « sceller le pacte d’engagement citoyen par la promotion de la performance dans la gouvernance et l’implémentation efficace des reformes en exécution du Programme d’actions du gouvernement (PAG) 2024-2028 ».

Willy Theway Kambulu/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte