Connect with us

Actualité

RDC : le coronavirus a fait perdre 44.374.287 USD au secteur culturel au 2è trimestre 2020

Published

on

«La créativité au cœur de la diversité. Impact économique de la COVID-19 sur le secteur culturel et créatif en République Démocratique du Congo » est le titre d’une étude qui vient d’être publiée par le Professeur
Ribio Nzeza Bunketi Buse.

Sur base d’une enquête en ligne menée du 25 mars au 19 mai 2020, il ressort que le secteur
culturel et créatif en RDC a perdu 44.374.287 USD au deuxième trimestre 2020 suite aux mesures liées à la lutte contre la COVID-19.

Ce montant représente 29.260 reports ou annulations d’activités/évènements/projets dans les secteurs de l’Edition, du
Cinéma, de la Musique enregistrée, du Spectacle vivant, des Arts visuels, de l’Audiovisuel, de
l’Evènementiel et communication, de la Mode et du design, du Patrimoine culturel ainsi que
du Numérique.

La bonne reprise du secteur dépend des mesures intermédiaires à prendre et son développement de la planification de la gestion post pandémie.

L’étude comporte 85 pages et contient, outre un aperçu des relations entre l’économie et la
culture, des tableaux, des figures, des analyses, des photos et des témoignages d’opérateurs
culturels. La dernière section propose les pistes d’un cadre programmatique de relance
(objectifs, composantes, chronogramme, financement et modalités de mise en œuvre).

Zoom sur le Pr Ribio Nzeza Bunketi Buse

-Docteur en Communications sociales (Université Catholique du Congo);

-Master en Gestion des Industries Culturelles (Université Senghor d’Alexandrie);

-Certificat en Business, international relations and the political economy (London
School of Economics and Political Science);

-Professeur à l’Université Catholique du Congo et à l’Université de Kinshasa ; et invité à l’Université Senghor (campus Saint-Louis du Sénégal) et à l’Université Laval
(Canada);

-Président honoraire de la Fondation panafricaine Music in Africa (Afrique du Sud) et
Consultant pour des organisations dont la CEEAC, le Ministère de la Culture et des Arts, l’OIF/BRAC, l’UNESCO/RDC, l’OPCA, la Ville de Kinshasa, ARTERIAL Network et AFRICALIA.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

ESPT/Dossiers « Clé de répartition des frais scolaires et les 10% alloués aux bureaux gestionnaires »: Le ministre Mbutamuntu réagit !

Published

on

Le ministre provincial en charge de l’Éducation de la ville de Kinshasa, Charles Mbutamuntu Lwanga, réagissant aux deux articles publiés par CONGOPROFOND.NET en date du 27 septembre 2022, sur la pratique de la clé de répartition des frais scolaires et les 10% alloués aux bureaux gestionnaires, contestés par les enseignants du réseau protestant, évoque son souci de renforcer la supervision contre les structures spécialisées avec les « Anti-valeurs ». Nous publions in extenso sa lettre parvenue à notre rédaction par le canal de sa cellule de communication.

Kinshasa, le 29 septembre 2022

Au responsable de Congoprofond.net

Objet: Droit de réponse

Monsieur le responsable de Congoprofond.net,

Votre média en ligne a publié, en date du 27 septembre 2022, deux articles épinglant principalement le Ministre Provincial de l’Éducation/Ville de Kinshasa, Son Excellence Charles Mbutamuntu.

Le premier avait comme titre « EPST/Pratique de la clé de répartition : Charles Mbutamuntu passe outre les instructions de Tony Mwaba »; tandis que le second était intitulé « Epst: les 10% alloués aux bureaux gestionnaires par Charles Mbutamuntu contestés à Kinshasa »*.

Deux articles publiés le même jour, ce qui frise un acharnement pur et simple à l’égard d’un membre de l’Exécutif provincial dont la compétence et les prouesses ne sont plus à démontrer.

Pour votre gouverne, il n’ y a jamais eu violation des instructions du Ministre national Tony Mwaba, concernant la clé de répartition. Le souci pour nous est de renforcer la supervision contre les structures spécialisées avec les Anti-valeurs.

La première des choses à savoir est que le Ministre national n’avait jamais fixé les frais d’appui aux besoins des enseignants. Ces frais ont été fixés par l’Arrêté de Son Excellence Monsieur le Gouverneur, conformément au souci du Ministre national de soulager les enseignants du secondaire, et en attendant que le Gouvernement de la République concrétise les efforts déjà en cours pour améliorer les conditions de vie des enseignants.

Dans le souci de mettre fin aux antivaleurs et traquer les réseaux mafieux, Son Excellence Monsieur le Gouverneur a mis en place, dans son arrêté portant fixation des frais, une commission de suivi chargée de renforcer la supervision contre les ennemis de la gratuité. Et depuis le début de l’année, plusieurs réseaux sont démantelés et les mafieux ont peur. Pour soutenir le fonctionnement des comités de suivi (enseignants assis), la Commission urbaine avait levé deux options, notamment la contribution des écoles privées et le fonctionnement.

Il convient de souligner que pour concrétiser la vision du Chef de l’État, pilotée par le Warrior Tony Mwaba, le pourcentage des frais affectés à l’appui des enseignants est passé de 80% l’année passée à 90% cette année. Nos amis syndicalistes des écoles protestantes ne le savent peut-être pas, car Son excellence Charles Mbutamuntu avait prévu de les rencontrer pour échanges, après l’avoir fait avec les Catholiques. Les 10% affectés à l’appui des bureaux gestionnaires dans leur travail de supervision soutiennent la lutte contre les antivaleurs.

Je vous remercie de publier ce droit de réponse dans son intégralité pour éclairer la lanterne de l’opinion.

Lefils MATADY, Coordonnateur/Cellule de Communication

Ministère provincial de l’Éducation/Kinshasa


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising