Connect with us

À la Une

RDC : Lancement de l’atelier de vulgarisation de la Circulaire contenant les instructions relatives à l’élaboration de la Loi de Finances 2023

Published

on

Lancé ce vendredi 22 juillet 2022 par le Vice-Ministre du Budget et représentant personnel du Ministre d’Etat, Ministre du Budget, l’atelier de vulgarisation de la Circulaire contenant les instructions relatives à l’élaboration de la Loi de Finances 2023, permettra de surmonter notamment, les obstacles susceptibles de plomber les politiques publiques à implémenter par le Gouvernement au cours de l’année prochaine.

Elysé MAPOSO BOKUMUANA a déclaré que la présence des participants au salon rouge et bleu de l’immeuble du Gouvernement témoigne, sans nul doute, de l’intérêt qu’ils ne cessent d’accorder au processus d’élaboration du processus d’élaboration du projet de Loi de Finances de l’exercice 2023, qui s’inscrit dans le cadre de la poursuite de la mise en oeuvre du Programme d’Actions du Gouvernement, et de la vision du Chef de l’Etat qui veut Faire de la RD Congo un État fort, prospère et solide.

La traduction budgétaire de ce programme repose sur 15 milliers, 62 axes et 342 actions regroupés à 4 secteurs, à savoir: Politique, Défense vêt Sécurité ; Économique et Financière ; Reconstruction ; Social et Culturel”, a fait savoir le Vice-Ministre.

Aussi, a-t-il ajouté que le contexte dans lequel s’élabore le budget de l’exercice 2023 reste marquer, sur le plan international par la guerre russo-ukrainienne, entraînant un ralentissement de l’activité économique mondiale, et sur le plan national notamment par l’organisation des élections des gouverneurs et vice-gouverneurs des provinces, la propagation de l’état de siège dans la partie Est de la RDC. Ledit contexte, précise Elysé BOKUMUANA, reste marqué par la poursuite de la maîtrise de la pandémie de Covid-19 dans sa quatrième vague, l’adhésion du pays à la Communauté des États de l’Afrique de l’Est (EAC) et la seconde revue du programme que le Gouvernement a conclu avec le FMI au titre de la Facilité Elargie des Crédits.

Prenant la parole au nom de l’Administration du Budget, le Secrétaire Général, Pierre MBUYI LUBWIKA, a déroulé son mot de bienvenue tout en appelant les participants à privilégier le professionnalisme tout au long de cet atelier de vulgarisation.
« La circulaire budgétaire qui fera l’objet de la vulgarisation au cours de ces assises est le point de départ du cycle de préparation annuelle du budget de l’Etat suivant l’esprit de la Loi N°11/011 du 13 juillet 2011 relative aux finances publiques », a souligné le SG au Budget.

Ayant une importance capitale, cette Circulaire mérite d’être vulgarisée à tous les niveaux, particulièrement auprès de différents intervenants au processus budgétaire. « Ce document, destiné à toutes les institutions, à tous les ministères et services publics doit faire l’objet d’une vulgarisation afin de le rendre accessible à tous et plus particulièrement aux membres de l’Unité budgétaire sectorielle constituée principalement du Secrétaire Général, du Conseiller financier, du Directeur des études et planifications, du Directeur administratif et financier, du Contrôleur budgétaire et du Sous-gestionnaire des crédits », a fait savoir le Numéro un de l’Administration du Budget.

Ci-dessous l’intégralité de la communication du Secrétaire général au Budget

Excellence Monsieur le ministre du Budget;

Excellences Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement de la République ;

Mesdames et Messieurs les Secrétaires Généraux de l’Administration Publique;

Mesdames et Messieurs les Directeurs Généraux;

Mesdames et Messieurs les Membres de l’Unité Budgétaire Sectorielle;

Distingués invités à vos titres et qualités respectifs;

Mesdames et Messieurs

Au nom de Son Excellence Monsieur le Ministre d’Etat, Ministre du Budget et au mien propre, je vous souhaite la bienvenue dans cette salle de conférence de l’Immeuble du Gouvernement à l’occasion de l’ouverture de l’atelier de vulgarisation de la Circulaire contenant les instructions relatives à l’élaboration de la Loi de Finances 2023.

Je profite de l’opportunité m’offerte pour vous remercier d’avoir accepté de rehausser de votre présence la cérémonie de ce jour.

Votre présence en ce lieu témoigne de l’intérêt que vous accordez à faction du Gouvernement, en particulier au processus budgétaire et aux réformes entreprises en matière de gestion des finances publiques.

Excellences;

Distingués invités;

Mesdames et Messieurs

D’entrée de jeu, pourquoi une circulaire budgétaire, pourquoi la vulgariser ? quels sont les avantages de disposer de cet instrument?

La Circulaire budgétaire qui fera l’objet de la vulgarisation au cours de ces assises est le point de départ du cycle de préparation annuelle du Budget de l’Etat suivant l’esprit de la Loi n° 11/011 du 13 juillet 2011 relative aux Finances Publiques.

Elle est élaborée au niveau du Ministère du Budget, qui a reçu du Gouvernement la mission de fixer le cadre qui sous-tend la préparation du Budget de l’Etat. Elle renferme les instructions pertinentes, permanentes ou conjoncturelles qui servent de guide pour l’élaboration du Budget du Pouvoir Central, des Provinces et des Entités Territoriales Décentralisées.

La communication budgétaire de ce jour poursuit un triple objectif, à savoir:

1. Rassurer les sectoriels, que quelles que soient les difficultés rencontrées actuellement dans le processus budgétaire, nous devrions veiller à une bonne prévision budgétaire pour nous permettre d’améliorer l’exécution de la Loi de Finances, d’éviter les improvisations et d’utiliser de manière optimale les ressources que le Gouvernement pourra allouer en 2023 à chaque Structure;

2. En appliquant les mêmes règles et les mêmes principes, en respectant les délais du calendrier budgétaire et en veillant sur la synchronisation de toutes les actions prévues dans cette Circulaire de l’exercice 2023, nous pourrions améliorer sensiblement la qualité des prévisions budgétaires pour les rendre réalistes et crédibles;

3. Rappeler le devoir qui incombe à tout un chacun de vulgariser la Circulaire de l’exercice 2023, car, in fine, la partie qui se joue est un TOUT et ce n’est pas l’apanage du seul Ministère du Budget, mais de nous tous.

– Ne dit-on pas Que deux hommes ne peuvent marcher ensemble s’ils ne s’accordent pas ?

 

Messieurs, Mesdames les Membres de l’Unité Budgétaire

Au cours de ces assises, je vous invite à engager un dialogue franc et constructif avec les Responsables de la Direction Générale des Politiques et Programmation Budgétaire et ceux de la Direction Générale de Développement et Suivi des Performances pour mieux comprendre les innovations contenues dans la Circulaire contenant les instructions relatives à l’élaboration de la Loi de Finances pour l’exercice 2023.

Excellences;

Distingués invités;

Mesdames et Messieurs

Le présent atelier de vulgarisation permettra à tous les acteurs au processus budgétaire d’avoir la même compréhension et la même interprétation des directives contenues dans la Circulaire budgétaire.

Je demande à tous les participants à cet atelier de faire montre de ponctualité et d’assiduité aux travaux et de travailler avec abnégation pour une meilleure appropriation de toutes les innovations contenues dans la Circulaire 2023;

Ce document, destiné à toutes les Institutions, à tous les Ministères et Services Publics, doit faire l’objet d’une vulgarisation afin de le rendre accessible à tous, plus particulièrement aux membres de l’Unité Budgétaire Sectorielle constituée principalement du Secrétaire Général, du Conseiller Financier, du Directeur des Etudes et Planification, du Directeur Administratif et Financier, du Contrôleur Budgétaire et du Sous-Gestionnaire des Crédits.

En second lieu et de manière pratique, à qui sont adressées ces directives et pourquoi ?

Les directives contenues dans la Circulaire relative à l’élaboration du Budget intéressent en premier lieu les personnes chargées d’élaborer les prévisions budgétaires sectorielles; en second lieu les personnes chargées de refléter les politiques publiques dans le Budget et enfin, les responsables qui agissent tant au niveau des étapes de l’exécution de la dépense, qu’à celui de projection et de mobilisation des ressources publiques.

Excellences;

Distingués invités;

Mesdames et Messieurs

Pour clore mon propos, je voudrais inviter très respectueusement Son Excellence Monsieur le Ministre d’Etat, Ministre du Budget à nous donner les orientations et les directives en vue du bon déroulement des travaux.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Nouvelle délimitation d’Isiro : Nangaa crée la tension et ravive la polémique !

Published

on

Ce lundi 15 août 2022, à Matari, chef-lieu de la collectivité Mayogo/Mabozo dans le territoire de Rungu, province du Haut-Uéle, il s’est tenu un meeting populaire sous la houlette de sa Majesté le Chef Roger Anga Gaga Tongolo IV. Sa Majesté le chef de la collectivité a convoqué à cet effet les représentants de toutes les couches de la population Mayogo pour discuter avec eux de la nouvelle délimitation de la ville d’Isiro chef-lieu de la province du Haut-Uélé.

En effet, le 5 août 2022, le maire de la ville d’Isiro, Matete Osako, sous ordre du gouverneur Nangaa Baseane, a procédé aux poses des poteaux indiquant la nouvelles délimitation de la ville d’Isiro. La ville s’est donc agrandie de 2 km dans toutes les directions et de 10 km vers la route de l’aéroport incluant ainsi Matari, chef-lieu de la collectivité Mayogo/Mabozo dans la mairie.

Tout est parti de l’arrivée à Isiro de la délégation du ministère de l’Intérieur dans la province du Haut-Uélé. Celle-ci avait pour mission le règlement du conflit frontalier entre le territoire de Faradje et le territoire de Aru, le territoire de Wamba et le territoire de Bafwende, le territoire de Wamba et le territoire de Mambasa. Cette délégation venue de Kinshasa s’est réunie en séance de travail avec les représentants de la collectivité Mongomasi et Mayogo/Mabozo dans le bureau du ministre provincial de l’Intérieur pour une communication à propos de la nouvelle délimitation de la ville d’Isiro. Mais celle-ci n’a pas fourni l’ordre de mission à cet effet. C’est ainsi que les représentants de deux chefferies concernées n’ont pas voulu signer une quelconque déclaration confirmant la nouvelle délimitation de la ville car ils estimaient que celle-ci s’est faite à la va-vite sans concertation et sensibilisation au préalable des chefs des deux chefferies et de leurs populations.

Malgré ce manque d’accord entre les représentants de deux collectivités, le ministre provincial de l’Intérieur et la délégation du ministère de l’Intérieur venue de Kinshasa, le Gouverneur Nangaa Baseane et le maire de la ville Matete ont décidé de faire le forcing en implantant le lendemain même les poteaux sur les délimitations qu’ils ont eux- même imaginées.

Malheureusement la population n’a pas digéré ce forcing et a détruit le même jour tous les poteaux placés sur ces nouvelles délimitations imaginaires ; ceux qui a ouvert une porte à une grande tension dans la ville d’Isiro.

Le chef de la collectivité Mayogo/Mabozo, sa Majesté Roger Anga Gaga Tongolo IV, vêtu d’un costume bleu-marine trois pièces, adjuvé par tous les symboles d’un chef traductionnel guerrier Mayogo a, dans un discours fort prononcé devant les représentants de différentes couches de la population Mayogo, argué qu’il préférerait mourir que de céder un centimètre de sa chefferie à la mairie d’Isiro. Ce discours fut l’expression du ras-le-bol d’humiliation que ce chef a subi depuis son arrivée au pouvoir suite au décès de son père le grand-chef Tongolo III Toyitoma Maurice en décembre 2019.

La première humiliation affligée à sa Majesté Roger Anga Gaga Tongolo IV, fut la création par le gouverneur d’un poste imaginaire de chef de collectivité intérimaire une semaine seulement après l’ intronisation coutumière de celui-ci comme chef de la collectivité. Cette situation a l’époque créa une vive tension à Matari, chef-lieu de la collectivité Mayogo/Mabozo poussant même le frère ainé de sa Majesté le chef Roger Anga Gaga Tongolo IV à s’exiler temporairement de son village natal et de sa famille.

La seconde humiliation fut celle de la convocation à l’insu du chef de la collectivité, d’un nombre important des chefs des groupements de sa collectivité ( qui sont les collaborateurs direct de ce dernier) pour une séance de travail à Bolebole, village du gouverneur qui est en dehors de leur entité. Cet acte qui fut considéré comme un manque de considération du chef de la collectivité, a été a l’époque vigoureusement condamné par les membres de l’UCCM ( Union Culturel de la Communauté Mayogo).

La troisième humiliation est celle de la nouvelle délimitation de la collectivité sans au préalable consulter le chef de la collectivité. Les poses des poteaux se sont même faites à l’absence du chef de la collectivité car ce dernier se trouvait à Ariwara pour un voyage privé.

A ces trois grandes humiliations s’ajoute la plus grande qui est d’ailleurs la plus permanente: Le manque de prestation de serment.

En effet, depuis l’accession de sa Majesté Roger Anga Gaga Tongolo IV au trône coutumier de la collectivité Mayogo/Mabozo après la mort de son père jusqu’à ce jour, ce dernier n’a jamais prêté serment…. Et il semble qu’il n’est pas le seul. Environ sept chefs coutumiers qui ont accédé au pouvoir pendant la gouvernance Nangaa Baseane sont dans la même situation de non prestation du serment.

Si la province du Haut-Uélé était une république, on n’aurait pas tort de la qualifier d’une république bananière car il y règne un amateurisme politique d’une nature désastreuse. L’Etat de droit que prône le chef de l’Etat Son Excellence Félix Tshisekedi Tshilombo n’y est pas d’application”, a déclaré un notable local à CONGOPROFOND.NET.

Pour lui, le gouverneur Nangaa Baseane trône en potentat. Hormis, la mégestion, la corruption, la gabegie , l’opacité sur la destination de redevance minière obtenue mensuellement de Kibali Gold, la destruction anarchique et sans indemnisation des habitations de la population d’Isiro et autres, …l’exploitation anarchique de l’or par des sujets chinois avec des grands engins sur toute l’étendue de la province est devenue la nouvelle méthode de l’enrichissement de l’”Empire Nangaa”.

Tous ces agissements à connotation dictatoriale plonge toute la province dans une tension permanente et les derniers événements d’Isiro en sont le paroxysme. La paix sociale qui est un gage d’un apaisement communautaire basé sur une vraie considération des autochtones doit être prônée et le plutôt serait le mieux… Est-ce que le gouverneur Nangaa en est capable? L’avenir nous le dira mais les ingrédients en présence montrent le contraire.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising