Connect with us

À la Une

RDC: l’ambassadeur des Arts, Me Liyolo, est mort ce lundi en Autriche

Published

on

 

Maitre incontestable des arts plastiques congolais, maitre Alfred Liyolo a tiré sa révérence ce lundi 1er avril 2019 en Autriche.

Rongé par la maladie, l’artiste s’est rendu en occident depuis quelques temps pour suivre des soins appropriés.

Des sources proches de l’illustre disparu ont confirmé à CONGOPROFOND.NET que le corps de l’illustre disparu sera rapatrié dans à Kinshasa dans un pour les hommages officiels.

Le sculpteur était connu pour ses monuments historiques dans la capitale, notamment les deux mains jointes à la Place des artistes et à la Place du 30 juin, à la bifurcation route Unikin et Mont Ngafula sur By Pass, au Jardin de la Primature à Kinshasa, etc.

Alfred Liyolo, né en 1943, a réalisé tous les bustes des Commissaires Généraux depuis la colonisation ainsi que les bustes de tous les premiers ministres que la RDC ont comptés depuis l’indépendance. Seul les 2 derniers bustes des 2 derniers premiers ministres ne sont pas de lui. Sa dernière œuvre en date à la Place Victoire est le Monument à Franco en grandeur nature. Plus récemment, Il a également réalisé les bustes qui se trouvent sur la Place de l’Indépendance à Lualaba.

Petit-fils d’un tailleur d’ivoire, il a quitté le pays en 1963 pour aller parfaire, en Autriche, une formation commencée 5 ans plus tôt (1958) à l’Académie des Beaux-Arts de Kinshasa. En Autriche, il rencontre d’autres Congolais qui ont quitté le pays pour raison d’études.

p

En tant que Directeur Général de l’Académie des beaux-arts de Kinshasa, il conduit cette institution vers la modernisation avant que cela ne fut interrompu par des troubles politiques qui ont déstabilisé la République Démocratique du Congo.

Il est également le seul artiste africain à avoir été reçu par l’Empereur du Japon. Il a exposé dans le monde entier, de la Suisse à la Chine, du Sénégal à l’Afrique du Sud et a participé à de nombreuses Biennales artistiques et Expositions internationales, ainsi qu’à des séminaires dans le cadre de l’enseignement artistique, touristique et environnemental.

Parcours élogieux

En 1970, il regagne son pays natal. Et c’est comme Professeur à l’Académie des Beaux-Arts qu’Alfred Liyolo partage son expérience. En 1982, il est nommé Directeur Général de cette prestigieuse École d’art de Kinshasa. Neuf ans plus tard, un incident malheureux survient : ses ateliers et sa résidence sont totalement mis à sac lors des pillages qui ont lieu dans le pays. Déçu, il quitte le pays avec sa famille pour s’installer à Vienne, dans la capitale autrichienne où il dispense des cours dans différentes écoles d’art et organise des expositions.

Conscient de l‘état de son pays, il décide de regagner Kinshasa, afin d’apporter sa pierre à la reconstruction.

En juillet 2013, pour couronner sa carrière professorale remarquable tant sur le plan de l’enseignement que sur le plan de ses réalisations, il est nommé Professeur Émérite par décret ministériel.

Ambassadeur de la Culture Congolaise Les réalisations du Maître lui ont permis de parcourir les grandes villes du monde entier. Entre 1973 et 2002, Alfred Liyolo expose dans les galeries les plus prestigieuses et les plus connues du monde, dont Paris (Louvre), Nice, Tokyo, Séville (exposition universelle de 1992), New York (Art expo 93), Vienne, Lisbonne (Exposition Universelle 1998), Pékin, Bruxelles (2002), Dakar (Sénégal).

Son dernier exploit en date est la livraison du monument de «Lumumba» de 4,50 m de haut au jardin de la primature à Kinshasa.

En admirant les œuvres de Maître Liyolo, on entre dans une profonde méditation. Liyolo est un inspirateur ; il transforme le bronze en réalité vivante. Son originalité réside dans le caractère à la fois traditionnel et contemporain de son art, réunissant plusieurs sculptures au style pur et effilé, dont certaines en grand format. Il fait corps avec le bronze et son amour pour cette matière transparait à travers ses œuvres.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Or: Remplacements des réserves et nouvelles opportunités pour sécuriser le programme de KIBALI étalé sur plus de 10 ans

Published

on

La plus grande mine d’or d’Afrique, Kibali, est sur la bonne voie pour le remplacement de ses réserves réduites par l’exploitation en 2022, tandis que de nouvelles opportunités de croissance soutiendront également son plan d’affaires étalé sur plus de 10 ans et son statut de l’un des actifs de niveau 11 de Barrick Gold Corporation.

Le président et président directeur général de Barrick, Mark Bristow, a déclaré à la presse aujourd’hui que le gisement prolifique KCD de Kibali continuait d’offrir de la valeur supplémentaire vu que le forage actuel est axé sur la conversion des ressources en réserves et sur l’exploration des filons qui sont encore ouverts en profondeur. En outre, les cibles de Mengu Hill, Ikanva et Gorumbwa présentent le potentiel nécessaire pour renforcer le portefeuille souterrain de Kibali.

« Kibali est une opération très rentable avec ses trois centrales hydroélectriques de classe mondiale qui couvrent la majeure partie de ses besoins énergétiques. Elles seront suppléées par une nouvelle centrale solaire de 17MW qui, une fois achevée en 2025, fera passer la part des énergies renouvelables dans les sources énergétiques de la mine de 81% à 93%, » a déclaré Bristow.

Les références écologiques de Kibali comprennent également la réduction continue des eaux douces provenant de la rivière Kibali et un programme de reboisement qui, à ce jour, a permis de planter plus de 10,000 arbres. La mine poursuit son programme d’appui à la conservation de la biodiversité au Parc National de la Garamba en RDC, avec la réintroduction des rhinocéros provenant d’Afrique du Sud. Les 16 premiers rhinocéros sont attendus à Garamba d’ici la fin du deuxième trimestre de cette année et seront suivis de 60 autres au cours des trois prochaines années.

Conformément à la politique globale de Barrick consistant à employer et à promouvoir les ressortissants du pays hôte, Arthur Kabila a été nommé premier directeur général congolais de Kibali. Depuis l’année dernière, huit autres postes clés de direction et techniques sont désormais occupés par des Congolais.

 

Tshieke Bukasa/Congoprofond


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising