Connect with us

Actualité

RDC : la révocation immédiate du vice-ministre de la Justice exigée !

Published

on

Les animateurs du mouvement citoyen “Engagement Citoyen pour le Changement” (ECCHA-RDC) sont montés, ce lundi 11 janvier 2021, au créneau pour condamner la libération frauduleuse de plusieurs détourneurs de la République. Ils exigent, ni plus ni moins, la démission du vice-ministre de la Justice, voire sa révocation immédiate, car considéré comme “cerveau-moteur” de ce scandale.

En effet, rappellent-ils, en marge des dernières mesures de grâce du président de la République accordées à certains prisonniers pour des faits biens précis, l’opinion a observé la libération inattendue des ex administrateurs des entreprises publiques dont Benjamin Wenga, Fulgence Bamaros Lobota et Modeste Makabuza. Oeuvre de Bernard Takaishe, vice-ministre de la Justice, la pilule de cette libération n’est pas passée à travers la gorge du Congolais lambda, principale victime des “crimes” commis par ces dirigeants.

Pour les activistes de ECCHA, la révocation du vice-ministre doit aussi d’être accompagné d’une ouverture d’une instruction judiciaire pour que le droit soit dit aux fins de concourir à l’effectivité de l’instauration de l’Etat de droit en République Démocratique du Congo. ” Le comportement affiché par le ministre intérimaire de la Justice foule aux pieds tous les efforts fournis par Félix Tshisekedi en ce qui concerne le redressement de la justice…”, estime ce mouvement citoyen.

Celui-ci n’arrive pas à s’expliquer la liberté conditionnelle accordée aux condamnés pour détournements des deniers publics du projet d’urgence des 100 jours.

Il faut noter que les personnes condamnées pour des détournements des deniers publics n’étaient pas reprises ni concernées par la grâce présidentielle. C’est à la grande surprise de tous que ces trois condamnés y ont été introduits, surement, par des manœuvres non rationnelles.

Dorcas Ntumba/CONGOPROFOND.NET