mbet

Connect with us

À la Une

RDC/Kwango: le RENOVAC désormais force politique d’envergure

Published

on

Le Regroupement des Novateurs du Congo (RENOVAC) parti politique promu par  André Kimbuta (gouverneur de la ville-province de Kinshasa), avance à pas de géant sur l’échiquier politique dans la province du Kwango. Mené par Eyrolles-Michel Mvunzi Meya, le responsable de son interfederation au Kwango, le Renovac a pris du terrain. Cela, à la faveur du processus électoral en cours en RDC.
Bien qu’inexistant à Kinshasa et dans d’autres provinces de la RDC, le Renovac s’est imposé essentiellement à Kenge (chef-lieu de la province du Kwango) avec l’apport des leaders de “Zibula Meso asbl”, qui ont rejoint ce parti.
Au finish, il a raflé trois sièges à l’Assemblée provinciale du Kwango et un siège -sur les trois- à  l’Assemblée Nationale. Un positionnement qui lui confère une puissance électorale et politique susceptible d’influencer l’élection du gouverneur de province et des sénateurs. La victoire écrasante du Renovac (3 sièges à l’Assemblée Provinciale et un à l’Assemblée Nationale) met à genou tout le prestige des anciens partis qui régnaient dans ce coin du pays.
Une des figures de proue de cette formation politique, Mvunzi Meya, que CONGOPROFOND. NET a contacté a indiqué que le RENOVAC devenu une force politique dans le Kwango est “ouvert au dialogue, pour les intérêts politiques de la province”.
Émile Yimbu/CONGOPROFOND.NET

There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

Ituri : Peine de mort et radiation de l’armée pour des militaires impliqués dans la vente d’armes aux miliciens !

Published

on

La cour militaire de l’Ituri a rendu son verdict, ce vendredi 27 mai, dans le procès ventes d’armes et munitions aux groupes armés dans la province de l’Ituri.

Parmi les 15 prévenus poursuivis pour association des malfaiteurs, participation aux mouvements insurrectionnels et crime de guerre par meurtre, 13 ont été condamnés et 2 autres acquittés pour insuffisance de preuves.

Sur la liste des condamnés, on y retrouve 8 militaires FARDC dont 3 officiers. Ils sont condamnés à des peines de mort et sont radiés définitivement de l’armée. Parmi eux, le lieutenant-Colonel Kalegamire Marcel.

Afoyo Deogratias et Makusi Lotsove, deux autres civils poursuivis pour les mêmes faits, ont également été condamnés à des mêmes peines.

Bénéficiant de circonstances atténuantes, les prévenues Biwaga et Michiline Yenga ont toutes deux écopé de 10 ans de service pénale principale et sont sommées au payement de 250 000 FC de frais d’instance.

Ces condamnés, désormais locataires officiels de la prison centrale de Bunia, disposent de 5 jours pour interjeter appel.

Cependant, sur la liste des acquittés, l’on retrouve un officier militaire et un civil. Il s’agit du major Ngoy Kabulo et le taximan Muloko Bongi Dieudonné dont la moto sera aussi restituée.

Un arrêt de la cour salué par certains habitants de la ville de Bunia. Nombreux estiment que la poursuite des audiences contre les personnes impliquées dans l’insécurité en Ituri et leur condamnation serviront d’exemples pour les autres qui pourront éventuellement s’engager dans cette pratique.

A signaler que ce procès très médiatisé a été ouvert depuis le 25 avril 20220.

Verite Johnson/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising

K-WA Advertising