Connect with us

À la Une

RDC/Kwango: le mausolée des martyrs inauguré à Kenge

Published

on

 

Le 05 mai restera à jamais gravé dans la mémoire collective de la province du Kwango. Cette date, les fils et filles de la province du Kwango se rappellent et commémorent le massacre de leurs frères et soeurs perpétré lors de la guerre dite de libération, en 1997.

En mémoire de ce triste événement, le gouverneur de province Kanys Makofi Kabamba a tenu à honorer les sangs de ses frères coulés pour sauver la République démocratique du Congo toute entière. C’est ainsi qu’il a fait ériger, dans l’enceinte de l’église Kimbanguiste, un mausolée symbolique où reposeront désormais en paix et en dignité ces Congolais qui ont offert de leur vie en rançon pour la paix et la démocratie au pays.

Dans son discours, Kanys Makofi a donné les raisons pour lesquelles la commémoration du XXII ème anniversaire de ces massacres est célébrée à l’église Kimbanguiste.

En substance, le premier kwangolais a indiqué que le site de l’église kimbanguiste a accueilli une fosse commune où plusieurs corps ont été enterrés dans des conditions inhumaines.

Pour Kanys Makofi, les martyrs de Kenge méritent pourtant d’être commémorés par tous.

Auparavant, le député provincial Lingin Kafinga Mbumba Karkouf a donné son traditionnel témoignage d’un homme qui a vécu les événements.

Dans la nuit du 04 au 05 mai 1997, rappelle-t-il, une troupe de mercenaires angolais et chinois recrutés par le président Mobutu et combattant aux côtés des soldats de la Division Spéciale Présidentielle(DSP) fait son entrée à Kenge. Elle a mission de créer une zone tampon pour barrer la route à la progression des troupes de l’Afdl. La deuxième raison qui aurait motivée la décision de Mobutu serait que le dictateur voulait punir les habitants de Kenge qui attendaient accueillir les rebelles en libérateurs. Cette nuit, jusqu’au petit matin, les têtes sont tombées et le sang à coulé. Une centaine de personnes a pris refuge dans l’église kimbanguiste, où les fidèles se cachaient et priaient. Les mercenaires les éliminent un à un et des corps ont été enterrés dans une fosse.

Le massacre serait plus grand dans toute la ville et dans les villages environnants, si le vaillant Longin Karkouf, alors president des jeunes, bravant peur et hésitation, n’avait pas pris la route de Kikwit pour inviter et aider les « rebelles » à arriver à temps pour libérer la ville des mains des mercenaires. Une chanson de « Fils de Corée » de la paroisse Mwense Anwarite rappelle ces faits macabres dans un ton mélancolique.

À Kenge, cette date est devenue l’occasion de plaider en faveur de la prise en compte de Kwangolais par les pouvoirs centraux, notamment le président de la République, qui doivent considérer que Kenge a payé de son sang la libération de la RDC. Car la bataille de Kenge avait balisé le chemin aux « libérateurs » pour éviter le pire à la capitale Kinshasa.

Les martyrs de Kenge ne vont plus hanter les esprits, ils ont désormais un endroit digne où ils doivent se reposer. Bravo à Makofi, pour l’initiative.

Émile Yimbu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

RDC : Denise Nyakeru Tshisekedi honore la 6ème promotion de l’École de Renseignement Militaire

Published

on

Cent quatre vingt-cinq (185) Officiers de renseignement militaire ont reçu des mains de Denise NYAKERU TSHISEKEDI les brevets de fin de formation ce vendredi au Centre supérieur militaire dans la commune de Ngaliema.

L’épouse du Chef l’Etat a, à cette occasion, témoigné son soutien aux vaillants militaires qui défendent, de fois au péril de leur vie, l’intégrité du territoire national en ce moment où le pays fait face à une guerre injuste imposée par le Rwanda à cause de ses ressources naturelles.

Pour la Distinguée Première dame, l’engagement de servir sous les couleurs du drapeau national est un motif de fierté mais aussi une marque de courage exceptionnel.

 » C’est une vraie source d’inspiration sur le sens du devoir pour nos populations et particulièrement pour notre jeunesse.
En tant que femme congolaise, je me réjouis de la présence de cinq (5) femmes parmi les 185 lauréats de cette promotion. Cependant , je me questionne sur le faible taux de représentativité de la femme dans cette session soit 3%.
Ce constat est presque général au sein de nos forces de sécurité « , a-t-elle dit.

Denise NYAKERU TSHISEKEDI a, à cet effet, plaidé auprès des autorités militaires pour qu’elles assurent une présence féminine dans le commandement des différents services de sécurité et d’impliquer davantage les femmes dans les opérations dans les zones de conflit.

Cela aiderait, à l’en croire, à la prévention de certaines formes de discrimination que pourrait subir les femmes au sein de l’ appareil sécuritaire et à la lutte contre les violences sexuelles basées sur le genre en zone de conflit.

La Première Dame a, par ailleurs, indiqué que cela ne peut être possible que si les femmes elles-mêmes comprennent qu’elles ont des capacités pour servir le pays dans ce domaine.

Pour sa part, le Chef d’Etat Major des FARDC, Christian TSHIWEWE SONGESHA, a exhorté les lauréats à mettre à contribution les connaissances acquises pour améliorer la qualité des services de renseignements en RDC.

L’effectif de ces officiers de renseignements était de Deux -cent- cinquante six (256), cent quatre vingt cinq (185) réussites avec cinq (5) distinctions, trente-six (36) échecs, trente- trois (33) ont abandonné et deux(2) sont décédés.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising