Dev Solaire

Connect with us

À la Une

RDC/Kwango: l’administrateur du territoire (65 ans) accusé de viol sur une mineure (14 ans)

Published

on

Le viol d’une mineure de 14 ans par l’administrateur du territoire de Kasongo-Lunda, dans la province du Kwango en RDC, fait l’actualité à Kenge et dans les milieux yaka de Kinshasa.

En effet, des femmes du Kwango réunies samedi à Kinshasa ont exprimé leur indignation et condamné l’acte commis par l’administrateur de territoire.

Elles demandent l’application de la loi _sur l’auteur de cet acte ignoble_” et appellent les autorités du pouvoir central et provincial, en particulier le gouverneur de la province du Kwango, _”de réserver une sanction exemplaire à ce bourreau de plus de 65 ans”_.

L’administrateur de territoire de Kasongo-Lunda, Kudimbana Damien, est aux arrêtés depuis le 12 juillet dernier. Il lui est reproché d’avoir touché une fille de 14 ans.

Selon le témoignage de Kally Maluku, un oncle de la victime, la fillette B. M. est élève en 5ème pédagogie à l’institut Tombuka de Kasongo-Lunda. “Elle est orpheline de père”. _”Elle devait aller en congé à Kinshasa chez sa sœur aînée et a emprunté la jeep de l’AT qui partait à Kenge pour descendre à Bukanga-Lonzo. Arrivée à Bukanga-Lonzo, elle a été entraînée par l’AT à Kenge où il allait le faire voyager lui-même pour Kinshasa et il l’a enfermée dans une chambre d’hôtel de la place pendant une semaine, sans que ses parents vivants même à Kenge, dont le Dr Georgine, s’en rendent compte_”.

_”Sa maman à Kasongo-Lunda, voulant s’informer de l’arrivée de sa fille à Kinshasa, s’est rendue compte que depuis tout ce temps, elle n’était ni à Kinshasa ni à Kenge chez les parents”_.

Kally Maluku poursuit : _”C’est un policier originaire de Kasongo-Lunda (oncle à la petite ) qui l’a remarquée dans la chambre de l’AT à l’hôtel depuis plusieurs jours, mais ne la reconnaissant pas que c’était sa nièce”_.

Selon une source contactée par CONGOPROFOND.NET, les autorités de Kenge ont sollicité une relaxation de Kudimbana Damien, mais se sont butées à un refus du procureur qui a déclaré que les faits reprochés à l’administrateur sont graves.

Quant aux femmes indignées, elles projettent d’organiser une marche de colère à Kenge pour protester contre les violences faites aux femmes et exiger la condamnation de cet administrateur de leur territoire.

Émile Yimbu/CONGOPROFOND.NET

%d blogueurs aiment cette page :