Now Reading:
RDC/Kwango : Kanys Makofi heureux d’avoir posé les jalons du développement à la base
Full Article 7 minutes read

RDC/Kwango : Kanys Makofi heureux d’avoir posé les jalons du développement à la base

C’est depuis le jeudi 9 mai qu’a eu lieu, à l’hôtel du gouvernorat dans la ville de Kenge, la cérémonie de passation des pouvoirs entre Kanys Makofi Kabamba, le désormais gouverneur honoraire et Jean-Marie Peti-Peti, le gouverneur entrant.

A cette occasion, Kanys Makofi a remercié tous ceux qui l’ont accompagné durant son bref mais fructueux mandat de quelque 10 mois à la tête de la province du Kwango, particulièrement les membres du Comité provincial de sécurité pour la collaboration et la cohésion dont ils ont fait preuve durant le moment passé provincial
La fin de son règne coïncide avec l’ordre normal des choses pour un mandat politique. Il l’interprète à la lumière du livre de l’Ecclésiaste qui dit : « Il y a un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux. Un temps pour commencer et un temps pour finir ».

Appelé à servir le Kwango par mandat politique, il avait pour mission de pacifier la province, d’accompagner l’organisation des élections libres et transparentes dans un climat apaisé ainsi que de prêcher le christocentrisme comme fondement du vrai développement à la base.

Seulement voilà, il a fait face aux réalités d’une province à la gestion quotidienne, avec une moyenne de 15 millions de francs congolais que la DPRK met chaque mois à la disposition de l’exécutif provincial.

Pour constituer les 81. 395 millions de francs congolais de l’enveloppe salariale, l’exécutif provincial devait attendre la manne de la rétrocession et les frais de fonctionnement qui ne tombent pas au même moment. Et au regard de leur modicité, ces fonds ne permettent pas de couvrir toutes les charges de la province et dégager un budget d’investissement en faveur de la province en manque d’infrastructures de base.

A côté de la Direction provinciale des recettes du Kwango, seule source de génératrice des recettes propres à la province, Kanys Makofi a créé le Poste de perception des fonds de reconstruction des provinces du Kwango et du Kwilu (FOREPKK) à Katoy- Poste 316. A ce jour, la mobilisation des recettes est encore fiable à ce poste de perception.
A titre d’exemple, le poste de Katoy a mobilisé pour le premier trimestriel de l’année un total de 51 700 500 Fc, soit respectivement 19 626 500 Fc en janvier, 15 148 500 Fc en février et 16 925 500 Fc en mars.

La culture fiscale peine à s’enraciner dans les mœurs congolaises en général et celles des habitants de l’ex-province du Bandundu en particulier.

Les fonds ainsi générés sont à répartir en quatre parts entre les provinces du Kwango et du Kwilu ; l’enveloppe salariale et le frais de fonctionnement.

En acteur de développement rompu et animé d’une grande passion pour le Kwango, Kanys Makofi a entrepris, durant les 10 mois de son règne des réalisations à impact visible.

A la fin de son mandat, il se dit heureux d’avoir jeté les jalons du développement de la province du Kwango. Le seul ennemi à son action, c’est le temps.

Grâce à la discipline dans la gestion, il a pu, dans le secteur de la santé, apporté un appui substantiel aux zones de santé en médicaments et intrants, sans compter l’intervention en faveur des refoulés d’Angola. Il a mis sur pied la Police d’hygiène, érigé le 1er Centre pédiatrique doté d’une pharmacie communautaire et d’une ambulance pour les urgences.

Pour ce qui est des finances, Kanys Makofi a créé l’inspection provinciale pour accompagner la Direction provinciale des recettes du Kwango (DPRK), amélioré les conditions de travail à la Direction générale de la régie provinciale. Il a créé des postes de péage sur les routes de desserte agricole de la province ainsi que le Poste interprovincial de perception des Fonds de reconstruction des provinces du Kwango et du Kwilu ; équipé en mobiliers de bureau et matériels informatiques la DPRK, grâce à un appuide la Banque Mondiale via le projet Profit Congo.

Dans le secteur de l’éducation, on cite à l’actif du gouverneur Makofi la création de l’Institut supérieur de techniques appliquées (ISTA Kenge), la gestion responsable du conflit EPSP-FPMA sur l’étendue de la province ; l’achèvement de la construction de l’EP. Tsakala Mbewa…

Le secteur culturel a vu l’implantation à Kenge d’un studio moderne d’enregistrement de musique dénommé « les Grands Chanteurs » ; la mise à disposition de la jeunesse de la province d’un équipement de musique pour la production des œuvres discographiques.

Pour la première fois, les habitants de Kenge ont vu s’implanter des pylônes avec lampes à photovoltaïques dans certains coins stratégiques de la ville, notamment à la Place Barrière. L’action s’est poursuivie avec l’acquisition de trois grands générateurs électriques pour l’éclairage public.

Sur fonds propres de la province, Kanys Makofi Kabamba a doté l’Inspection provinciale de la territoriale d’un bâtiment ; un bus Toyota Voxy pour la Régie provinciale de transport du Kwango (Transkwa) ; l’érection d’un mémorial pour les Martyrs du 5 mai 1997, l’octroi d’un lotissement de 78 parcelles à ses collaborateurs et plusieurs appuis substantiels aux communautés religieuses.

Alors qu’il n’était pas encore aux affaires, il a équipé le siège de l’Assemblée provinciale d’un mobilier digne d’une assemblée parlementaire moderne.

Kanys Makofi qui prend la tête de la province le 02 juillet 2018 n’est pas un crève-la-faim. Il est à la tête d’une agence conseil en communication d’entreprise qui travaille en partenariat avec le Fonds Mondial, notamment dans la lutte contre le Paludisme, la co-infection VIH-Tub et les violences sexuelles.

Il est promoteur du Centre pédiatrique de Masanga-Mbila (Mont-Ngafula) ; de l’Ecole Primaire Kasaku à Mikondo (Kimbanseke) ; d’une ferme agropastorale à Mbankana ; de la salle polyvalente et du restaurant huppé de la ville de Kenge ; de la 1ère chaîne de télévision émettant depuis la ville de Kenge dénommée Congo Santé et Développement, CSD Tv ; d’une agence de location des véhicules ; un charroi de plusieurs véhicules….
« Avec Kanys Makofi, le Kwango vient de rater la belle occasion de lancer définitivement son développement. Il faudra attendre 30 à 50 ans pour avoir un homme de son acabit qui pense simplement développement de la province », regrettait une notabilité du Kwango après l’élection du successeur de Kanys Makofi.

Ce n’est certainement pas un saint homme, mais il a géré la province dans la transparence. A sa sortie, le solde en banque était de 2 982 192,90 Fc et 809, 22 USD. Il a travaillé avec des hommes et femmes qui peuvent avoir commis des ratés dans leur gestion. Chacun en répondra. D’ailleurs, les Kwangolais peuvent prendre leur mal en patience, car une commission mixte Assemblée provinciale et Justice est à pied d’œuvre. Elle mène de laborieuses investigations sur tout cas ou soupçon de malversations financières au Kwango. A ce sujet d’ailleurs, M. Kanys Makofi dit souvent à ses collaborateurs : « Chacun de nous, son péché l’atteindra ».

« En attendant les conclusions de cette mission d’audit, exhorte un notable du recoin agacé par la campagne de sape orchestrée contre Kanys Makofi. Faisons trêve de débat. La province ne se gère pas dans les réseaux sociaux, au milieu des ont-dit et contrevérités, sans réelle volonté d’aller à la vérité des choses ».

Kanys Makofi n’est certes pas allé au bout de son programme d’action, faute de temps. Il est néanmoins fier et serein d’avoir contribué à l’entreprise de développement de sa chère province. Il quitte son fauteuil sans remord, ni rancune.

Il lance d’ailleurs un appel à l’unité des filles et fils de 5 territoires du Kwango en vue d’un accompagnement qualitatif de la nouvelle équipe pour la réalisation de l’objectif de développement.

St Augustin Kinienzi/Assistant Principal

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

code

Input your search keywords and press Enter.
%d blogueurs aiment cette page :