Connect with us

À la Une

RDC : Kamerhe rentre à Kinshasa sur la pointe des pieds !

Published

on

Autant qu’il avait quitté la capitale en janvier dernier, Vital Kamerhe, président de l’Union pour la Nation Congolaise(UNC), a regagné la capitale, Kinshasa, aux petites heures de ce lundi 18 avril 2022, sans tambours ni trompettes. Ses proches ont confirmé à CONGOPROFOND.NET que c’est un choix personnel qui a motivé ce retour au pays loin des regards indiscrets.

Arrivé par un jet privé de Malta Forrest ayant atterri à l’aéroport international  de Ndjili aux alentours du 2 heures du matin, le couple Kamerhe s’est aussitôt dirigé droit dans sa residence de Kintambo/GB.

Alors que certaines sources indiquent que le concerné est venu affronter la Justice qui a décidé de rouvrir son dossier devant la Cour d’appel, d’autres soulignent de l’exécution d’une nouvelle stratégie en vue de préparer les prochains scrutins électoraux sur fond d’un nouveau deal entre le leadership de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) et celui de l’UNC.  » Ces manœeuvres passent nécessairement par le blanchiment de Vital Kamerhe, dans le but de séduire son électorat au profit du Président Félix Tshisekedi, candidat à sa propre succession aux scrutins prochains… », précise notre confrère L’EXCLUSIF.CD.

Rappelons que Vital Kamerhe avait quitté la capitale congolaise en janvier dernier pour un séjour médical en France.

Au sujet de son dossier judiciaire, la Cour de cassation avait annulé l’arrêt de la cour d’appel l’ayant condamné à 13 ans de prison pour détournement de fonds publics. Elle avait également renvoyé le dossier devant de nouveaux juges. La Cour avait estimé que le juge d’appel avait « violé le droit de la défense » de l’ancien directeur de cabinet de Félix Tshisekedi en rendant sa décision le condamnant à 13 ans de prison pour détournement des deniers publics, alors que « l’affaire n’était pas en état » d’être jugée.

Vital Kamerhe, 63 ans, avait été condamné en avril 2020 à 20 ans de prison pour détournement de près de 50 millions de dollars alloués à la construction de maisons préfabriquées pour des militaires et des policiers, dans le cadre d’un programme qui devait lancer le mandat du président Tshisekedi. Cette peine avait été réduite à 13 ans de prison en appel en juin 2021. Il bénéficie de la liberté provisoire conditionnée par le paiement d’une caution de 500 000 USD.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Goma: Sur recommandation du Premier ministre, le couvre-feu est levé !

Published

on

Le couvre-feu a été levé ce lundi 26 septembre sur toute l’étendue de la ville de Goma. En revanche, il reste en vigueur dans le reste de la province du Nord-Kivu « en attendant l’amélioration des conditions sécuritaires ». Cette mesure avait été décrétée dans cette province dans le but de protéger la population pendant la période des fêtes de fin d’année en 2021, caractérisée par un pic inhabituel d’insécurité.

La levée de cette mesure dans le chef-lieu du Nord-Kivu intervient peu après la mission de suivi-évaluation de l’état de siège « en vue de réorienter les actions pouvant contribuer à rétablir la paix et la sécurité durables dans cette partie de notre territoire national », effectuée par le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde en Ituri et au Nord-Kivu

A cet effet, il avait été demandé au gouverneur militaire d’évaluer son efficacité, après les nombreuses plaintes des populations exaspérées par les tracasseries.

« Nous devons nous assurer avec les autorités militaires que nous puissions mettre fin à toutes ces questions, surtout des questions des tracasseries qui ont été mentionnées. Nous estimons que nous, en tant qu’autorités, devons suivre ce que la population nous dit et travailler dans le sens de lui garantir son bien-être. C’est une population qui n’a que trop souffert et donc nous sommes très sensibles aux messages qui nous sont donnés. Nous avons eu aussi cette demande qui nous a été faite, particulièrement pour la ville de Goma, en ce qui concerne les restrictions en termes de déplacements. Nous avons discuté avec le Gouverneur militaire et donné une indication pour qu’il puisse très vite, réunir le conseil de sécurité et voir les modalités, tout en garantissant la sécurité ici dans la ville de Goma », avait ajouté le Premier ministre Sama Lukonde.

Signalons qu’une première journée ville morte a été observée ce lundi 26 septembre à Goma à l’appel des forces vives et de la société civile en protestation de l’occupation depuis plus de 3 mois de la cité de Bunagana par le M23 et de l’état de siège, jugé inefficace.

Franck Kaky/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising