mbet

Connect with us

À la Une

RDC/Kahuzi Biega: accrochages entre pygmées et garde parcs, 2 morts !

Published

on

 

Deux personnes ont perdu la vie, deux autres blessées et deux arrêtées dans les accrochages entre les pygmées vivant aux alentours du Parc national de Kahuzi Biega et les gardes parcs à Kalonge dans le territoire de Kalehe au Sud-Kivu.

” Un pygmée en la personne de Matabishi Teso Nabukonjo tué en plein braconnage dans le Parc national de Kahuzi Biega ce mardi 23/04/2019. Le mercredi 24 avril dans l’avant-midi, les pygmées vont blesser par machette un garde parc en la personne de Espoir qui est mort à l’hôpital de Kalonge quelques heures après. Deux personnes sont aux arrêts à la PNC. Le Cadre de Concertation Territorial de la Société Civile de Kalehe “CCTSC” demande l’implication des autorités à tous les niveaux afin de mettre en place une Commission d’enquête pour chercher les auteurs et stabiliser cette partie du territoire”, annonce Delphin Birimbi, modérateur du Cadre de concertation territorialr de la Société Civile de Kalehe.

Dans son communiqué, le parc national de Kahuzi Biega se dit choqué de cette mort tragique de Batasema Espoir et appelle l’autorité d’agir.

Inscrit dans le patrimoine mondial, le parc national de Kahuzi Biega fait face à un braconnage à outrance qui a réduit l’effectif des gorilles de montagnes ainsi que les gorilles de montagnes, s’indignent les conservateurs de la nature.

” Les indicateurs faunistiques sont au rouge, à part les gorilles dans la haute altitude. De 1000 éléphants à moins de 10, vous allez chasser combien? Y a des concessions et plantations acquis après la zairianisation…Ou encore obligez les concessionnaires de donner de l’emploi au lieu de garder ces plantations improductives ! “, s’indignent toujours les concervateurs de la nature au Sud-Kivu.

Shukuru Ntwali/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

Ituri : Peine de mort et radiation de l’armée pour des militaires impliqués dans la vente d’armes aux miliciens !

Published

on

La cour militaire de l’Ituri a rendu son verdict, ce vendredi 27 mai, dans le procès ventes d’armes et munitions aux groupes armés dans la province de l’Ituri.

Parmi les 15 prévenus poursuivis pour association des malfaiteurs, participation aux mouvements insurrectionnels et crime de guerre par meurtre, 13 ont été condamnés et 2 autres acquittés pour insuffisance de preuves.

Sur la liste des condamnés, on y retrouve 8 militaires FARDC dont 3 officiers. Ils sont condamnés à des peines de mort et sont radiés définitivement de l’armée. Parmi eux, le lieutenant-Colonel Kalegamire Marcel.

Afoyo Deogratias et Makusi Lotsove, deux autres civils poursuivis pour les mêmes faits, ont également été condamnés à des mêmes peines.

Bénéficiant de circonstances atténuantes, les prévenues Biwaga et Michiline Yenga ont toutes deux écopé de 10 ans de service pénale principale et sont sommées au payement de 250 000 FC de frais d’instance.

Ces condamnés, désormais locataires officiels de la prison centrale de Bunia, disposent de 5 jours pour interjeter appel.

Cependant, sur la liste des acquittés, l’on retrouve un officier militaire et un civil. Il s’agit du major Ngoy Kabulo et le taximan Muloko Bongi Dieudonné dont la moto sera aussi restituée.

Un arrêt de la cour salué par certains habitants de la ville de Bunia. Nombreux estiment que la poursuite des audiences contre les personnes impliquées dans l’insécurité en Ituri et leur condamnation serviront d’exemples pour les autres qui pourront éventuellement s’engager dans cette pratique.

A signaler que ce procès très médiatisé a été ouvert depuis le 25 avril 20220.

Verite Johnson/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising

K-WA Advertising