Connect with us

non classé

RDC/Haut-Katanga : Mvunzi Meya met fin à un grand conflit coutumier de Sanga à Kambove

Published

on

Résolument engagé à solutionner les problèmes qui sont à la base de plusieurs conflits coutumiers dans le Haut-Katanga, Eyrolles Michel MVUNZI MEYA, ministre national délégué auprès du vice-premier ministre, chargé de l’Intérieur, sécurité et affaires coutumières, vient une fois de plus, de mettre fin au conflit sanglant de la chefferie SANGA, dans le territoire de KAMBOVE, ville de Likasi, province du Haut-Katanga.

Informé de la  » guerre » de succession au trône qui prévaut dans cette chefferie composée de deux groupements, dont celui de PANDE et de MUKUMBI, conflit dans lequel plusieurs membres des familles régnantes tiraient les draps de leur côté, terrorisant les plus faibles en les séquestrant, voire leurs promettant toutes sortes de malheurs, le ministre en charge des affaires coutumières s’y était rendu en date du 22 mai 2020 pour voir, dans la mesure du possible, comment unifier les familles régnantes, dans le strict respect de leurs us et coutumes et d’éviter le pire que tout le monde redoutait.

Fort de son sens de diplomatie, Eyrolles Michel MVUNZI MEYA, a tout d’abord, en présence du ministre provincial de l’Intérieur, sécurité et affaires coutumières, Fulbert KUNDA MILUNDU, du chef de division provinciale des affaires coutumières, du mwami MUNONGO Godefroid KANERANERA, président de l’ANATC, et des membres de cabinet du gouverneur, dans l’enceinte du mess de la Gecamines Panda, procédé, en tant qu’arbitre politique des pouvoirs coutumiers, aux consultations de toutes les treize familles régnantes pour s’informer méticuleusement des procédures coutumières qui interviennent quand à la désignation du chef de leur chefferie, et à l’audition des déclarations et témoignages des notables et des chefs des groupements voisins venus assister à l’activité.

Aussitôt après ces longues consultations, il fallait passer au vote pour designer le nouveau chef. Trois candidatures des prétendants ayant droit à la succession au trône ont été enregistrées. Elles sont toutes de la famille PANDE LUTEBULA. Il s’agissait donc de Jean KANYIMU PANDE, Matthieu PEMBA MOTO, et Edward PANDE KILOWELE.

Respectant les principes coutumiers de la désignation du successeur au trône, les résultats se sont révélés de la manière suivante :

• Neuf(9) familles sur treize (13) ont désigné le candidat PEMBA MOTO Matthieu comme le désormais chef de la chefferie SANGA.

• Quatre (4) familles sur treize (13) ont désigné le candidat Jean KANYIMU PANDE, et le candidat Edward PANDE KILOWELE n’a obtenu aucune voix.

Le candidat PEMBA MOTO Matthieu a mérité ce choix, car c’est bien lui en principe, qui doit succéder au trône vu que le pouvoir lui a été laissé par son père avant de mourir, bien qu’il était encore tout petit à cette époque là, témoignent les chefs des groupements voisins.

Pour entériner la fin de ce conflit, valoriser le travail fait par le ministre, un procès-verbal a été signé par les notables et les anciens protagonistes, en présence du président national de l’Alliance Nationale des Autorités Traditionnelles du Congo, ANATC en abrégé, le sénateur Mwami MUNONGO Godefroid KANERANERA. Ce procès-verbal reconnait seul chef de la chefferie SANGA, Mulopwe Matthieu PEMBA MOTO, et l’autorise à designer un représentant de la famille du candidat Jean KANYIMU PANDE pour s’occuper de l’administration et un autre représentant de la famille de monsieur Edward PANDE KILOWELE qui s’occupera du développement.

Prenant la parole à la fin du processus, le ministre les a appelés à toujours voir en premier lieu, les intérêts du peuple qu’ils vont diriger, et à oublier le passé, pour construire, dans une collaboration harmonieuse, le développement de la chefferie en se soutenant mutuellement et en proscrivant tout discours d’incitation à la haine et au mépris du travail que fera tout le monde.

Rappelons que ce travail de réconciliation et de résolution du conflit qui prenait déjà des allures inquiétantes depuis la mort du feu Mulopwe PANDE KYALA KALENGA Guy, survenue le 27 décembre 2019, démontre à suffisance combien le ministre s’est déterminé à offrir le meilleur de lui-même, en imprimant sa marque de valeur tout en soutenant le chef de l’État dans sa lutte de maintenir la paix sur l’ensemble du territoire national.

Gédéon ELONGA/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

non classé

Contrôle technique des véhicules à Boma: Dr Guy Bandu apporte une bouée de sauvetage à la population 

Published

on

Alors que le gouverneur du Kongo Central travaille pour la cohésion provinciale et la promotion de l’équilibre géo-économique, beaucoup le voient d’un mauvais oeil. Guy Bandu Ndungidi a signé dernièrement un arrêté rendant obligatoire le contrôle technique de tout véhicule et matériels roulants d’occasion à l’importation, en conventionnel ou en container. La délivrance du bon de sortie des véhicules ne se fera désormais qu’après le résultat dudit contrôle. Pour l’heure, seul le port international de Boma dispose des infrastructures adéquates quant à ce.

Des faits

Plusieurs cas d’accidents signalés sur la route nationale n°1. Une situation dûe, à en croire certains témoignages, au mauvais état des véhicules. Il n’est un secret pour personne que depuis un temps circuler dans la ville de Matadi est devenu un casse-tête. Des embouteillages monstres sont observés sur les grandes artères, principalement vers l’entrée du pont OEBK, à cause des véhicules remorques se dirigeant au port MGT.

Selon les témoignages de certains déclarants, actuellement plusieurs navires sont en mouillage, des containers bloqués aux ports de transit faute d’espace à MGT.

Enfin, le Bas-fleuve avec son unique ville Boma est économiquement malade à cause de l’effondrement des activités portuaires.

Evaluant de près la situation et tenant compte des paramètres socio-économiques, le gouvernement provincial a pris l’option de s’appuyer sur l’arrêté Tsasa-di-Ntumba dans le souci de réglementer et réguler les activités économiques.

Pour rappel, cette décision fait suite à un atelier de deux jours organisé au gouvernorat avec la participation de tous les intervenants portuaires y compris les armateurs et la Fec. L’arrêté Bandu n’est que la mise en application de l’une des 26 recommandations assorties de ces assises.

De l’avis d’un juriste

Pour Me Willy Mbadi, c’est du bon droit que le gouverneur a signé cet arrêté soutenu par une forte légitimité au nom de l’équilibre économique provincial entre les deux principaux pools constituant le Kongo Central à savoir l’Est et l’Ouest. Dans tous les cas, la partie droite du fleuve Congo se réjouit et remercie le président de la République, son Excellence Félix-Antoine Tshisekedi qui a enfin accompli, au travers le gouverneur du Kongo Central le Docteur Guy Bandu Ndungidi, sa promesse faite aux Bomatraciens de relancer l’exploitation du port pour l’amélioration des conditions socio-économiques de cette partie de la province. La population attend impatiemment la fin du moratoire de 45 jours pour l’application effective de l’arrêté Bandu.

Sandrine Lisingi/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising