Connect with us

À la Une

RDC/Goma: la « Maison des journalistes » sensibilise les webjournalistes sur leurs défis et rôle

Published

on

 

La Maison des journalistes de Goma, un bureau de coordination des activités de l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA), a organisé un atelier sur les défis et rôle de la presse numérique de la province du Nord-Kivu, à l’intention des journalistes travaillant pour les médias en ligne.

La rencontre a eu lieu, le 19 avril 2019 dans la salle Bwira de la Joie Plazza Hôtel, dans la commune de Goma. 35 journalistes de la ville de Goma ont pris part à ces assises.

Mme Chancelle Nsingi, chercheure à l’OLPA, a dans son mot d’ouverture, remercié les participants, expliquant au passage que cette activité a bénéficié de l’appui de la Fondation Nationale pour la Démocratie (NED) à qui elle a réitéré les remerciements de l’OLPA.

Trois communications ont été enregistrées lors de cette rencontre dont celle de Mme Rosalie Zawadi, présidente provinciale de l’Union
nationale de la presse du Congo (UNPC/Nord-Kivu) sur le respect de la pyramide des obligations professionnelles du journaliste pendant et après les élections.

Elle a rappelé aux participants le rôle des médias lors d’un cycle électoral. Pendant la période électorale, la presse a pour mission de surveiller : les droits des électeurs, les droits des candidats et des partis politiques et le processus électoral.

Parlant des obligations professionnelles du journaliste, Rosalie Zawadi a énuméré les obligations de vérité, d’indépendance, de neutralité, de responsabilité, de solidarité et celle de bonne connaissance des règles du jeu en matière électorale.

David Kalenda, assistant à l’Université Catholique la Sapientia de Goma, s’est appesanti sur les techniques de collecte, de traitement et de diffusion de l’information en ligne et les précautions à prendre face aux fake news.

L’orateur a indiqué qu’il est important pour le journaliste qui traite les nouvelles en ligne de faire partie d’un circuit de l’information. Il a défini le terme « fake news » comme des informations volontairement erronées, qui circulent très rapidement, notamment sur les réseaux sociaux.

Les précautions à prendre face aux fake news

Une fois en face d’un fake new, le journaliste devra procéder aux vérifications d’usage. Il devrait se méfier des titres accrocheurs, examiner attentivement l’URL, vérifier les dates et les photos, trouver d’autres sources.

Pour éviter de tomber dans les fake news, le journaliste ne doit pas être juge et partie. Il doit rester lucide pour ne pas se faire manipuler ou instrumentaliser, ne doit pas être utilisé pour une promotion.

Face à une information qui circule sur les réseaux sociaux, il faut toujours s’interroger sur la source qui la propage ainsi que les enjeux.

De son côté, Kabongo Mbuyi, acteur social et avocat au barreau de Kinshasa/Matete, est intervenu sur la réglementation de la presse numérique en RD Congo et les perspectives d’avenir. Il a fait remarquer que c’est depuis deux ans ou plus que le pays enregistre un foisonnement des médias en ligne ou de la presse numérique.

L’arsenal juridique congolais garantit non seulement l’exercice de la liberté de presse, de manière générale, mais aussi celle de la presse numérique, en particulier a-t-il fait savoir. Si l’article 24 de la Constitution consacre le droit à l’information et la liberté de presse, il ne mentionne pas clairement la presse numérique bien que celle-ci est aussi protégée par ces dispositions de la loi fondamentale.

La loi organique du 11 janvier 2011 sur le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC) définit à son article 4 point 8 les médias en ligne. Une définition trop vague et parfois ambiguë.

Encourager l’implantation des médias dans les milieux ruraux (les NTIC et l’internet) et protéger les enfants des effets néfastes et pervers de l’internet sont parmi les attributions légales du CSAC.

Les médias en ligne ont l’obligation de présenter leur dossier au CSAC pour un contrôle de conformité (Article 17). C’est cette institution
qui a reçu du législateur le pouvoir de donner un avis conforme sur un média.

Curieusement et contre toute attente, le ministre des médias sortant a rendu public un arrêté ministériel controversé en date du 14 juin 2018 lequel porte mesures d’application de la loi du 22 juin 1996. Dans ses considérations, cet arrêté ne fait aucune allusion à la loi organique précédemment évoquée.

Chose grave, il parle même d’un décret inexistant n°96-002 du 22 juin 1996. Cet arrêté vient en rajouter un peu plus de confusion sur la définition du service de médias en ligne, créant un conflit de compétence évitable entre l’instance publique de régulation et le ministère de la communication et médias. Il y a lieu de recommander l’abrogation de cet arrêté qui est pris en violation de la loi.

Kabongo Mbuyi a noté des efforts au cours de la législature passée pour envisager des réformes principalement celle de la loi du 22 juin
1996 pour pouvoir prendre en compte la dimension médias en ligne, lesquels devront être poursuivis. Il n’est pas exclu que des
plaidoyers au niveau local puissent aboutir à l’adoption des édits provinciaux qui prennent en compte le travail de la presse numérique.

En ce qui concerne la constitution des entreprises de presse en ligne, il a conseillé l’enregistrement des entreprises auprès du Guichet unique de création des entreprises pour l’obtention d’un numéro RCCM avant l’avis de conformité du CSAC.

Les participants se sont scindés en deux groupes de travail dont le premier s’est penché sur la contribution de la presse numérique du Nord-Kivu dans la lutte contre les fake news et le second sur la protection légale des praticiens de la presse en ligne et l’avènement d’une véritable presse numérique au Nord-Kivu.

Après un débat houleux, les recommandations suivantes ont été formulées :

A l’Etat congolais

  • de redynamiser les structures qui encadrent les médias en ligne ;
  • de mettre fin aux coupures intempestives de la connexion internet et de veiller à l’amélioration de sa qualité ;
  • d’avoir son propre satellite ;
  • d’identifier les médias en ligne.

Au parlement

  • d’adopter le projet de loi relative à l’accès à l’information.

A l’Assemblée provinciale

  • d’actualiser l’édit portant protection des journalistes et des défenseurs des droits de l’homme dans la province du Nord-Kivu.

Aux médias en ligne

  • d’ avoir une rédaction avec une équipe rédactionnelle soit virtuelle ou physique ;
  • de se mettre en règle avec l’Etat congolais ;
  • de renforcer les capacités des journalistes qui travaillent dans leur organe de presse ;
  • de motiver ou encourager la création des médias en ligne en Swahili.

A l’UNPC

  • de poursuivre l’identification des médias en ligne ;
  • d’ encourager les journalistes à revoir, démentir ou retoucher leur publication.

Aux journalistes de la presse en ligne

  • d ’ éviter la paresse afin de ne pas tomber dans le copier-coller ;
  • d ’  être la sentinelle de son métier vis-à-vis de lui-même et des autres.

 

 

 

CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Le Salon des Médias et du Business ouvert ce jeudi à Kinshasa 

Published

on

C’est sur le thème: « Les médias, un atout pour la croissance des entreprises en RDC » que le Salon des Médias et du Business s’est ouvert ce jeudi 26 au 27 janvier 2023 à l’hôtel Fleuve Congo.

Événement incontournable de la scène des médias, le Salon des Médias et du Business est l’unique salon en RDC qui rassemble toute la presse et les opérateurs économiques pour discuter des possibilités d’une relation gagnant-gagnant.

Ce salon est organisé par l’Association des médias en ligne (MILRDC) en collaboration avec la Fédération des Entreprises du Congo (FEC), avec l’appui technique d’Internews sur financement de l’Union Européenne dans le cadre du projet Medias Indépendants et Innovants (Medias 2I).

Prennent part à cette rencontre, environ une centaine de journalistes, communicateurs et chefs d’entreprises.

L’objectif visé par les organisateurs est double : « d’abord évaluer les avancées de l’écosystème médiatique et son impact éventuel sur la croissance des entreprises du pays et ensuite initier un espace d’échange sur diverses thématiques en vue d’améliorer la relation entre le secteur privé et les médias », a déclaré Noémie Kilembe, directrice adjointe d’Internews.

Durant les deux jours du Salon, les participants prendront part aux echanges à travers quatre panels. Les deux premiers prévus ce jeudi ont tablé sur « la réglementation de la publicité en RDC et son impact sur les revenus des médias »; et aussi « les médias face aux régies publicitaires et GAFAS ».

Pour ce vendredi, le premier panel traitera de la diversification des services et des offres des médias, alors que le deuxième planchera sur la gouvernance et la gestion des médias en tant qu’entreprise.

Ce Salon, convient-il de rappeler, rentre dans le cadre du projet M2I débuté en janvier 2020 et qui s’achève à la fin du mois de janvier 2023.

Déborah Kabuya/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising