Connect with us

non classé

RDC-Foot : la conseillère du chef de l’Etat Chantal Mulop lance officiellement le projet “To Tombola Ndembo”

Published

on

Le projet “To Tombola Ndembo”, initié par le manager Bob Makandalele, dont l’objectif est de subventionner le football congolais (ligue 1 et ligue 2) à la hauteur de 15 millions de dollars, a été officiellement lancé ce lundi 20 juillet par la conseillère spéciale du chef de l’Etat en charge de la jeunesse, Chantal Mulop. Cette cérémonie s’est déroulée à l’espace 19 situé dans la commune de la Gombe en présence du président de l’ADFCO, Lambert Ossango, ainsi que de Bob Makandalele.

La conseillère du président de la République en charge de la Jeunesse : Chantal Mulop au lancement du projet “To Tombola Ndembo”


Après l’ouverture, le 15 juillet dernier, du compte bancaire qui va recevoir ces fonds, c’était au tour de la conseillère spéciale du chef de l’Etat de lancer et de déposer à titre symbolique sa contribution.

Chantal Mulop renseigne que le président de la République veut à tout prix aider la jeunesse à s’épanouir. Et, poursuit-elle, des projets pareils peuvent matérialiser les idées du chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi.

Chantal Mulop a également appelé les Congolais, qui sont partout dans le monde, à contribuer pour faire décoller le football congolais.

“Ce lancement qu’on vient de faire est extrêmement important pour que la population comprenne cet engagement : pourquoi est-ce qu’il doit contribuer à ce programme qui va aider non seulement les jeunes qui sont dans des différents clubs, mais aussi des footballeurs qui sont souvent mal payés. Cela va un peu relever le niveau du football de notre pays. Et surtout que la population doit savoir que c’est un besoin que le président de la République sait. Il tient ça à coeur et voulait voir les jeunes s’épanouir. Je pense que ce programme leur permettra aussi de s’épanouir en même temps”, a-t-elle martelé.

Le manager Bob Makandalele, la conseillère Chantal Mulop et Lambert Ossango, président de l’ADFCO


De son côté, dans le même ordre d’idée, le président de l’association des dirigeants de football du Congo(ADFCO), Lambert Ossango, a fait savoir que leur association va mettre toutes les batteries en marche pour sensibiliser ses supporters à contribuer.

“Je pense qu’il faudrait féliciter Bob pour cette initiative. Elle est importante pour nous les dirigeants des clubs réunis au sein de l’ADFCO. C’est un intérêt de tous les Congolais. A notre niveau, nous pensons que nous allons sensibiliser nos supporters et les autres Congolais qui ne sont pas dans le football et ceux qui sont en dehors du pays pour que ce sport-roi puisse être développé. Cela pourra être possible qu’avec l’appui de tout le monde. Le football a tant souffert, les autres sports également. Mais le football est le sport-roi et on ne doit que commencer par là. Nous pensons que le chef de l’État, qui ne cesse toujours d’accompagner les jeunes, au travers le contact qu’on a eu, va également s’y mettre pour que les choses aillent de l’avant”, a-t-il dit.


Zoom sur le projet

Ce projet a été créé pour palier aux problèmes majeurs qui gangrènent le football congolais depuis la nuit de temps, notamment: la paie des salaires des joueurs de Ligue 1 et Ligue 2.

Cependant, il veut améliorer les conditions de travail des joueurs, en leur garantissant un minimum salarial leur permettant de planifier leur avenir, ainsi que celui de leurs familles respectives. Il va également aider les équipes pour les déplacements, surtout le transport aérien qui a toujours été un casse-tête pour plusieurs équipes. Cela a des répercussions sur le calendrier.

À travers ce projet, l’initiateur prévoit la signature d’un contrat avec un transporteur aérien.

Il faut noter qu’il va également payer les hommes en noir ( arbitres). Ce corps qui est devenu un obstacle majeur au bon fonctionnement d’une partie de football en RDC. La prise en charge de leur prime de prestation par match, s’avère plus qu’important pour dissuader les éventuelles tricheries.

Il sied de rappeler que les 15 millions pour subventionner le football congolais proviendront de la contribution de toutes les personnes intéressées par le sport-roi dans la capitale et ailleurs. Chacun devrait contribuer en commençant par un montant d’un dollar américain (1$) par an.

Jolga Luvundisakio/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

La RDC a, désormais, son cadre d’actions multisectorielles et inter clusters relatif au VIH en situation humanitaire 

Published

on

A l’initiative du PNMLS, en collaboration avec l’ONUSIDA, le HCR et les agences co-sponsors PAM, UNICEF, UNFPA, OMS, OCHA, un atelier de mise en place du cadre d’actions multisectorielles et inter clusters relatif au VIH en situation humanitaire a été organisé, ce jeudi 23 novembre à l’hôtel Sulutani à Kinshasa/Gombe. Son objectif : mobiliser tous les acteurs autour d’un cadre d’actions concertées, visant à garantir non seulement une intégration effective du VIH dans la réponse humanitaire, une mobilisation de ressource mais aussi une coordination entre les acteurs humanitaires, le gouvernement, les ONG et les partenaires internationaux pour une riposte cohérente et complète.

L’ouverture de l’atelier a été présidée par le délégué du Conseiller Principale du Chef de l’Etat au Collège Santé et bien-être qui a loué cette opportunité précieuse pour renforcer notre compréhension commune des enjeux du VIH et pour promouvoir des actions concrètes, innovantes et adaptées aux besoins spécifiques des populations touchées. Il a par ailleurs émis le vœu de voir cette rencontre aboutir au renforcement de la synergie par la mise en place des partenariats solides, des mécanismes de communication efficaces en vue d’assurer une réponse holistique et coordonnée face au VIH en situation humanitaire. 

Au total 59 participants provenant notamment de la présidence, ministères sectoriels, les institutions d’appui à l’aide humanitaire, le PNMLS, les programmes spécialisés du ministère de la santé,  les ONG nationaux et internationaux, les agences du système des nations unis, partenaires bi et multi latéraux ont pris part à cette rencontre. Les provinces touchées par la crise humanitaire étaient représentées par 6 Secrétaires Exécutifs Provinciaux (Nord Kivu, Sud Kivu, Ituri, Tanganyika, Kasaï et Kasaï Central).

Les participants ont, au cours de cet atelier, échangé sur la vision stratégique de la RDC concernant la réponse au VIH en situation de crise humanitaire et de Nexus coulée dans le PSN 2023-2027; partagé les connaissances, les expériences. Par ailleurs les défis, les opportunités de collaboration ont été identifié afin de mieux répondre aux besoins en interventions VIH des populations touchées par les situations de crise, notamment les enfants, femmes enceintes déplacés, Refugiés et autres populations vulnérables.

Les présentations sur la situation du VIH/Sida dans les provinces touchées par la crise humanitaires et de Nexus notamment le Nord-Kivu, Ituri et Tanganyika ainsi que les présentations d’initiatives réussies en matière d’intégration du VIH dans la réponse humanitaire cas de l’ONUSIDA Nigeria, l’ONG GRAM (expérience du Nord-Kivu) et PNMLS dans la région du Kasaï-Central (UNHCR, ONUSIDA) ont constitués la base des échanges et discussions.

Au cours d’un panel présidé par le SEN/PNMLS, les représentants des Agences Humanitaires du SNU notamment UNICEF, UNHCR, PAM, OMS, UNFPA ainsi que la Directrice pays de l’ONUSIDA représentant le Coordonnateur Résident, ont à tour de rôle chacun en ce qui concerne son organisation répondu à la question suivante : Qu’est-ce qu’il faut du point de vue des acteurs humanitaires pour assurer l’inclusion systématique et efficace des populations touchées par le VIH dans la réponse aux situations de crises ? Enfants, Femmes enceintes, déplacés, Refugiés et autres populations vulnérables.

A la suite des travaux en 5 groupes, les participants ont identifié 10 actions soit 2 actions prioritaires regroupées dans les 5 catégories à mettre en œuvre pour accélérer l’atteinte des résultats mesurables.

Ci-dessous les Actions/recommandations prioritaires identifiées:

  1. Actions pour renforcer l’engagement au niveau politique et du leadership :
  • Action 1 : Renforcer la coordination de la riposte au VIH en situation de crise humanitaire par un diagnostic plus large au niveau national,
  • Action 2 : Promouvoir l’intégration du VIH dans le Plan National de coordination humanitaire (HRP 2024) afin de garantir la mise en œuvre effective des directives IASC. 
  1. Actions pour renforcer les capacités des acteurs de la communauté pour mieux identifier, suivre et soutenir les PVVIH et les populations vulnérables :
  • Action 1 : Renforcer les capacités des acteurs communautaires sur la dynamique communautaire afin de leur permettre d’identifier sans faille les PVVIH en situation humanitaire
  • Action 2 : Plaidoyer pour la prise en charge des acteurs communautaire dans le budget de l’état
  1. Actions pour renforcer les capacités des acteurs multisectoriels et des systèmes publiques pour l’approvisionnement pour assurer la continuité de de la prise en charge, l’efficacité du suivi et du soutien pour les PVVIH et les populations vulnérables :
  • Action 1 : Identifier les PVVIH et les personnes vulnérables en situation de crise humanitaire pour garantir une meilleure planification des besoins et réduire les ruptures intempestives des intrants,
  •  Action 2 : Mettre sur pieds un cadre de concertation sur la GAS pour mieux cerner la question relative à l’approvisionnement des stocks et le suivi des PVVIH sous traitement.
  1. Actions pour assurer la disponibilité des données de qualité pour informer la prise des décisions, la mobilisation des ressources et l’évaluation des actions :
  • Actions 1 : Produire les outils de collecte des données pour capter les informations relatives au VIH en situation humanitaire,
  • Actions 2 : Sélectionner les indicateurs clés par cluster en référence aux Directives IASC (2 indicateurs par cluster).
  1. Actions pour renforcer la communication, le plaidoyer, la visibilité et le rapportage sur la problématique et la réponse.
  • Actions 1 : Mise en place/redynamisation d’un cadre intégré et permanent d’échange d’information entre le gouvernement et le système des Nations Unies,
  • Action 2 : Mobilisation des ressources (humaine, matériel et financière) pour la mise en œuvre des activités VIH en situation humanitaire.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET 


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

K-WA Advertising