Connect with us

À la Une

RDC : FFJ interpelle le président de la République sur la santé du journaliste Iwewe, torturé par la Police

Published

on

Freedom for journalist (FFJ), organisation de défense de la liberté de la presse et du droit à l’information interpelle le Président de la République démocratique du Congo (RDC), Felix Tshisekedi, sur l’état de santé fort préoccupant du journaliste Steeve Mwanyo Iwewe, condamné à 12 mois de prison à Mbandaka, capitale de la province de l’Equateur, à l’ouest du pays.

Selon Maître Bosembe, l’un des avocats du journaliste que le service d’aide légale de FFJ a pu joindre au téléphone mercredi dans la journée, le journaliste souffre des traumatismes à la suite des actes de brutalité dont il a été l’objet et autres coups et blessures enregistrés avant son transfert au parquet près le tribunal de paix de Mbandaka.

Iwewe, journaliste arrêté et mis en garde à vue

«Les coups et blessures sont l’objet des policiers qui lui avaient roué des coups et le journaliste, aujourd’hui malade, devra être soigné et les auteurs des voies des faits doivent être poursuivis et punis conformément à la loi», exige FFJ dans son communiqué.

Le journaliste a été condamné au terme d’une procédure de flagrance vendredi 1er mars 2019, par le tribunal de paix de Mbandaka à 12 mois de prison ferme pour « outrage » au gouverneur.

Iwewe officiait pour la Radio-Télévision Sarah (RTS), une chaîne locale. Il a été condamné à payer 200 mille francs congolais d’amende et une somme 200 dollars américains des dommages-intérêts.

Ses avocats ont interjeté appel le jour de sa condamnation.

Iwewe a été arrêté mercredi 27 février 2018 en plein reportage par la police qui lui reprochait d’avoir filmé une manifestation pacifique des agents de la section provinciale du ministère de l’Environnement qui réclamaient 5% de rétrocession, jamais versés depuis plusieurs mois.

Les policiers justifient les coups assénés au journaliste pour avoir déclaré au gouverneur de province, présent sur les lieux de la protestation, qu’il était journaliste en droit de couvrir le reportage et l’autorité politico-administrative n’avait pas qualité de lui en empêcher.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Or: Remplacements des réserves et nouvelles opportunités pour sécuriser le programme de KIBALI étalé sur plus de 10 ans

Published

on

La plus grande mine d’or d’Afrique, Kibali, est sur la bonne voie pour le remplacement de ses réserves réduites par l’exploitation en 2022, tandis que de nouvelles opportunités de croissance soutiendront également son plan d’affaires étalé sur plus de 10 ans et son statut de l’un des actifs de niveau 11 de Barrick Gold Corporation.

Le président et président directeur général de Barrick, Mark Bristow, a déclaré à la presse aujourd’hui que le gisement prolifique KCD de Kibali continuait d’offrir de la valeur supplémentaire vu que le forage actuel est axé sur la conversion des ressources en réserves et sur l’exploration des filons qui sont encore ouverts en profondeur. En outre, les cibles de Mengu Hill, Ikanva et Gorumbwa présentent le potentiel nécessaire pour renforcer le portefeuille souterrain de Kibali.

« Kibali est une opération très rentable avec ses trois centrales hydroélectriques de classe mondiale qui couvrent la majeure partie de ses besoins énergétiques. Elles seront suppléées par une nouvelle centrale solaire de 17MW qui, une fois achevée en 2025, fera passer la part des énergies renouvelables dans les sources énergétiques de la mine de 81% à 93%, » a déclaré Bristow.

Les références écologiques de Kibali comprennent également la réduction continue des eaux douces provenant de la rivière Kibali et un programme de reboisement qui, à ce jour, a permis de planter plus de 10,000 arbres. La mine poursuit son programme d’appui à la conservation de la biodiversité au Parc National de la Garamba en RDC, avec la réintroduction des rhinocéros provenant d’Afrique du Sud. Les 16 premiers rhinocéros sont attendus à Garamba d’ici la fin du deuxième trimestre de cette année et seront suivis de 60 autres au cours des trois prochaines années.

Conformément à la politique globale de Barrick consistant à employer et à promouvoir les ressortissants du pays hôte, Arthur Kabila a été nommé premier directeur général congolais de Kibali. Depuis l’année dernière, huit autres postes clés de direction et techniques sont désormais occupés par des Congolais.

 

Tshieke Bukasa/Congoprofond


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising