Connect with us

À la Une

RDC/Élections: les chefs d’État de la SADC et de la CIRGL appellent les acteurs à la retenue

Published

on

Les chefs d’État de la SADC et de CIRGL ont exprimé leurs inquiétudes sur les violences qui ont émaillé la campagne électorale en RDC.

Ils ont appelé la classe politique et la société civile à la retenue des scrutins apaisés.

C’est le contenu du communiqué final des chefs d’État de CIRGL et la SADC qui a eu lieu ce 26 décembre à Brazzaville. 5 chefs d’État ont participé à sommet exceptionnel de ces deux organisations sous régionales.

Ce sommet était organisée à l’initiative des présidents en exercice de la CIRGL, Denis Sassou Ngouesso et de la SADC, Hage Geingob. Y ont pris part: Edgar Lungu de la Zambie, João Laurenco de l’Angola et Éric Masisi du Botswana.

D’autres pays ont délégué des représentants sauf la RDC, qui a été le grand absent.

La RDC n’aurait pas reçu d’invitation, selon Kikaya Bin Karubi, conseiller de Joseph Kabila en matière de diplomatie.

Nécessité de mettre en oeuvre le pacte de la sécurité de l’accord d’Addis-Abeba

Les participants ont rappelé la nécessité de mettre en oeuvre les engagements pris dans le cadre du pacte de sécurité, stabilité et développement des grands lacs. Mais aussi ceux de la loi cadre d’Addis-Abeba pour la paix, la sécurité et le développement en RDC et dans la région des grands lacs.

Pour ce, ils ont condamné les violences perpétrées par les forces négatives sur les civils et les forces de la MONUSCO.

Ils ont aussi salué le déploiement des missions d’observateurs de la SADC, de la CIRGL, de l’UA et du CEEAC pour suivre le processus électoral en cours en RDC.

Ils se sont aussi engagés à dépêcher le 27 décembre prochain une délégation à Kinshasa pour remettre les conclusions du mini sommet au président Kabila.

Rappelons que c’est la deuxième fois que la RDC boycott un sommet tenu à Brazzaville. La dernière fois, elle a refusé de participer au sommet sur le fonds bleu qui s’est tenu dans la même ville.

TMB/ CONGOPROFOND. NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Or: Remplacements des réserves et nouvelles opportunités pour sécuriser le programme de KIBALI étalé sur plus de 10 ans

Published

on

La plus grande mine d’or d’Afrique, Kibali, est sur la bonne voie pour le remplacement de ses réserves réduites par l’exploitation en 2022, tandis que de nouvelles opportunités de croissance soutiendront également son plan d’affaires étalé sur plus de 10 ans et son statut de l’un des actifs de niveau 11 de Barrick Gold Corporation.

Le président et président directeur général de Barrick, Mark Bristow, a déclaré à la presse aujourd’hui que le gisement prolifique KCD de Kibali continuait d’offrir de la valeur supplémentaire vu que le forage actuel est axé sur la conversion des ressources en réserves et sur l’exploration des filons qui sont encore ouverts en profondeur. En outre, les cibles de Mengu Hill, Ikanva et Gorumbwa présentent le potentiel nécessaire pour renforcer le portefeuille souterrain de Kibali.

« Kibali est une opération très rentable avec ses trois centrales hydroélectriques de classe mondiale qui couvrent la majeure partie de ses besoins énergétiques. Elles seront suppléées par une nouvelle centrale solaire de 17MW qui, une fois achevée en 2025, fera passer la part des énergies renouvelables dans les sources énergétiques de la mine de 81% à 93%, » a déclaré Bristow.

Les références écologiques de Kibali comprennent également la réduction continue des eaux douces provenant de la rivière Kibali et un programme de reboisement qui, à ce jour, a permis de planter plus de 10,000 arbres. La mine poursuit son programme d’appui à la conservation de la biodiversité au Parc National de la Garamba en RDC, avec la réintroduction des rhinocéros provenant d’Afrique du Sud. Les 16 premiers rhinocéros sont attendus à Garamba d’ici la fin du deuxième trimestre de cette année et seront suivis de 60 autres au cours des trois prochaines années.

Conformément à la politique globale de Barrick consistant à employer et à promouvoir les ressortissants du pays hôte, Arthur Kabila a été nommé premier directeur général congolais de Kibali. Depuis l’année dernière, huit autres postes clés de direction et techniques sont désormais occupés par des Congolais.

 

Tshieke Bukasa/Congoprofond


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising