Connect with us

non classé

RDC/Ebola : un agent de la Monusco déclaré positif à Beni

Published

on

Un plombier de la MONUSCO travaillant au quartier général de la coordination de Beni a été testé positif à la maladie à virus Ebola et est actuellement hospitalisé au Centre de traitement de Beni.

Le plombier aurait été contaminé après avoir passé un séjour dans le centre d’un tradipraticien alors qu’un cas confirmé y avait été pris en charge, avant son transfert au Centre de Traitement.

L’équipe de surveillance a déjà lancé l’investigation afin d’identifier tous ses contacts et de prévenir la transmission du virus.

Les équipes de la riposte, dont la majorité a déjà été vaccinée avant leur déploiement, ont dû quitter le quartier général plus tôt ce vendredi afin qu’une équipe d’hygiénistes puisse commencer le travail de désinfection de tout le site.

Par ailleurs, les collègues du plombier se sont volontairement enregistrés pour être vaccinés dès ce samedi 13 octobre. Par mesure de prudence, ils ont tous été mis en congé payé pour une période de 21 jours. La majorité des experts de la riposte ont été vaccinés avant leur déploiement sur le terrain.

5 décès et 5 nouveaux cas confirmés dans la région

Situation épidémiologique de la maladie à virus Ebola selon le ministère est qu’au total 205 cas de fièvre hémorragique ont été signalés dans la région, dont 170 confirmés et 35 probables. Sur les 170 confirmés, 95 sont décédés et 54 sont guéris. Les autres sont hospitalisés dans les différents Centres de Traitement d’Ebola (CTE) installés. 32 cas suspects sont en cours d’investigation. 5 nouveaux cas sont confirmés dans la région, dont 3 à Beni, 1 à Kalunguta (1 décès communautaire) et 1 Mabalako. 5 nouveaux décès de cas sont confirmés, dont 4 à Beni et 1 à Kalunguta.

1 nouvelle personne est guérie à Mabalako dans la province d’Ituri.

Delphin Mupanda/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Santé

Malnutrition infantile en RDC : Un sombre tableau sous les regards fantaisistes du ministre de la santé Samuel-Roger Kamba

Published

on

Au cœur de l’Afrique, la RD Congo se trouve confrontée à une crise silencieuse mais dévastatrice : la malnutrition infantile. Selon l’enquête MICS-Palu 2018, le pays compte près de 9 millions d’enfants de moins de 5 ans touchés par la malnutrition chronique, tandis que près de 2 millions d’enfants de cette tranche d’âge souffrent de malnutrition aiguë sévère.

Au sein de ce pays riche en ressources naturelles et en diversité culturelle, le ministre de la santé Samuel-Roger Kamba se retrouve confronté à un défi monumental, plaçant la RDC en tête de liste des pays de la région où les enfants ne grandissent pas bien. Alors que les regards se tournent vers son excellence Kamba pour des actions concrètes, il est impératif de reconnaître l’urgence de la situation et d’agir de manière décisive pour inverser cette tendance alarmante.

Face à ces statistiques accablantes, il est crucial que le ministre de la santé, de l’hygiène et de la prévention adopte des politiques et des programmes novateurs, centrés sur l’accès à une nutrition adéquate pour chaque enfant congolais. L’heure n’est plus aux discours stériles, mais à une action concertée et efficace pour garantir un avenir sain à la génération montante de la RDC.

Au-delà des chiffres et des statistiques, se dessine un appel à la responsabilité sectorielle, où le ministre de la santé qui n’a pas mis en place une politique en la matière, se doit de résoudre ce problème et éradiquer ce fléau insidieux. La malnutrition infantile ne doit plus être une réalité; elle doit être combattue avec détermination, compassion et engagement pour offrir à chaque enfant un avenir prometteur et sain.

TEDDY MFITU

Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte