mbet

Connect with us

À la Une

RDC: Des femmes obtiennent difficilement justice lors des procès de divorce

Published

on

En République Démocratique du Congo, plusieurs femmes ont peur de réclamer le divorce à leurs maris. Même si leur union est devenue insupportable et toxique dans leur vie. Les coutumes locales et le manque de connaissance de la loi en sont les principales causes.

Jeanne ( nom d’emprunt), 49 ans, fait partie de ces nombreuses femmes qui ont été déçues par la justice en instance de divorce en République démocratique du Congo. En mai dernier, après une période de conciliation d’un mois et une confrontation de deux semaines au tribunal qui n’ont abouti à rien, le juge du tribunal de paix de Ngaliema propose un arrangement à l’amiable au couple car, selon lui, Jeanne n’avait pas droit aux biens.

“ Tous les biens sont enregistrés au nom des enfants. Jeanne n’aura droit à rien, même pas la garde de ses propres enfants”, explique maître Alexandra Muleka, son avocate.

Pendant leurs 20 ans de mariage, Jeanne affirme pourtant avoir enduré la violence et l’infidélité. Mais, affirme-t-elle, la décision du juge sans procès ni jugement, l’a privé de tout. c’est ainsi qu’elle a refusé d’aller jusqu’au bout de l’affaire.

Mélanie ( Un autre nom d’emprunt), 33 ans, a aussi été découragée par un magistrat pendant qu’elle voulait entamer la procédure de divorce, il y a deux ans. « Il m’a dit clairement d’arrêter de perdre mon temps car je ne vais pas y arriver. Il m’a conseillé d’accepter tout ce que mon mari me donnera. J’étais en pleurs quand mon ex- mari m’a avoué que j’allais revenir en rampant vers lui. Surtout que je ne devais pas me comparer à lui car nous n’étions pas égaux. », a-t-elle déclaré.

Patience ( Toujours un nom d’emprunt), 35 ans, a aussi vécu la même situation après 11 ans de mariage. Après près de deux ans de procès, c’est le tribunal de paix d’Assossa de Kalamu qui a prononcé un jugement en faveur de son mari. Même son appel a été rejeté. ” Pendant le procès, le juge m’a demandé si j’étais capable de m’occuper des enfants, j’ai répondu que oui. Il a rétorqué: avec quels moyens? Puisque je ne travaillais pas à l’époque”, se rappelle-t-elle. Son mari a fini par avoir la garde exclusive de deux enfants sur les trois qu’avait le couple. Seule la cadette qui n’avait que deux ans lui a été laissée.

Blandine ( nom d’emprunt), aussi victime, fait partie des rares femmes qui ont obtenu justice après un long procès avec son mari dans les dernières années. Un homme riche, qui croyait qu’en demandant le divorce il en sortirait gagnant à cause de son influence à Kinshasa.

Régine n’a aucunement baissé la garde. Durant deux ans et demie de procédure, le jugement est enfin tombé. Le magistrat conclut que le couple devrait se partager tous les biens.
« Après le verdict, mon ex mari m’a sorti un argument comme quoi tous les biens étaient aux noms des enfants. J’ai refusé car nous avions acquis la majorité de ces biens avant l’arrivée des enfants. Les membres de sa famille, nos amies et connaissances m’ont critiquée car selon eux, je m’en allais en guerre contre mes propres enfants. Vous imaginez ! Mes enfants sont ce que j’ai de plus précieux. je ne peux pas leur faire du mal. Ces gens ont oublié toute la souffrance que j’ai enduré dans ce mariage. C’était un vrai soulagement pour moi après avoir entendu la décision du juge. Je me sens beaucoup mieux maintenant. C’est vrai qu’il a eu la garde exclusive des enfants, mais au moins pour les biens matériels justice m’a été rendue et mes enfants ne vont jamais m’oublier. j’encourage les autres femmes en instance de divorce de ne pas abandonner », nous confie t-elle.

La peur de tout perdre

En République démocratique du Congo, des milliers de femmes ont peur de saisir la justice pour demander divorce par peur de tout perdre, estime Me Alexandre Muleka, présidente de l’ONG “Elles pour elles”. “Les femmes ne se sentent pas très protégées en matière de divorce. Puisqu’il y a derrière elle des traditions et tous les poids sociaux. Si elle veut divorcer pour une raison ou une autre, elle n’est pas soutenue par sa famille. D’ailleurs il y a certaines cultures qui ne tolèrent pas les divorces”, indique-t-elle.

Pourtant, l’article 549 du code de la famille autorise chacun des époux d’ agir en justice ”en fondant son action sur la destruction irrémédiable de l’union conjugale”. “Le divorce dissout le mariage et met fin aux devoirs réciproques des époux et à leur régime matrimonial”, ajoute l’article 578 de la même loi. “Ce qui suppose aussi le partage des biens”, indique un magistrat au tribunal de grande instance à Kinshasa.

Il invite plutôt les femmes à privilégier l’enregistrement de leurs mariages à l’État civil pour bénéficier de plus de protection.
“Quand on se marie coutumièrement et qu’on n’a pas célébré un mariage à l’Etat civil, on n’a pas choisi un régime matrimonial, c’est la femme qui est en difficulté en cas de divorce. Comment va-t-elle réclamer les biens? Voilà pourquoi il faut encourager les femmes à célébrer le mariage devant l’officier de l’état civil”, conseille-t-elle.

Elle encourage les femmes en difficultés dans leurs foyers à saisir la justice pour obtenir justice si elles le jugent utile. “Les hommes ne sont pas privilégiés par rapport aux femmes. La Loi ne tient pas compte des sexes”, confie-t-elle.

Elda Along/ Congoprofond.net

Cet article a été produit en collaboration avec Journalistes pour les droits humains, JDH/JHR avec l’appui d’Affaires mondiales Canada.


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Mbandaka : Les Kimbanguistes ont commémoré le 106 ème anniversaire de Dialungana Kiangani

Published

on

L’église Kimbanguiste/section de la ville de Mbandaka, dans la province de l’Equateur, a bel et bien célébré ce mercredi 25 mai, sa fête de nativité ( Noël). Un évènement coïncidant avec le 106ème anniversaire de Son Eminence Dialungana Kiangani, ancien leader spirituel de cette église. La cérémonie s’est déroulée à la paroisse mère sise avenue Itela à Mbandaka 2, commune de Wangata, où toutes les paroisses environnantes s’étaient réunies pour communier ensemble.

Tout a commencé, d’abord, par un défilé de plus de 3 Km des croyants, parti de l’hôtel de ville jusqu’au siège de l’église. Ces derniers ont marché avec des chants de cantiques, chemin faisant, montrant au grand public leurs sentiments de joie.

Se confiant à CONGOPROFOND.NET, Benjamin Mokoko Nkonga, pasteur provincial a.i, a fait savoir que la seconde venue du Messi a eu déjà lieu et son nom c’est Dialungani Kiangani qu’aujourd’hui tous les Kimbanguistes à travers le monde commémore son jour. Il a appuyé ses arguments par les Saintes écritures de la Bible dans Esaï 53:3, Daniel 7:14 et Apocalypse 3:12.

Par ailleurs, Benjamin Mokoko a expliqué que la date d’aujourd’hui coïncide avec celle que toute la communauté Kimbanguiste avait décidé de célébrer comme étant le véritable jour de naissance de Jésus-Christ en l’an 2000, soit présentement 22 ans, après des longues études scientifiques et spirituelles faites par des chrétiens Kimbanguistes par rapport aux calendriers romain et Juif.

Enfin, celui-ci a profité de cette occasion pour inviter tous les Équatoriens à l’unité et à l’amour fraternel. “C’est dans cela qu’on peut espérer à l’épanouissement de tous !”, a-t-il conclu.

Eric Liyenge/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising

K-WA Advertising