mbet

Connect with us

À la Une

RDC: Bruno Tshibala et ses ministres se sont octroyés une retraite dorée !

Published

on

Le 1er ministre sortant Bruno Tshibala et les membres de son Gouvernement se sont assurés un avenir radieux sur le dos du pauvre contribuable congolais.
En effet,  dans le journal officiel de la République démocratique du Congo (Edition N°24, Pages 60-62), l’on peut lire un Décret loi qui date du 24 novembre 2018, soit environ 1 mois avant les élections initialement prévues au 23 décembre.
Ce décret loi est signé par le Premier ministre sortant Bruno Tshibala et le Ministre d’Etat, Ministre du Budget, Pierre Kangudia.
Ce décret donne des avantages considérables aux membres du Gouvernement sortant de Bruno Tshibala.
Il s’agit du Premier ministre, Vice-Premier ministres, Ministre d’Etat, Ministres, Ministres délégués, Vice-ministres, Secrétaire général du Gouvernement, Secrétaire général adjoint du Gouvernement et toutes les autres personnalités exerçant les fonctions équivalentes au rang des membres du Gouvernement.
Ces avantages sont les suivants :
(a) Aux anciens Premiers ministres 
  • Une indemnité mensuelle estimée à 30% des émoluments du Premier ministre en fonction;
  • Une indemnité mensuelle de logement estimée à l’équivalent de 5.000$ (Cinq mille dollars américains) en francs congolais;
  • Un titre de voyage par an, en business class, sur le réseau international pour lui-même;
(b) Aux anciens membres du Gouvernement 
  • Une indemnité mensuelle estimée à 30% des émoluments de ceux en fonction;
  • Une indemnité mensuelle de logement estimée à l’équivalent de 1.000$ (mille dollars américains) en francs congolais;
  • Un titre de voyage par an, en business class, sur le réseau international pour lui-même.
La question qui se pose est celle de savoir: où le gouvernement actuel trouvera de l’argent pour combler les insatisfactions éléphantesques de ce pléthore d’ex tel ou tel ?
Lisez en annexe le contenu du dit arrêté :
TMB/ CONGOPROFOND.NET

There is no ads to display, Please add some
1 Comment

1 Comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

Congrès pour la désignation d’un membre de la cour constitutionnelle : Bahati tente un passage en force !

Published

on

Le président du Congrès du parlement sur la désignation d’un membre de la cour constitutionnelle, Modeste Bahati Lukwebo, a créé un incident à la plénière de ce vendredi 27 mai.

Alors que les discussions de poursuivaient et que les parlementaires (députés et sénateurs) ont émis le vœu de passer au vote de la plénière après l’échec de la commission paritaire mixte mise en place en vue d’étudier les dossiers de candidature, Bahati a d’abord tenté de remettre la procédure à la case du départ en insistant sur le fait que c’est au sénat qu’il appartient de désigner seul le représentant de la cour constitutionnelle pour le quota du parlement.

Les sénateurs et députés nationaux présents à la plénière ont trouvé en Bahati Lukwebo la volonté manifeste de saper les efforts des parlementaires sur la procédure.

Un comportement étonnant, en effet, d’autant plus qu’aucun texte règlementaire n’établit que le candidat devrait provenir du sénat. Qu’à cela ne tienne, les parlementaires ont accédé à la demande d’accorder l’avantage au sénat, étant donné que l’assemblée nationale, elle, a à son compte les deux autres juges auprès de cour constitutionnelle.

Pour cette raison, cinq candidats ont été éliminés et les deux qui sont restés dans la course sont membres du sénat.
Bahati étonne les parlementaires en voulant coûte que coûte faire placer un sénateur de son obédience politique. Les ambitions politiques du président du Sénat sont mises au jour.

Devant l’ambition de faire placer son juge à la cour constitutionnelle, Bahati a empêché les parlementaires de procéder au vote. Sous l’effet de la colère, il a arrêté la plénière : “C’est fini, nous allons envoyer les deux dossiers au président de la République pour nous départager”, a clamé le président du sénat.

Les parlementaires témoins de l’acte de Modeste Bahati Lukwebo n’ont pas tardé à manifester leur mécontentement. Pour le député National Modeste Kazwazwa, l’acte du président du Congrès est une insulte à la République et au peuple congolais qui attend de son parement des actions pour l’avancement démocratique. Le député national Guy Mafuta, émotionné devant l’incident, pense que Bahati profite d’un vide juridique.

Émile Yimbu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising

K-WA Advertising