Dev Solaire

Connect with us

Actualité

RDC/Beni: manifestations des élèves pour dénoncer l’insécurité

Published

on

Ce mardi 09 octobre 2018, les activités sont restées paralysées dans la ville de Beni au Nord-Kivu suite à une série de manifestations des élèves et écoliers. Ces derniers ont exprimé leur colère suite à la recrudescence de l’insécurité dans la ville et le territoire de Beni.

Les cours ont été suspendus dans presque toutes les écoles de Beni.

Ceux qui avaient déjà commencé à étudier ont été troublés par les autres écoliers et élèves dont les écoles ont déjà fermées leurs portes suite à la persistance de l’insécurité.

Les manifestants ont envahi les principaux artères et boulevards de la ville. Ils portaient des croix et arboraient des photos des autorités. Scandant aussi des chansons hostiles au pouvoir en place.

Ils ont barricadé la route Beni-Butembo à la hauteur de l’hôtel de ville avec des pneus et des pierres. « Nous sommes fatigués de l’insécurité ici à Beni. Nous n’allons plus à l’école suite à cette insécurité. Nous avons voulu manifester notre colère. Nous ne pouvons pas rester à la maison pendant que les autres étudient dans d’autres communes.
Le gouvernement doit soit nous sécuriser pour que nous étudions tous, soit suspendre les cours dans toutes les écoles…», ont expliqué certains élèves rencontrés pendant la marche.

Une mission parlementaire à Beni

Une délégation de l’assemblée nationale de la RDC est arrivée ce mardi à Beni pour s’enquérir de la situation sécuritaire dans l’Est de la République.

Elle est composée en majorité des députés nationaux élus de cette province et celle de l’ituri.

Voulant s’adresser à la foule, les hôtes se sont vus hués par les manifestants qui venaient d’assieger la mairie de Beni.

La délégation prévoit de rencontrer toutes les couches de la population en vue de comprendre la situation sécuritaire qui prévaut à Beni.

La manifestation des élèves a été brutalement réprimée par les forces de l’ordre.
La police a lancé des gaz lacrymogènes puis a tiré des coups de semonce pour disperser les manifestants.

On signale aussi l’interpellation de certains enfants par la police.

Nos efforts pour entrer en contact avec le responsable de la PNC n’ont pas abouti.

Signalons que c’est depuis deux semaines que la ville est chauffée par des manifestations de colère suite à la montée en flèche des attaques des présumés ADF/ NALU

Delphin Mupanda/CONGOPROFOND. NET

error:
%d blogueurs aiment cette page :