Now Reading:
RDC/Beni: déplacés de guerre et écoliers partagent les mêmes salles de classe à Oicha !
Full Article 2 minutes read

RDC/Beni: déplacés de guerre et écoliers partagent les mêmes salles de classe à Oicha !

Les populations ayant fui différentes attaques des rebelles présumés Forces démocratiques alliés(ADF) dans plusieurs villages et localités du territoire de Beni, précisément dans la zone dite «Triangle de la mort», traversent des situations de vie difficiles dans des camps de déplacés et familles d’accueil.

Nous sommes à l’école primaire Mwangaza, une école officielle, le soleil est ardent. Quelques déplacés de guerres sont assis sous l’arbre et sous l’ombre des murs de l’école. Ils viennent essentiellement des villages des groupementes Bambuba-Kisiki, Banande-Kainama, Batangi-Mbau,…et se sont installés dans salles de classes.

Adultes et enfants, filles et garçons, passent nuit dans ces mêmes locaux.

Le matin, les déplacés de guerre emballent leurs effets et les sortent des salles de classes, pour laisser place aux écoliers. Après cours, ces derniers enlèvent les pupitres pour laisser la place à leurs co-locatairesregagner, ainsi de suite.

Notons que pendant les cours, ces réfugiés sont exposés au soleil. Ils font leurs ménages dans la cour de cette école.

Sous un arbre, madame Tamaniya Tsama Domina que CONGOPROFOND.NET a rencontrée, est entrain de mélanger du jus en poudre avec de l’eau, son enfant endormi près d’elle par terre. Elle renseigne que des nombreux enfants sont exposés à des maladies d’origine hydrique, à la malnutrition et à la sous-alimentation.

« Nous traversons une vie misérable ici dans l’ enceinte de l’école primaire Mwangaza. Nous attendons que les écoliers quittent les salles de classe pour que nous y entrions, ainsi que nos effets. Trouver à manger ici c’est difficile, car nous n’arrivons plus dans des champs suite à l’activisme des rebelles ADF. Pour trouver à manger, il faut avoir labourer pour quelqu’un son champs. Voyez, je mélange du jus pour les enfants parce que je n’ai pas trouver à manger…», a-t-elle raconté.

Ces infortunés affirment ne pas être assistés jusqu’à présent depuis qu’ils sont arrivés, malgré leurs identifications par le comité d’aide aux déplacés ainsi que quelques organisations humanitaires. Ils sont arrivés en plusieurs vagues. Ceux qui s’y trouvaient les jours passés ont réussi à trouver refuge ailleurs dans des familles d’accueil en ville de Beni et dans la province d’Ituri.

Delphin Mupanda/CONGOPROFOND.NET

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

code

Input your search keywords and press Enter.
%d blogueurs aiment cette page :