Connect with us

À la Une

RDC – Belgique: Félix Tshisekedi attendu à Bruxelles

Published

on

 

Dans le cadre de sa nouvelle politique fondée sur l’ouverture de son pays vers des partenariats gagnants-gagnants, le Chef de l’État, Félix Antoine TSHISEKEDI, se rendra dans les tout prochains jours à Bruxelles, capitale du royaume de Belgique, où il aura des rencontres avec les officiels belges, notamment Didier Reynders, Chef de la diplomatie belge.

L’annonce a été faite par Didier Reynders, patron de la diplomatie belge à l’issue d’un échange avec une délégation des conseillers de Félix Antoine Tshisekedi, président de la République démocratique du Congo.

“Excellent entretien avec une délégation de haut niveau de RDC. Après divers contacts entre les émissaires et les secteurs public et privé belges, des pistes concrètes de renforcement des échanges se dégagent en vue de la visite prochaine du Président Félix Antoine Tshisekedi en Belgique”, peut-on lire sur le compte Twitter de Didier Reynders du jeudi 11 juillet 2019.

Cependant, bien que la date n’est pas encore connue, Me Bestine Kazadi, conseillère spéciale du Chef de l’État en matière de coopération internationale et intégration régionale, présente lors de cette rencontre avec Didier Reynders, a fait savoir que cette rencontre aura lieu au mois de septembre prochain.

“Des conseillers du cabinet présidentiel, en équipe d’avance pour préparer cette visite officielle du président Felix Tshisekedi en Belgique au mois de septembre”, a-t-elle écrit également sur son compte Twitter.

À titre de rappel, les relations entre la RDC et la Belgique, l’ancienne puissance coloniale du Congo, s’étaient fortement dégradées durant les deux dernières années du régime de Joseph Kabila. La RDC reprochait à la Belgique ses critiques sur la répression des manifestations, demandant le départ de Kabila après la fin de son deuxième et dernier mandat constitutionnel en décembre 2016.

En avril 2017, Kinshasa avait annoncé la suspension de sa coopération militaire avec Bruxelles.

En janvier 2018, la RDC avait annoncé la fermeture de la Maison Schengen, une sorte de consulat européen géré par Bruxelles, la fin des activités de l’agence belge de développement “Enabel” au Congo ainsi que la réduction de la fréquence des vols de Brussels Airlines entre les deux pays.

Bruxelles avait rappelé son ambassadeur et n’était plus représenté que par un chargé d’affaires à Kinshasa.

Depuis l’élection de Félix Antoine Tshisekedi, des engagements concrets ont été pris vers la réouverture du consulat général de Belgique à Lubumbashi et vers la relance de la coopération bilatérale par l’agence d’exécution “Enabel”.

La Belgique s’est également montrée satisfaite de voir le Centre Européen des Visas (CEV), qui a pris le relais de la Maison Schengen, “fonctionner en pleine capacité”.

Bruxelles “avait salué” “la restauration des fréquences du vol Bruxelles-Kinshasa de Brussels SN Airlines”.

MUAMBA CLÉMENT/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

La corruption à son paroxysme : Quand le pouvoir corrompt même les plus hauts organes de décision

Published

on

Dans un récent scandale révélé au grand jour, le camp du candidat déclaré provisoirement Gouverneur de la province du Haut-Uélé Jean Bakomito Gambu malgré les irrégularités et la fraude industrielle orchestrée lors des élections du 29 Avril 2024 a été pris en flagrant délit de tentative de corruption au sein du Conseil d’État, dépassant ainsi tout ce que l’on aurait pu imaginer. Après une audience décisive, les membres de ce camp se sont retrouvés dans l’impasse financière, manquant des fonds nécessaires pour soudoyer les membres du Conseil d’état.

Face à cette situation critique, ils se sont tournés vers un allié de poids, l’ancien Gouverneur Christophe Baseane Nangaa, mais ce dernier a refusé de prêter la somme colossale exigée. Sans alternative, ils ont décidé de s’endetter auprès de la principale entreprise minière de la province, Kibali Gold Mine compromettant ainsi leur intégrité et leur légitimité.

Cette affaire d’une gravité extrême a attiré l’attention de toutes les autorités de la république, mettant en lumière l’étendue des ravages causés par la corruption dans les rouages du pouvoir. Elle soulève des questions essentielles sur l’éthique et la transparence des processus politiques, et appelle à une réaction ferme et sans équivoque de la part des institutions chargées de veiller à l’intégrité de notre démocratie.

Cette affaire révèle une triste réalité : la corruption a atteint des sommets insoupçonnés, menaçant les bases mêmes de notre système démocratique. Il est temps de prendre des mesures radicales pour lutter contre ce fléau qui gangrène notre société et compromet notre avenir collectif.

TEDDY MFITU
Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte